Nos Plus

7oumani la deuxième révolution !

Publié le
7oumani la deuxième révolution !

Depuis sa mise en ligne en septembre sur You tube la chanson « Houmani » est en train d’atteindre les presque 8 millions de vues à l’heure de la rédaction de cet article. Du jamais vu pour une chanson tunisienne… Et les jeunes en raffolent !

par Salem Djelassi

« On vit comme des ordures dans une poubelle. Pauvres, sans un sou, sans une thune. On se lève tard, on ne voit pas le temps passer, je n’ai pas de montre. Ici, on n’étudie pas. Ici, on se sent asphyxié. Ici, l’atmosphère est pesante », raconte la chanson. Les auteurs sont Hamzoui Mohamed Amine et Kafon deux jeunes rompus, issus eux-mêmes de quartiers pauvres de Tunis. Que raconte cette chanson : tout simplement la misère dans les quartiers ou le quotidien des quartiers pauvres. La force de ses paroles tient d’abord de leur proximité, de la réalité et de leur spontanéité. De paroles qui ne sont pas du tout soignées et qui, pour la plupart d’entre elles, sont des néologismes. Le titre de la chanson lui-même (Houmani) est un néologisme issu du mot « houma » qui signifie dans notre dialecte : quartier populaire. Des paroles qui ne sont pas tendres contre la situation sociale et politique, qui n’appartiennent à aucune mouvance idéologique et c’est peut-être ça leur force ! Bien au contraire. Ils expriment le ras-le-bol de tout ! Autre point fort de la chanson, c’est sa composition musicale sur du reggae, un rythme que les chansons tunisiennes épousent peu et qui va comme un gant au texte de la chanson.

Un reggae porté par deux voix de jeunes. Des voix jeunes marquées par la vie (et c’est le moins que l’on puisse dire…). Le morceau et son clip, réalisé avec peu de moyens et tourné dans un quartier de l’Ariana, sont devenus un vrai culte en Tunisie et à l’étranger pour les Tunisiens lointains de la patrie. Un vrai hymne national pour les jeunes parce qu’il explique et décrit la situation étouffante dans laquelle ils vivent, il dit les vérités qu’aucun adulte ne peut décrire.  » La magie de ce morceau ne réside pas seulement dans son rythme, ses paroles ou son clip, mais aussi et surtout dans son public éclectique. Du fin fond des banlieues à la capitale, des jeunes aux plus âgés, des riches aux pauvres… les personnes tombées sous le charme de « Houmani » viennent d’horizons différents, et n’adhèrent pas forcément au rap tunisien. Mais, ce rap-là est différent. Certains parlent même d’hymne tunisien, d’ode à la culture populaire et de « révolution musicale et poétique » écrit le site Al Huffington post Maghreb. « Houmani, c’est le gars qui n’a pas les moyens d’en sortir, qui est coincé au quartier », résume Hamzaoui Med Amine pour le magazine français L’Express. La chanson décrit, » dans un argot riche en images et en néologismes, la galère commune de cette jeunesse bloquée : le chômage, la débrouille, la défonce, la délinquance, l’oppression policière, l’ennui… « , poursuit le même magazine qui accorde généralement peu d’attention aux créations tunisiennes. Ironie du sort un          Fast food à Mutuelleville, l’un des quartiers les plus huppés de Tunis porte l’enseigne de Houmani … Alors que Kafon est en prison et que Hamzaoui Mohamed Amine est presque sans le sou !