Livret Santé

Pour la lutte contre la violence faite aux femmes

Publié le
Pour la lutte contre la violence faite aux femmes

Le Ministère des affaires de la femme et de la famille en collaboration avec le Conseil de l’Europe et le Fonds des Nations Unies, les composantes de la société civile et les représentants des ministères ont entamé un séminaire sur le thème « Les cadres et instruments juridiques nationaux et internationaux en matière de violences fondées sur le genre : une loi-cadre sur les violences faites aux femmes en Tunisie ». Ce séminaire organisé pendant deux jours coïncide avec la célébration, le 10 décembre de chaque année, de la Journée mondiale des droits de l’homme et la fin de la campagne internationale des 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes à laquelle la Tunisie a adhéré depuis l’année dernière. La campagne a commencé le 25 novembre dernier, date de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la violence contre la femme.

Héla Kochbati

Le séminaire a mis en exergue la Convention d’Istanbul et a présenté la réalité de la situation de la violence, la prévention et la prise en charge des femmes victimes et la législation tunisienne ainsi que la juridiction internationale dans le cadre de la lutte contre la violence. Les derniers résultats de l’enquête nationale élaborée par l’Office nationale de la famille et de la planification familiale (ONFP) et l’Agence de la coopération espagnole a révélé des chiffres alertant les décideurs, les services sociaux, et les prestataires de soins santé. « Au cours de l’enquête nationale de 2010 environ 47,6 % des femmes enquêtées, âgées entre 18 et 64 ans, ont déclaré avoir subi au moins une fois une forme de violence au cours de leur vie. Par ailleurs, 88 % des femmes sont sujettes à des violences conjugales, les auteurs de ces violences ne sont dénoncés que dans 17%. Les statistiques ont relevé également que 73 % des femmes participant à l’enquête ont indiqué qu’elles n’attendent rien des structures et des services mis en place » a souligné Imen Zahouani Houimel, directrice générale des Affaires et de la famille au ministère des Affaires de la femme et de la famille.

 

La stratégie nationale contre la violence

 

Une commission composée de compétences nationales et d’experts dans le secteur de la santé, la sécurité, la justice et les affaires sociales, a été constituée pour élaborer un projet de loi-cadre contre la violence à l’égard des femmes. Une experte a été chargée de faire un état des lieux des cadres et instruments juridiques qui existent en Tunisie en matière de la violence fondée sur le genre et de procéder à une étude comparée avec les textes internationaux relatifs à la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce travail servira de base à l’élaboration d’une loi en la matière propre à la Tunisie. La stratégie nationale de prévention contre les comportements violents au sein de la famille et de la société sera relancée. Cette stratégie a été initiée par le ministère le 25 novembre 2008. Le ministère a entamé, depuis l’année dernière, le parachèvement du quatrième volet de cette stratégie relatif à l’instauration des mécanismes juridiques à même d’assurer la protection physique et morale de la femme.

Intervenant à cette occasion, Mehrzia Laâbidi, vice-présidente de l’Assemblée nationale constituante a souligné que la protection de la femme contre la violence ne peut se faire

que si on préserve sa dignité en tant qu’être humain et garantit les droits de l’homme, mettant l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts de toutes les parties pour protéger la femme de tout type de violence.

De son côté, le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, a insisté sur le fait d’aller de l’avant en matière de lutte contre la violence à l’égard des femmes et ce, à travers l’élaboration d’un projet de loi-cadre dans ce domaine. Il a indiqué que la violence à l’égard des femmes figure parmi les principales causes de

mortalité et d’invalidité chez les femmes âgée entre 16 et 46 ans, mettant l’accent sur les graves répercussions de cette violence sur la santé sexuelle et reproductive de la femme