Le jeu chez l’enfant: un véritable travail !
Le jeu chez l’enfant: un véritable travail !

On parle souvent du jeu comme d’une simple récréation. Et les enfants d’aujourd’hui, surchargés d’activités scolaires et extrascolaires, n’ont que très peu d'espace pour des activités supposées plus « légères ». Quel dommage ! Car le jeu, du hochet aux dés en passant par le train électrique ou les Legos, est au coeur des apprentissages de l’enfant, et détermine fortement son développement mental, affectif et intellectuel. Emmanuelle Houerbi

Le jeu fait partie intégrante de la vie de l'enfant, tout comme le travail pour la plupart d'entre nous. On constate
d'ailleurs que ces deux activités ont les mêmes caractéristiques: elles permettent de perfectionner des habiletés psychomotrices, d’analyser des situations, de faire des expériences. Elles développent en outre la confiance, l'autonomie, la concentration, la créativité, la spontanéité.

Quels jeux pour quel âge?
De 0 à 2ans Bébé a d’abord besoin d’être apaisé par le biais de doudous, de peluches et de musiques douces. Mais il doit aussi découvrir en douceur le monde qui l’entoure. Les parents et l’entourage doivent donc privilégier les portiques, les mobiles musicaux, les tableaux de découverte ou les tapis d’éveil. Les jouets pour le bain, outre le plaisir qu’ils leur apporteront, les familiariseront avec l’eau et seront source d’expériences irremplaçables. Ainsi stimulé (mais pas trop, bébé n’est pas une machine!), votre enfant aiguisera ses 5 sens au contact des jouets. Et ne sous-estimez pas l’intérêt d’objets apparemment banals: casseroles, livres, CD ou revues à déchirer (pas Livret Santé, c’est interdit!) feront des miracles avec bébé!

De 2 à 8ansPour développer son langage, expérimenter la vie en société et surtout, acquérir son autonomie et s’affirmer en tant qu’individu, le jeu est un médiateur aux vertus inestimables. Les fermes et animaux, garage et voitures, brouettes pour le jardin, permettent à l’enfant de se représenter mentalement le monde qui l’entoure. Les coffres remplis de jouets, de chapeaux ou de cubes représentent une source d'inspiration et de mises en situation fabuleuse. Grâce aux jeux d’imitation (téléphone, mini-ordinateur, balais, dînette), l’enfant prend conscience de son individualité tout en apprenant les gestes de sa vie future. Les jeux favorisant la socialisation que sont les gros jeux de construction permettent à un groupe, enfants et adultes réunis, d’oeuvrer ensemble à un but commun, les jeux de règles comme les jeux de voleurs-policiers. Les possibilités de jeu sont infinies: mettez à la disposition de l’enfant déguisements, coloriages, ballons, puzzles, jeux de société… et faites confiance à l’enfant pour choisir en fonction de ses envies.

Le rôle des adultes: gare aux extrêmes!
Faut-il laisser l’enfant face à ses jeux ou intervenir constamment? Ici comme ailleurs, les adultes doivent trouver le juste milieu en guidant l’enfant dans ses jeux tout en respectant son espace et son individualité. Vers 3 ans, l’enfant passera inévitablement par la période du «non», qui lui permet d’imposer sa différence et son autonomie; le jeu en autonomie sera essentiel à ce stade. Sans l’abandonner à ses jeux, respectez cette phase de développement et
laissez-le s’épanouir avec compréhension et bienveillance. Il vous le rendra! Et n’oubliez pas: jouez de temps en temps avec vos enfants, en famille si possible. Le papa ne devra pas non plus hésiter à intervenir dans les jeux de l’enfant, afin de prendre peu à peu la place qui lui revient auprès de l’enfant. Pour marquer sa différence avec la mère, le père privilégiera des jeux plus physiques, notamment avec le garçon qui pourra ainsi plus facilement s’identifier avec la figure paternelle.

Le jeu comme traitement des troubles mentaux chez l’enfant

L’expérience du Dr Asma Bouden, hôpital El Razi, La Manouba

Chez l’enfant à problème, le jeu, véritable médiateur, possède de solides vertus thérapeutiques. Le scéno-test (voir photo), outil inestimable du praticien, permet au jeune enfant de revivre des expériences pénibles, de «jouer» ses pulsions ou des scènes de la vie courante. La technique du jeu psychodramatique est, quant à elle, utilisée principalement pour les adolescents. Visant le même but, elle consiste à «mettre en situation » des adolescents qui doivent jouer seuls leur propre rôle en face de plusieurs thérapeutes. Enfin, des ateliers de jeu sont organisés chaque jour par les résidents de l’hôpital pour les enfants hospitalisés en pédopsychiatrie. Dans le cadre de leur formation pratique, ceux-ci viennent chaque jour avec différents jeux et observent les réactions des patients. En outre, le bureau de chaque médecin est toujours doté d’un espace de jeu destiné à leurs jeunes patients.





Partager