Mon mec à moi

Calvitie : Le point sur les traitements et les dernières techniques de greffe

Publié le
Calvitie : Le point sur les traitements et les dernières techniques de greffe

En Tunisie, comme partout dans le monde, la calvitie fait chaque année de nombreuses victimes: 25% des hommes de moins de 30 ans et 50% des hommes de 60 ans et plus sont touchés par ce phénomène plutôt masculin. Pour lutter contre ce «mal» inéluctable, la médecine esthétique propose divers traitements médicaux et chirurgicaux.

par Laure Bernardini

Alopécie de type androgénogénétique (A.A.G.)

Pour nous, profanes, la calvitie est la chute progressive et définitive des cheveux. Les médecins parlent, eux, d’alopécie de type androgénogénétique (A.A.G.), qui est liée à plusieurs gènes, dont deux ont été identifiés sur leschromosomes 20 et X -ce dernier étant chez l’homme transmis par la mère. A l’instar du père, la mère est donc tout aussi susceptible de transmettre le gène de la calvitie à ses enfants, un risque d’autant plus grand s’il y a des chauves dans sa famille. Cela dit, loin d’être une fatalité, il n’est pas inhabituel de voir certains membres d’une même fratrie épargnés par la calvitie; dans d’autres cas, elle peut même sauter une génération. Provoquée de façon transitoire et réversible, la chute de cheveux peut être liée à des facteurs psychologiques. Quant au stress, il peut être lui aussi à l’origine d’une chute de cheveux temporaire. La perte d’une centaine de cheveux par jour est considérée comme un phénomène naturel. Ce n’est qu’au-delà qu’elle devient pathologique, et correspond aux premiers signes avant-coureurs de la calvitie. La forme de calvitie la plus courante chez les hommes est l’alopécie androgénogénétique. Programmée génétiquement, elle est due à une hypersensibilité des récepteurs folliculaires à la di-hydro-testostérone (D.H.T.), hormone dérivée de la testostérone. Sous l’effet de cette hormone, les cycles depousse des cheveux vont se raccourcir (1 an au lieu de 5) et les cheveux vont progressivement s’affiner jusqu’à disparaître définitivement. Chez les hommes, l’alopécie androgénogénét ique commence par creuser les tempes, qui vont reculer petit à petit au niveau du front, jusqu’à provoquer un dégarnissement total de certaines zones.

Quel traitement pour l’alopécie androgénogénétique?

Un seul médicament est disponible en Tunisie pour ralentir l’évolution de la chute des cheveux: le Minoxidil. Il s’agit d’une lotion dosée à 5% pour les hommes. Ce médicament agirait en provoquant une dilatation des vaisseaux sanguins du cuir chevelu. Appliquée deux fois par jour, elle s’avère efficace, en particulier sur la partie antérieure de la chevelure. Petit bémol: elle graisse les cheveux et peut provoquer une irritation du cuir chevelu. Lors du premier mois d’utilisation, les patients peuvent constater une exacerbation de la chute de leurs cheveux. Celle-ci est normale et ne doit pas faire arrêter le traitement. Il faudra être patient et attendre au moins 8 mois avant de se prononcer sur une éventuelle absence de résultats. Une fois commencé, le traitement doit être suivi à vie: un arrêt prématuré stopperait l’effet du produit. Un deuxième médicament à base de finastéride, le Propecia (indisponible pour le moment en Tunisie) donne de bons résultats dans le traitement de l’alopécie de type androgénogénétique de l’homme. Il est particulièrement efficace sur la partie postérieure de la chevelure ou tonsure. Les comprimés de 1mg de finastéride réduisent la transformation de la testostérone en di-hydro-testostérone, hormone responsable de la chute des cheveux.

A l’aide, j’ai besoin d’une greffe…

Lorsque les traitements médicaux s’avèrent insuffisants, voire inutiles pour combler les zones clairsemées ou chauves, l’intervention chirurgicale se présente comme le seul traitement définitif et permanent de la calvitie.

Pourquoi minoxidil est-il important ?

Bien que les avantages dans le traitement de l’alopécie androgénétique aient été démontrés dans les essais cliniques, il ya peut-être une tendance à oublier l’importance de minoxidil.
Minoxidil, reste le seul traitement médical ayant fait ces preuves d’efficacités lorsqu’il est utilisé localement, et le seul traitement approuvé pour la perte de cheveux. Par ailleur, les effets du minoxidil conduisent, non seulement à de meilleurs résultats dans le traitement de la perte des cheveux, mais aussi au développement de notre compréhension des mécanismes responsables du contrôle du cycle des cheveux.

Une greffe à partir de quel âge ?

Un jeune homme qui commence à perdre ses cheveux à 18-20 ans ne peut pas envisager la greffe. L’hypersensibilité des récepteurs capillaires étant programmée génétiquement, il est trop tôt pour prédire l’évolution de la calvitie et pour estimer le degré de dégarnissement final. Il est donc primordial d’attendre la stabilisation de la chute de cheveux avant de recourir à une greffe. Le médecin peut ainsi définir la meilleure stratégie de prise en charge, pour gérer le mieux possible les réserves capillaires. L’âge minimum à partir duquel la greffe peut être envisagée varie selon les cas entre 25 et 30 ans.

Elle l’est aussi pour les personnes atteintes d’alopécie congénitale localisée, forme rare d’alopécie caractérisée par l’absence, dès la naissance, de racines capillaires au niveau de certaines zones. Il existe diverses techniques de greffe, certaines donnant des résultats moins esthétiques et naturels que d’autres. C’est le cas notamment de l’ancienne technique de greffe par prélèvement de greffons cylindriques, contenant une quinzaine de cheveux, à l’aide d’un punch de 2mm ou plus (cylindre creux tranchant qui permet le prélèvement de cylindres de peau comme des «carottes»). Cette technique, encore utilisée de nos jours bien que d’un autre âge, est à l’origine de résultats très inesthétiques dits en «champ de poireau» ou «cheveux de poupées». La technique dite «micro-mini greffe», la plus largement utilisée de nos jours et employant des greffons contenant entre 1 et 8 cheveux, donne de bons résultats quant à la répartition des greffons, mais les densités implantées sont généralement assez faibles et exigent une deuxième intervention. En effet, cette technique permet l’implantation d’environ 40 à 50 cheveux par cm2, alors que l’idéal serait d’atteindre une densité finale de 90 à 100 cheveux par cm2 pour donner un rendu visuel plein. La technique dite de «transplantation d’unités folliculaires» (ou F.U.T.), utilisée par un nombre plus restreint de praticiens, consiste à prélever sous anesthésie locale, sur la partie postérieure du crâne dite «couronne hippocratique», une bande de peau contenant les cheveux dits permanents, puis à la disséquer sous microscope afin d’obtenir des greffons d’unités folliculaires (structure anatomique selon laquelle sont normalement les cheveux de la peau pas compris, il manque un ou plusieurs mots) de 1, 2 ou 3 cheveux.Ces unités folliculaires seront ensuite réimplantées dans les zones receveuses dans des fentes de taille adaptée à celle des greffons (de 0,8 à 1mm de largeur). Cette technique permet, lors de méga séances pouvant durer jusqu’à 8 heures, de réimplanter jusqu’à 3000 greffons d’unités folliculaires (ou 7000 cheveux) et d’atteindre donc, en un seul passage, la densité idéale de 90 à 100 cheveux au cm2. L’autre avantage de cette technique est qu’elle respecte la distribution naturelle des cheveux sur le crâne rendant la greffe insoupçonnable et permet l’obtention de résultats de haute qualité esthétique. Quant à la cicatrice, très peu visible à l’oeil nu, elle finit par se perdre au milieu des cheveux. Le prix d’une greffe par F.U.T. varie en fonction du nombre d’unités implantées et donc en fonction des besoins et des souhaits des patients. En Tunisie, il faut compter environ 1.800 DT pour 1.000 unités folliculaires et 2.700 DT pour 3.000 unités folliculaires. En Europe, il faut prévoir environ 4.000 € pour 1.000 unités folliculaires et 8.000 € pour 3.000 unités folliculaires.

Qu’est-ce que la couronne hippocratique?

Elle s’étend sur la région arrière de la tête entre les deux oreilles. Les cheveux y sont résistants aux hormones mâles. C’est pour cette raison qu’ils ne tombent jamais et sont appelés «cheveux permanents». Ils pourront donc être utilisés pour remplacer les cheveux perdus suite à la calvitie. Enfin, la dernière technique à la mode est la «follicular unit extraction» ou F.U.E. Elle se différencie de la F.U.T. par le mode de prélèvement des unités folliculaires. Dans la F.U.E., le médecin prélève à l’aide d’un micropunch de 0,7mm de diamètre les greffons faits d’unités folliculaires de 1, 2 ou 3 cheveux. La méthode d’implantation est la même que celle de la F.U.T. Cette technique présente comme avantage l’absence de cicatrice linéaire sur la zone de prélèvement. Cependant, elle reste peu pratiquée en Europe et pratiquement pas du tout en Tunisie. La raison tient à son coût prohibitif, qui peut aller jusqu’à 8.000 € pour 1.500 greffons.

Que deviennent mes cheveux réimplantés?

Il faut compter pas moins de trois mois après l’intervention pour que les cheveux greffés entament leur repousse.
Ce laps de temps est nécessaire pour permettre aux racines de mûrir et de se développer dans leur nouvel environnement. Le processus de repousse se poursuit durant l’année qui suit l’opération. Il faut donc attendre environ 1 an pour obtenir le résultat définitif.