Mes Gosses

Pris «en flag» de câlin amoureux!

Publié le
Pris «en flag» de câlin amoureux!

Se faire surprendre par son enfant au lit pendant un moment intime avec son partenaire est plutôt embarrassant. Mais au-delà de la gêne d’avoir été surpris, les parents s’inquiètent surtout de l’impact que cela pourrait avoir sur la psychologie de l’enfant…

par Sonia Bahi-Fellah

Si jamais votre fils ou votre fille vous surprend au beau milieu d’un moment des plus intimes, l’idéal est de reprendre vite vos esprits et de réagir rapidement pour que l’enfant ne garde pas une vision trouble de la sexualité. Ce qu’il a vu est pour lui dénué de sens, comme une phrase sortie de son contexte. L’enfant ne sait pas exactement ce qui se passe, si c’est un jeu ou une dispute mais il sent confusément «l’interdit». Il faut en parler avec lui en le laissant exprimer non seulement ce qu’il a vu mais également les émotions que cela a suscité en lui. Quelle que soit l’étendue de l’embarras ressenti, il ne faut bien sûr, surtout pas le gronder. Il faut lui expliquer calmement et de la façon la plus simple possible que ce sont des jeux auxquels on joue entre adultes et que lorsqu’il sera grand, il pourra y jouer à son tour mais ni avec papa, ni avec maman ni l’un de ses frères ou sœurs.

Il faut également replacer ces jeux dans un contexte amoureux. On y joue parce qu’on a des sentiments l’un pour l’autre et ces sentiments sont différents de ce qu’on ressent pour un enfant. Il ne faut pas hésiter à lui poser des questions afin de savoir s’il a bien compris et qu’il ne reste pas des non-dits qui pourraient créer en lui une vision réduite et troublée de la sexualité. En résumé, il faut dédramatiser et expliquer que c’est lié à l’amour entre deux adultes. Par contre, ce n’est vraiment pas le moment d’aborder le sujet des bébés en expliquant que c’est comme ça qu’ils viennent au monde ! Il est préférable d’attendre une autre occasion ou de le faire ou mieux, quand l’enfant posera la question.

La chambre parentale, territoire interdit ?

La chambre des parents éveille toujours la curiosité de l’enfant ainsi qu’un sentiment d’exclusion puisque les adultes s’y retrouvent sans lui. L’enfant utilise souvent des stratagèmes comme l’envie de faire pipi, la soif ou simplement la peur de dormir seul pour pouvoir partager cette intimité. Il faut donc très vite établir des limites et raccompagner gentiment l’enfant dans sa chambre pour préserver l’intimité du couple. Si cette délimitation n’est pas faite dès la petite enfance, on risque de se retrouver avec un enfant-roi qui se croit tout permis. Dans ce cas extrême, il est préférable de poser un verrou sur la porte afin de forcer l’enfant à respecter l’intimité parentale.

L’enfant ne subira pas de traumatisme s’il est rassuré sur ce qu’il a vu. Par contre, cela peut éveiller sa jalousie et le faire entrer de plein pied dans le fameux complexe d’Oedipe. C’est donc le moment de lui expliquer, en douceur, que non, il ne pourra jamais être le mari de maman ou si c’est une fille, la femme de papa en tout en étant bien clair sur le fait que la façon d’aimer un enfant est différente de celle d’aimer un adulte.

Il peut arriver que l’enfant se braque et refuse d’en parler. Il ne faut pas insister. Il est préférable de le laisser reprendre un peu ses esprits et d’ensuite aborder le sujet avec lui avec douceur et patience. Mais il ne faut surtout pas laisser passer et faire comme si de rien n’était et lui donner l’impression que vous voulez éviter le sujet parce que vous vous sentez honteux ou coupable. La sexualité est quelque chose de sain et naturel et il faut que l’enfant ressente cela à travers votre réaction. L’idéal c’est d’apprendre très tôt à votre enfant à respecter l’intimité de la chambre parentale et qu’il faut frapper à la porte avant d’entrer. Cela doit se faire dès que l’enfant peut sortir de son lit et aller jusqu’à la chambre de ses parents. Pour ce faire, le meilleur moyen c’est déjà de respecter vous-même sa propre intimité et de frapper également à la porte de sa chambre avant d’y pénétrer.