Nos Plus

Ahlem Boufaied, orthophoniste et fondatrice de Céli Editions

Publié le
Ahlem Boufaied, orthophoniste et fondatrice de Céli Editions

Ahlem Boufaied est orthophoniste psychologue pour enfants. L’orthophoniste, c’est la personne qui prend en charge des enfants qui ont des problèmes de langage et des difficultés scolaires, la dyslexie par exemple. Ahlem Boufaied a fondé Céli Editions, maison d’éditions jeunesse, spécialisée dans les divers troubles du langage chez les enfants, et les problèmes scolaires plus généralement. C’est la seule maison d’édition dans cette spécialité, en Afrique.

par Sondes Khribi Khalifa

« Le livre enfant, pour éduquer nos enfants autrement. »

Vous êtes orthophoniste et fondatrice de Céli Editions…Comment vous est venu cet intérêt pour le livre pour enfant ?

 

C’est venu avec un vécu personnel en fait, je cherchais un livre pour mon enfant de trois ans. Je ne trouvais pas de livres qui soient adaptés à son âge, j’ai donc commencé à écrire pour mon fils…

Ensuite je me  suis  demandé  pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde ? Il faut dire que mon père était écrivain aussi, je viens donc d’un environnement du livre. J’ai un peu l’amour de ce métier dans les veines…Ajoutée à cela ma formation, et la boucle est bouclée. J’ai été publiée chez certains éditeurs (non au début j’ai édité à compte d’auteur), ensuite j’ai pensé faire cela toute seule. Céli Editions est née en 2005 et c’est au fond ma formation qui m’a poussée vers une édition spécialisée dans le livre jeunesse.

J’écris moi-même, j’ai déjà fait trois livres sur les troubles scolaires et les troubles de l’enfant.

Mais il n’y a pas que moi, nous sommes quelques personnes à être portées par la même motivation.

 

Quelle importance de remettre nos enfants à la lecture dans la société de l’Internet et de l’IPad ?

 

Très grande importance. Ils regardent trop la télé nos enfants ! Et toutes sortes d’écrans de façon générale. Nous, parents, portons une certaine responsabilité. Nous ne donnons plus le bon exemple à nos enfants. Si l’enfant ne voit aucun livre à la maison, s’il ne voit jamais ses parents tenir un livre… Comment voulez-vous qu’il s’intéresse au livre ?

Je crois que l’éducation commence toujours par la base, depuis le bas âge de l’enfant. Les choses seront beaucoup plus difficiles ensuite.

Les enfants sont le véritable capital du pays, nous n’avons pas le droit de les négliger. C’est comme les colonnes dans une maison, si les colonnes ne sont pas bien faites, la maison sera brisée par le premier coup de vent.

Le livre est peut-être le maillon faible, dans notre pays. Que dire du livre pour enfant. Il faut savoir que celui-ci coûte relativement cher, avec les couleurs, la qualité du papier, etc. Je dois dire que je travaille avec des projets ponctuels, c’est comme ça que je m’en sors financièrement, autrement je ne peux pas survivre…

Malgré toutes les difficultés, je me suis investie dans ce domaine, c’est une énergie au fond de moi qui me guide, d’ailleurs je ne fais que les livres que je ressens au fond de moi. Je fais quelque chose que j’aime et qui me donne un épanouissement tous les jours.

Mon objectif est d’initier les petits à la lecture, c’est simple… C’est une philosophie entière qui me motive en fait. C’est pour cela que je travaille dans le domaine associatif aussi. C’est aussi le rôle d’une maison d’édition à mon avis.

 

J’ai personnellement beaucoup aimé l’histoire de Saadou le magnifique…Quels messages vouliez-vous transmettre à l’enfant, via ce petit conte ?

 

Voyez-vous, comme je suis spécialiste de l’enfant, je sais que celui-ci n’aime pas qu’on lui dicte son comportement, il faut savoir suggérer les choses, laisser l’enfant aller à la conclusion ou à la morale, lui-même. C’est uniquement ainsi qu’il va l’intégrer au fond de lui.

Saadou c’est un personnage dont l’histoire enseigne à l’enfant beaucoup de valeurs, sans prononcer les mots parfois. Il s’agit de l’acceptation de la différence, de la tolérance, de l’amour de l’autre et de l’amour à toute épreuve. Il s’agit aussi de l’amour du travail et du métier qu’on fait, etc.

Si nous ne faisons rien pour enseigner à nos enfants les valeurs fondatrices de la société que nous voulons, ils pourront intégrer d’autres valeurs, par les différents autres canaux que permet la révolution technologique, et il sera trop tard alors.

L’écriture pour enfant c’est un métier à part entière à vrai dire, ce n’est pas facile d’inventer une histoire simple, attractive, avec des illustrations adaptées à l’âge de l’enfant, etc.

 

J’aime beaucoup aussi votre collection 100 idées, très utile pour le parent…Vous nous en parlez ?

 

Oui, c’est une collection destinée aux parents et aux enseignants également. C’est toujours ma formation de base qui me pousse vers ce genre de livres qui aident le parent à dépasser le cap lors d’épreuves particulières, ou particulièrement difficiles pour certains. Cela peut être l’entrée en classe préparatoire pour les uns, un enfant dyslexique pour les autres, etc. La collection est en train de s’enrichir tous les jours, nous y travaillons…

 

Un dernier mot pour les lecteurs de Livret Santé ?

 

Je voudrais terminer en m’adressant aux parents, en leur disant : donnez du temps à vos enfants. L’éducation n’est pas de loger, nourrir, habiller, etc. l’éducation c’est d’abord être présent.

Vous savez, tout se joue (ou presque) avant 5 ans, 70 % de l’intelligence de l’enfant se façonne à ce moment-là, dans ce rapport à la mère et au père, dans le non-verbal le plus souvent. Alors occupez-vous de vos enfants dès la naissance, communiquez avec eux, racontez-leur des histoires, laissez vos problèmes en dehors de l’univers de l’enfant…Du moment que vous avez choisi de faire un enfant, vous êtes parent avant tout.