Mes Gosses

Mon enfant est dyslexique !

Publié le
Mon enfant est dyslexique !

La dyslexie a longuement effrayé les parents et ce, suite à une mauvaise compréhension et une mauvaise prise en charge de ce trouble. Heureusement qu’aujourd’hui, elle est de plus en plus reconnue et expliquée aux rangs des parents et des instituteurs.

par Saima Ksibi

La dyslexie n’est nullement le signe d’une faiblesse, ou d’un handicap moteur, bien au contraire ! Il s’agit juste d’un trouble de l’apprentissage qu’il est possible de surmonter petit à petit avec l’enfant dyslexique.

Qu’est ce que c’est que la dyslexie ?

C’est un trouble de l’apprentissage qui touche de plus en plus d’enfants. Même si elle a existé depuis toujours, la dyslexie n’était pas connue.
De nos jours, les parents reconnaissent les signes de la dyslexie chez les enfants, et de plus en plus de professeurs en parlent et les orientent vers des professionnels qui connaissent les bonnes méthodes pour apprivoiser ce trouble.
La dyslexie effraie. Mais ce que la plupart ignore, c’est qu’elle est loin d’être le signe d’une défaillance … Bien au contraire ! Un enfant dyslexique est souvent très intelligent et a bien d’autres atouts pour compenser sa faiblesse.

Les origines

On distingue deux principaux types de dyslexie :
– La dyslexie acquise suite à lésion cérébrale appelée « dyslexie acquise »
– et la « dyslexie développementale, qui se développe quant à elle, au fil du temps.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit également d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe…) et touche trois fois plus de garçons que de filles.

Par ailleurs, de plus en plus d’études sont menées sur le sujet et il en ressort notamment que la dyslexie est un problème de cerveau déconnecté. Le gyrus temporal supérieur où se trouve le cortex auditif n’est pas, dans le cas d’une dyslexie, correctement lié au gyrus frontal, zone impliquée dans le développement du langage et de la parole. Un marqueur génétique a été également identifié pour permettre de diagnostiquer cette pathologie avant l’apparition des premiers symptômes.

Comment la reconnaître ?

Parmi les difficultés que peut entraîner la dyslexie, on distingue :
– Une difficulté à différencier les formes.
– Une difficulté à reconnaître et identifier les lettres et une confusion entre les lettres comme M et N par exemple.
– La difficulté à décomposer un mot en syllabes (de faibles capacités de conscience phonologique).
– La difficulté à répéter les mots.
– Des difficultés de lecture, avec une confusion au niveau des sons, des mots …
– Beaucoup de fautes d’orthographe (par rapport à ses camarades de classe).
– Une lenteur remarquable et une fatigabilité parce que le dyslexique doit doubler d’attention et de concentration.

Comment aider l’enfant dyslexique ?

Tout d’abord, il est très important de consulter un spécialiste, donc un orthophoniste en plus d’une aide quotidienne qui aidera le petit à surmonter petit à petit ce handicap qui le stigmatise.

Aidez-le à garder sa confiance en lui, dites-lui qu’il réussira à surmonter ses difficultés et qu’il suffit d’être patient et d’avoir beaucoup de volonté pour apprendre.

Travaillez avec lui sur sa dyslexie !

– Les parents doivent être patients et aider leur enfant dyslexique à surmonter ses difficultés et ce, en l’aidant et en lui faisant faire des exercices de répétition pour la lecture tout en lui apprenant à faire la discrimination des syllabes.
– Il est aussi important de lui faire exercer la lecture lente, en le laissant suivre avec le doigt et en s’assurant qu’il comprend bien ce qu’il lit.
– Pas la peine de le pousser à lire à voix haute devant tout le monde, pour ne pas accentuer ses difficultés, et surtout ne pas le gronder.
– L’enfant doit également apprendre à distinguer les formes des lettres et leur enchaînement. Pas grave s’il se trompe, il apprendra à s’auto-corriger.
– Faites-lui travailler l’écriture et la mémorisation des chiffres et des nombres. Il peut avoir tendance à les écrire à l’envers : 6/9, 12/21…
Le saviez-vous ?
Si votre enfant est dyslexique, il existe de plus en plus de livres adaptés à chaque forme de dyslexie. Le bas des lettres en gras pour ne pas les confondre ou les syllabes en couleurs pour faciliter les associations. De même, pour aller plus loin, une start-up française a mis en place une application qui permet d’adapter un texte scanné en fonction de la forme de dyslexie.