Actualités

Perturbateurs endocriniens

Publié le
Perturbateurs endocriniens

La Commission européenne condamnée pour son inaction

Les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés d’interagir avec des protéines qui régulent les cellules de l’être humain, entraînant des dérèglements physiologiques ou métaboliques. La Commission européenne, dont le rôle est de gérer la santé publique, avait jusqu’au 13 décembre 2013 pour spécifier les critères scientifiques permettant de déterminer des propriétés qui perturbent le système endocrinien, ce qu’elle n’a pas fait.

C’est la Suède qui a saisi la justice européenne en juillet 2014 et le tribunal a reconnu les torts de l’exécutif européen en la matière dans un arrêt publié le 16 décembre 2015. « Toute décision doit être prise sur la base d’un avis scientifique a déclaré, pour sa part, un porte-parole de la Commission, ajoutant que celle-ci « a pris note » du jugement et, invoquant la nécessité de procéder à une analyse d’impact, elle a justifié le retard pris mais le tribunal déclare qu’aucune disposition n’exige cette procédure.

« Il est pourtant urgent que ces substances que l’on trouve dans les plastiques, les pesticides ou les cosmétiques soient réglementées tant leurs effets sur notre système hormonal sont connus et dangereux », a réagi l’eurodéputée des Verts Michèle Rivasi. Si le jugement rendu ce jour concerne uniquement la législation sur les biocides, « il aura toutefois un impact sur d’autres domaines, comme l’utilisation de perturbateurs endocriniens dans les pesticides et les cosmétiques », estime le gouvernement suédois.