Actualités

Journée mondiale de l’infertilité

Publié le
Journée mondiale de l’infertilité

Le 4 novembre 2016, le monde entier se rassemble autour de l’infertilité, trouble de la procréation qui affecte 20% à 25% des couples dans le monde.

L’objectif  de cette journée mondiale est d’alerter sur l’importance de la consultation d’un spécialiste après un an de tentatives qui échouent.
Actuellement, 10 % des femmes se rendent chez un spécialiste quand elles n’arrivent pas à procréer.

A l’occasion de la journée mondiale, il est à noter que l’infertilité ne doit pas être assimilée à la stérilité, qui se caractérise par l’incapacité à concevoir.

Un couple infertile est confronté à des difficultés pour mener une grossesse à terme dans l’année suivant l’arrêt de la contraception.
En outre, presque une femme sur quatre n’est pas enceinte dans l’année suivant l’arrêt de sa contraception.
Deux ans après, elles sont encore 11 % à ne pas avoir procréé.

Plusieurs tests permettent de confirmer l’infertilité d’un couple, sa cause et la prise en charge pour y remédier. Dans ce sens, les hommes que les femmes réalisent une étude hormonale basale et une échographie.
D’autres examens peuvent être réalisés en complément.

Le système reproducteur féminin est impliqué dans 30 % des cas d’infertilité.
Parmi les causes les plus répandues, une ménopause précoce, une endométriose, un trouble endocrinien lié à la glande thyroïdienne mais aussi des lésions des trompes de Fallope, des malformations utérines ou encore des troubles de l’ovulation.
Près de 35 % des femmes infertiles sont atteintes d’une endométriose.

L’âge entre aussi en ligne de compte, la moyenne d’âge étant de 30 ans pour le premier accouchement.

L’insémination in vitro est actuellement le procédé en gynécologie le mieux approprié pour avoir un enfant.

En Tunisie, cet aspect de la gynécologie est en pointe avec des équipes de biologistes et de gynécologues très compétents qui maîtrisent parfaitement toutes les étapes du protocole, de la stimulation jusqu’à la fécondation.