Actualités

La sieste peut concourir à atténuer l’hypertension artérielle

Publié le
La sieste peut concourir à atténuer l’hypertension artérielle

Etude sur les bénéfices de la sieste

Des chercheurs grecs ont présenté le 29 août 2015,  une étude scientifique portant  sur l’impact de la sieste en milieu de journée sur  les personnes  ayant une pression artérielle élevée, et ce à l’occasion du congrès de la société européenne de cardiologie 2015, à Londres.
L’équipe du Dr Manollis Kallistratos a effectué  une étude sur 386 personnes hypertendues dont la moyenne d’âge est de 60 ans et renfermant 200 femmes et 186 hommes.
Les chercheurs grecs ont consigné la durée du sommeil,  l’habitude de la sieste, le mode de vie, la pression artérielle systolique et diastolique, l’indice de masse corporelle (IMC), le pouls et  le résultat de l’échographie cardiaque.
Par ailleurs, des facteurs comme l’âge, le sexe, la consommation du sel, du tabac, du café et de l’alcool, la pratique de l’activité physique ont été pris en compte.
Les scientifiques ont révélé que les patients hypertendus faisant la sieste ont vu leur pression systolique ambulatoire (PAS) s’abaisser de 6 mm Hg, c’est-à-dire une diminution par rapport aux sujets qui n’effectuent pas de sieste. La différence de PAS est en fait de 4% en journée (5 mm Hg) et de 6% en cours du sommeil (7 mm Hg).

« Cela semble peu, néanmoins il a été démontré  qu’une diminution aussi minime que 2 mm Hg de la pression artérielle peut réduire le risque d’un événement cardiovasculaire de 10% » a souligné Dr Manollis Kallistratos.

Par ailleurs, ces patients hypertendus pratiquant la pause de sieste  ont eu une réduction de 5% du diamètre de leur oreillette gauche et une diminution de 11% de leurs pouls.

Le  Dr Manollis Kallistratos a indiqué également que : « Ces résultats suggèrent que la sieste en milieu de journée contribue sans doute à réduire les dégâts à long terme des vaisseaux du cœur ».

De plus, d’après cette étude grecque,  la pratique de la sieste régulièrement contribuerait à diminuer les doses de médicaments hypertenseurs attribuées aux patients.