Actualités

Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2016

Publié le
Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2016

En finir définitivement … avec le paludisme

Pour cette Journée mondiale 2016 de lutte contre le paludisme, l’Organisation Mondiale de la Santé a choisi le thème « En finir définitivement avec le paludisme » .
Ce thème reflète la nouvelle stratégie technique mondiale contre le paludisme de l’OMS qui vise sinon à éradiquer cette maladie d’ici 2030 de tous les pays, au moins à en réduire l’incidence et la moralité de 90%.

Le Paludisme, maladie parasitaire

Le paludisme est causé par des parasites du genre Plasmodium qui sont transmis par les piqûres de moustiques Anopheles infectés.
Il existe 5 espèces de parasites causant le paludisme chez les êtres humains, Plasmodium falciparum est le plus dangereux et le plus répandu sur le continent africain.

Les nourrissons, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les personnes porteuses du VIH ou atteintes du sida, les migrants non immunisés, les populations itinérantes et les voyageurs sont plus à risque de contracter le paludisme avec de lourdes conséquences.

Le paludisme en chiffre

Quelques chiffres sur l’épidémie de paludisme :

  • Pays : 97 pays où la transmission du paludisme est toujours active.
  • Exposition : 3,2 milliards de personnes sont exposées au risque de paludisme
  • Nombre de cas : 214 millions cas de paludisme recensés dans le monde en 2015
  • Nombre de décès : 438 000 décès causés par le paludisme en 2015
  • Progès : 57 pays ont réussi à réduire d’au moins 75% les nouveaux cas de paludisme.
  • Incidence : 37% baisse de l’incidence du paludisme dans le monde entre 2000 et 2015
  • Mortalité : 60% baisse de la mortalité due au paludisme dans le monde entre 2000 et 2015

Cette maladie peut être éradiquée mais il faut poursuivre les efforts.

Moyen de lutte contre le paludisme

L’OMS recommande :

  • L’utilisation de Moustiquaires imprégnées d’insecticides (MII), et leurs distributions gratuites aux populations à risque
  • La pulvérisation d’insecticides à effet rémanent à l’intérieur des habitations de façon régulière,l’effet dure de 3 à 6 mois
  • Le traitement préventif pour les femmes enceintes et les nourrissons vivant dans des zones où la transmission est modérée à forte.
  • La prise systématique de moyen d’antipaludiques pour les voyageurs allant dans les zones à risques.

(source : OMS)