Actualités

Journée Internationale contre les mutilations génitales féminines

Publié le
Journée Internationale contre les mutilations génitales féminines

Sous l’égide des Nations Unies, cette Journée Internationale contre les mutilations génitales féminines veut mettre l’accent sur des pratiques d’un autre âge encore en vigueur dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, principalement mais pas seulement puisque les mutilations génitales féminines sont aussi pratiquées dans certains pays d’Asie et d’Amérique latine. Et qu’elles persistent aussi parmi certaines populations immigrées vivant en Europe occidentale, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Des chiffres effarants !

Ces pratiques de mutilations génitales sont généralement pratiquées sur des fillettes ou des adolescents, occasionnellement sur des femmes adultes
En Afrique, c’est près de 3 millions de jeunes filles qui sont menacées chaque année d’être ainsi mutilées.
C’est aujourd’hui autour de 140 millions de filles et de femmes dans le monde qui vivent en ayant subit ces mutilations génitales et en souffrant de séquelles.

Des pratiques dangereuses pour femmes et enfants

  • Les mutilations génitales féminines provoquent des saignements importants et des problèmes de santé tels que des kystes, des infections, l’infertilité, des complications à l’accouchement ou des risques plus élevés de décès chez le nouveau-né.
  • Les mutilations génitales féminines violent les droits fondamentaux des femmes et des filles

C’est pourquoi depuis 2012, le 6 février est dédié à la lutte contre les mutilations génitales féminines.

Source : http://www.un.org/fr/events/femalegenitalmutilationday/