Nos Plus

Les actes qui attirent

Publié le
Les actes qui attirent

Des actes médicaux non remboursés par la sécurité sociale, des interventions onéreuses, un temps d’attente trop long allant jusqu’à un à deux mois, des compétences, un savoir-faire et une technologie peu ou pas disponibles, la proximité, sont autant de facteurs qui attirent en Tunisie nombre de patients venant de Libye, d’Algérie, de Mauritanie, d’autres pays d’Afrique et d’Europe

par Jaouida Ben Aouali

Dans toutes les spécialités médicales, nos praticiens ont acquis des connaissances forgées dans des facultés où l’enseignement est d’un niveau adéquat, que certains d’entre eux sont allés parfaire en Europe auprès de grands noms des sciences médicales.

La Tunisie est bien placée en matière de tourisme médical grâce à des équipes médicales et chirurgicales hautement qualifiées et spécialisées. De plus, en matière de coût, la Tunisie reste compétitive : le personnel est moins coûteux et les charges sociales moins élevées, sans compter le taux de change totalement favorable aux touristes de santé.

L’offre, cantonnée initialement à des opérations de chirurgie esthétique, s’est diversifiée. La Tunisie propose d’autres actes médicaux et chirurgicaux dans le domaine de l’orthopédie, de la chirurgie digestive et de l’obésité, de la cancérologie, de la cardiologie, sans omettre la procréation médicalement assistée.

La chirurgie esthétique

La Tunisie offre tout un panel de soins en la matière, de la chirurgie du visage, avec le lifting cervico-facial, les liftings frontal, temporal et malaire, la blépharoplastie, la rhinoplastie, la génioplastie, l’otoplastie, le lipofilling du visage, à la chirurgie mammaire, avec l’augmentation ou la réduction mammaire, le lifting ou le lipofilling des seins, la correction de la gynécomastie, en passant par la chirurgie du corps, avec la liposuccion, l’abdominoplastie, le lifting des bras ou des cuisses, et les chirurgies réfractives et dentaires, ainsi que la médecine esthétique.

Les techniques et le matériel utilisés sont les derniers nés des innovations réalisées dans le monde, nos spécialistes étant toujours à l’affût des évolutions de leur discipline.

La chirurgie orthopédique

La chirurgie orthopedique

Qu’elle traite les maladies et les traumatismes de l’appareil locomoteur, comme les fractures, les ruptures et les hématomes, ou encore les déformations des os, des articulations, des ligaments, des tendons et des muscles, la chirurgie orthopédique est d’un excellent niveau en Tunisie. Elle s’est développée dans des domaines comme les prothèses articulaires, les greffes osseuses et la chirurgie endoscopique, le chirurgien orthopédiste tunisien pouvant pratiquer une intervention chirurgicale, réaliser des actes à travers de petites incisions, comme l’arthroscopie, traiter des plaies nécessitant une exploration afin de vérifier l’absence de plaies tendineuses ou articulaires associées. Outre l’Institut orthopédique Mohamed Kassab, la Tunisie vient tout récemment de se doter de SOS Mains, une unité privée spécialisée tout particulièrement dans la chirurgie de la main.

La chirurgie digestive et de l’obésité

La chirurgie digestive et de l’obesite

Réalisée par des chirurgiens spécialistes tunisiens chevronnés, cette discipline concerne toutes les interventions ayant trait aux différents organes de l’appareil digestif, de l’ablation de l’œsophage à la gastrectomie partielle ou totale, de la radiofréquence hépatique à la dérivation bilio-digestive, de la cure de hernie inguinale ou ombilicale à l’appendicectomie, de la colectomie droite ou gauche à l’anastomose colo-anale. Les problèmes d’obésité ne sont pas en reste puisque les interventions qui s’y rapportent, au nombre de trois, sont également réalisées au sein de nos établissements. En effet, la chirurgie bariatrique, destinée à réduire la sensation de faim et induire la perte drastique de poids, est pratiquée, sous anesthésie générale, sous toutes ses formes en fonction des besoins de chaque patient : l’anneau gastrique concerne les patients dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 35 et consiste en la mise en place d’un anneau ajustable autour de la partie supérieure de l’estomac pour en réduire la capacité ; la sleeve gastrectomie est recommandée aux personnes dont l’IMC est supérieur à 40, une partie de l’estomac étant enlevée sans interrompre la continuité digestive et ce, toujours afin de réduire l’absorption de calories ; le by-pass gastrique est conçu pour ceux dont l’IMC est supérieur à 40 et consiste à réduire la capacité gastrique et à court-circuiter le bol alimentaire sur l’intestin grêle de façon à ce qu’il ne soit pas complètement absorbé par l’organisme.

L’aide médicale à la procréation (AMP)

 

AMP

L’ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection ou injection intracytoplasmique d’un spermatozoïde) apparaît comme une technique révolutionnaire qui a bouleversé la prise en charge des couples infertiles. Initialement réservée aux infertilités à définition masculine, son application s’est étendue aux autres types d’infertilité. L’analyse des résultats sur les deux premières années d’activité fait apparaître une augmentation de l’activité du centre d’AMP de l’hôpital Aziza Othmana, entre autres, dans la prise en charge des couples infertiles par ICSI. Les résultats en termes de taux de fécondation et de taux de grossesse clinique sont concordants avec ceux publiés dans la littérature internationale sur la question. Ces résultats permettent d’évaluer, de façon globale, les chances des couples infertiles d’avoir une grossesse grâce à cette technique. C’est pourquoi, nombre de couples étrangers viennent y recourir en Tunisie.

La cancérologie

La cancerologie

Assumée et endossée par d’éminents spécialistes tunisiens, cette discipline fait intervenir les professions qui consacrent la totalité de leur activité à la cancérologie, à savoir l’oncologie médicale, l’oncologie radiothérapie, l’onco-hématologie, celles qui participent au diagnostic du cancer avec le radiodiagnostic/imagerie médicale, la médecine nucléaire et l’anatomo-cytopathologie, enfin celles dont l’intervention accrue est prévisible dans le cadre des évolutions de l’organisation des soins, ainsi les médecins spécialistes dont les pneumologues, les gastroentérologues, les neuro-oncologues, les onco-pédiatres, les dermatologues, les médecins internistes et les médecins généralistes.