Nos Plus

Le chat un thérapeute à poils

Publié le
Le chat un thérapeute à poils

Animal de compagnie préféré des Tunisiens, le chat occupe une place privilégiée dans notre société. De race ou commun, chacun a une histoire de chat. Mais qui sont-ils vraiment ? Comment en prendre soin ? Et pourquoi nous font-ils tant de bien ?

par Hela Kochbati

L’homme et le chat

On retrouve des traces de cohabitation entre le chat et l’homme depuis l’ère néolithique, il y a 10 000 ans, au début de l’agriculture, grâce  à l’émergence de la culture des céréales. Et qui dit céréales, dit rongeurs et qui dit rongeurs, dit chats.
Durant l’Antiquité, le chat a toujours eu une place de choix auprès de l’homme avec notamment une vénération à l’époque des égyptiens qui l’élevèrent au rang de divinité et où il était passible de mort de tuer un chat. Selon une légende mythique, le chat serait né de l’éternuement du  lion sur l’Arche de Noé afin de la débarrasser des rongeurs qui s’attaquaient à sa coque. La tradition musulmane, depuis le prophète, a instauré des notions de protection et de respect des besoins et des intérêts  de tous les animaux, dont les chats. Dans toutes les régions du monde, il existe de nombreuses légendes liées aux chats, parfois farfelues mais ayant très souvent un rapport aux astres, plus particulièrement la lune.

Les caractéristiques du chat

Le chat est un animal domestique. C’est un mammifère vertébré qui  fait partie de la famille des félidés. Il en existe plusieurs races, on distingue le chat sauvage, le  chat persan, le chat de gouttière.
Le chat présente un assez long squelette et une queue. Il possède également des  capacités sensorielles très développées.
Son ouïe est  très performante, tout comme les canidés, et ce, grâce à ses oreilles et  ses vibrisses (longs poils présents au niveau des moustaches, des pattes, sous le menton et au niveau des sourcils), qui lui permettent de percevoir des sons inaudibles par l’homme.
Sa vue est, quant à elle, particulièrement perçante, de surcroît la nuit, grâce à des pupilles qui s’agrandissent au cours de la vision nocturne. Son odorat très développé lui permet de déceler sa nourriture  et de détecter une alimentation empoisonnée. Le chat possède deux  cents millions de terminaux olfactifs.
Avec 250 papilles et deux mille bourgeons gustatifs, le chat peut être qualifié de fin palais. En outre, les coussinets des pattes du chat sont garnis de cellules tactiles très sensibles au milieu ambiant.
Enfin, le chat est rapide dans sa marche et souple dans ses mouvements. Un chat peut faire des sauts à des hauteurs comprises entre 50 et 70 cm. Suivant les races, il sera à poils longs ou courts d’une ou plusieurs teintes.

L’expression du chat est le miaulement. Et lorsqu’il est heureux, il ronronne.
Le chat présente cinq griffes rétractiles par pattes à l’avant et quatre sur les pattes arrières, rehaussées de coussinets qui lui permettent de se mouvoir sans bruit. Une portée  gestationnelle compte en moyenne trois à cinq chatons.

La ronron-thérapie

Il existe de nombreux bienfaits de la thérapie par les chats ou « ronron-thérapie » sur le moral, le traitement de l’anxiété, l’insomnie et l’autisme. La présence d’un chat est apaisante dans maison.
Avec ses ronrons, il peut être également un remède très efficace pour chasser les insomnies et aider à l’endormissement.
Le ronronnement du chat émet, comme la musicothérapie, des vibrations sonores apaisantes qui permettent de calmer les propriétaires de ces animaux.
C’est par le tympan et  les corpuscules de Pacini et les terminaisons nerveuses localisées au ras de la peau  que les ronrons sont transmis. Ces vibrations sonores présentent une fréquence moyenne comprise entre 20 et 50 Hz.
Les vertus thérapeutiques du félidé dans un foyer ne se limitent  pas au ronronnement. En effet, un chat domestique marque ses propriétaires par sa présence et son affection. Par ailleurs, un chat est comme un bébé. Il est câlin, doux, il aime se faire cajoler et caresser.
Le poète français, Stéphane Mallarmé  écrivait : « Je pense que le chat est nécessaire à un intérieur. Il le complète. C’est lui qui polit les meubles, en arrondit les angles, lui qui donne à l’appartement du mystérieux. Il est bien le dernier bibelot, le couronnement suprême » et il rajoute « Les chats sont des êtres faits pour emmagasiner la caresse ». 

Notre  spécialiste Dr Beligh Ben Soltana Médecin vétérinaire

Quelles sont les caractéristiques du chat  comme animal domestique et de compagnie ?

Dans notre pays, le  chat est l’animal de compagnie « par excellence » et « spécialement pour la femme ».
Le chat est souvent adopté par les femmes  jeunes ou d’un certain âge. Cet animal présente une sorte d’attirance pour la gente féminine.
Le chat est un animal domestique dressé depuis des siècles.  C’est le plus propre des animaux domestiques. C’est un animal très intelligent, qui a une vision très développée aussi bien le jour que dans l’obscurité.
Il a  une vue développée dans la pénombre en comparaison de l’homme, et c’est là qu’il commence généralement à se préparer pour  chasser ses proies (insectes, rongeurs, etc).
Le chat dispose également d’une ouïe particulièrement sensible à de hautes fréquences. Il parvient à distinguer les ultrasons jusqu’à 50 000 Hz alors que l’oreille humaine a une capacité de perception de 20 000 Hz. Son odorat présente une grande importance pour marquer son territoire. Une fois qu’il est adopté et dressé, il s’oriente automatiquement à sa litière et  ne salit pas partout. Cependant, les poils de cet animal peuvent présenter un problème.
Il y a différentes races de chats qui existent en Tunisie,  telles que le chat de « gouttière », notre chat de maison « tunisien », le chat roux, tigré ou tricolore et aussi le chat à « écailles de tortue ».
Il y a également  le siamois ou l’angora turc, il y a le persan avec le nez écrasé, la tête globuleuse et les poils longs et en fourrure.  On retrouve également le chat russe et le ragdoll.
La reproduction chez les chats est un phénomène assez agressif. Le chat doit passer dans un duel avec le chat dominant pour  se reproduire avec la femelle.

Quel est le régime alimentaire du chat ?

Pour la nourriture du chat, elle comprend 50 % de viandes (rouges, hachées,  blanches de poulet) et 50 % entre légumes et pâtes. On peut soit faire des préparations à la maison, soit des croquettes commerciales ou médicales qui existent pour différents âges et de différents goûts ; elles sont équilibrées en glucides, en protéines, en lipides et en vitamines.
Cependant, il faut pouvoir  bien choisir entre l’aliment préparé ou celui  fabriqué comme les croquettes puisque les croquettes de mauvaise qualité peuvent entraîner des problèmes de santé du félin à long terme.
Pour les chats persans par exemple, il y a des croquettes spéciales pour la prévention des problèmes de poils.

Quels sont les bienfaits thérapeutiques du chat ?

La ronron-thérapie a des effets positifs pour les personnes souffrant d’une déprime, d’une dépression ou qui sont affectées par une maladie de troubles de spectre autistique (TSA).
Le chat joue un rôle très important dans l’amélioration du comportement de ces patients et soulager les symptômes de ces problèmes de santé.
Parfois, je reçois des parents d’enfants autistes après une consultation chez un pédopsychiatre pour avoir un animal de compagnie.
Dans la majorité des cas, je conseille l’adoption d’un chat parce que c’est un animal qu’on va conditionner, qui va rester à la maison, qui est facile à traiter (propreté, nettoyage, alimentation, etc) par le  propriétaire comme la maman de l’enfant.
Donc une fois  le chat  adopté, l’enfant peut jouer avec cet animal câlin, gentil, à poils doux. Par ailleurs, le chat est un animal domestique de nature solitaire et autonome, contrairement au chien. Le chat n’est pas dépendant de son propriétaire, il retrouve son biotope à sa guise et il reste collé à son propriétaire pour des gestes câlins, s’il les réclame, et c’est ce que cherche le Tunisien en adoptant un animal domestique.  

Quelles sont les maladies qui sont transmises par le chat à l’homme ?

Les chats sont des aimants à puces. Les poils du chat peuvent transmettre certaines maladies comme la teigne, les champignons et des formes allergiques.
Cependant,  pour l’homme, il n’y a pas de problèmes de kystes hydatiques transmis directement par les poils en les avalant ou en les respirant. Quand les chats sont vaccinés, ont subi  une vermifugation et un traitement antiparasitaire, ces pathologies ne se posent pas. La vaccination permet l’élimination de l’excès de parasites dans les intestins du chat.
Quand un chat est atteint par une maladie cutanée il peut la transmettre à son propriétaire comme dans le cas  d’une pathologie fongique, c’est  ce qu’on appelle une zoonose. Il y a des personnes qui au toucher sont allergiques aux poils. On évoque également souvent la toxoplasmose qui est une maladie transmissible par voie orale, principalement pour les femmes enceintes.
D’ailleurs, parmi les premiers tests que la femme enceinte effectue, c’est le test de toxoplasmose. Il y a des animaux domestiques enragés qui vivent à l’extérieur.  La rage se transmet à l’homme par  les morsures et les coups de griffes. 50 %  des Tunisiens qui  ont des chats domestiqués,  ne les ont pas vaccinés.
Quelques règles simples d’hygiène peuvent prévenir toutes ces maladies grâce notamment  à un nettoyage fréquent des mains, de l’animal et de sa litière.

Quels conseils transmettez-vous  aux lecteurs qui adoptent un chat ?

Pour adopter un chat, privilégiez un chaton âgé de deux mois et sevré.
N’adoptez pas un chat d’une à deux semaines, pour éviter le problème de la prise de lait, qui doit être conforme au lait maternel, sinon le chat risque de développer des troubles de comportement, un problème que les vétérinaires rencontrent très souvent.
A partir de deux à trois mois, commencez à vacciner le chat et adoptez des règles préventives de base, c’est-à-dire la vermifugation, le traitement antiparasitaire, la vaccination et ses rappels.
A partir de là, le chat peut vivre tranquillement à la maison sans risque  ni pour sa santé ni pour la vôtre.
Il est essentiel d’installer la litière dans un milieu très aéré, de la changer au minimum tous les trois jours. Par ailleurs, à partir de six mois, on commence à parler de castration chez le mâle et de stérilisation chez la femelle. Ces mesures préventives sont fortement recommandées. La stérilisation  à l’âge de 6 mois permet de prévenir énormément de désagréments.