Actualités

Le tabagisme passif est un facteur de trouble comportemental

Publié le
Le tabagisme passif est un facteur de trouble comportemental

Une équipe de chercheurs français de l’Inserm sous la direction d’Isabella Maesano de l’Inserm/UMPC a montré l’effet du tabagisme passif sur les enfants scolarisés. Cette étude a été publiée dans la revue Plos le 21 septembre 2015. Les chercheurs français de l’Inserm ont effectué cette étude sur 5200 enfants dans le cycle primaire. Les parents ont répondu à des questionnaires sur l’impact de la nicotine au cours des phases de pré-natalité et post-natalité du tabagisme sur leurs enfants.

Les résultats ont affirmé la neurotoxicité de la nicotine sur les aires cérébrales des enfants. Par ailleurs, lors de l’activation de récepteurs acétylcholiniques, la nicotine induit des dommages au cerveau et à plusieurs fonctions de l’organisme lors de l’inhalation de la fumée tabagique au cours des premiers mois après la naissance. Au cours de la phase fœtale, une exposition au tabagisme passif engendre une perturbation protéique qui induit un déficit du développement neuronal, ce qui provoque des troubles de comportements des enfants et des troubles respiratoires comme l’asthme.