Nos Plus

Compléments alimentaires

Publié le
Compléments alimentaires

Les compléments alimentaires font partie de notre quotidien, sans souvent savoir l’utilisation qui doit en être faite. Mais, on oublie trop souvent que même s’ils ne sont pas classés comme «médicaments», ils agissent sur notre organisme. La Rédaction de Livret Santé a demandé à un spécialiste de nous éclairer.

par Hela Kochbati

Interview de Dr Abdelmajid Trimèche, Nutritionniste et Spécialiste en diabétologie et obésité

Comment définir les compléments alimentaires ?

Les compléments alimentaires sont définis d’une manière réglementaire comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés ». Ils sont généralement commercialisés sous forme de doses, gélules, pastilles, comprimés, pilules et autres formes similaires ainsi qu’en sachets de poudre, ampoules, flacons munis de compte-gouttes et autres formes analogues de préparations liquides ou en poudre destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité.

Quels sont les groupes de compléments alimentaires ?

On distingue deux groupes de compléments alimentaires, à savoir les nutriments et les autres substances. Les nutriments sont soit des vitamines ou des minéraux. Les autres substances sont les « substances à but nutritionnel ou physiologique », qui sont des substances chimiquement définies possédant des propriétés nutritionnelles ou physiologiques, à l’exception des nutriments vitamines ou minéraux et des substances à propriétés pharmacologiques. On trouve également « les plantes et les préparations de plantes » qui sont des ingrédients composés de végétaux ou issus de ceux-ci, à l’exclusion des plantes ou des préparations phytothérapeutiques possédant des propriétés pharmacologiques et destinées à un usage exclusivement thérapeutique. Les caractéristiques des compléments alimentaires doivent être bien explicites au niveau de l’étiquetage avant que ces denrées soient commercialisées. On voit actuellement plusieurs grandes boutiques qui ouvrent et vendent leurs produits, de différents composés et c’est pour cela il est important qu’elles soient très contrôlées.

Comment définir les bienfaits des compléments alimentaires ?

Quand on évoque un complément alimentaire, cela veut dire que c’est un produit qui va complémenter le régime alimentaire normal. Cependant, il faut savoir quand on a besoin d’un complément alimentaire. La vitamine C est bénéfique, en soulageant la fatigue et renforçant le tonus. Elle régénère la vitamine E et inversement. La vitamine E a ses bienfaits, c’est ce qu’on appelle une vitamine anti-vieillesse mais en excès elle peut entraîner un risque de cancer. Pour l’amincissement, il y a des compléments alimentaires qui contiennent de l’iode ou des hormones thyroïdiennes mais parfois ces produits sont très dangereux pour la santé. Le fucus par exemple est une algue brune qui est riche en iode et qui est utilisée pour le contrôle et la perte de poids. Néanmoins, un excès en iode peut induire une hyperthyroïdie. Il y a également des compléments alimentaires à base de figue de barbarie indiquée notamment dans le régime minceur. Pour le diabète, si son alimentation est variée et équilibrée couvrant les besoins en oligoéléments et vitamines et l’apport nécessaire en calories, il n’y a pas besoin de prescrire des compléments alimentaires. Cependant, s’il existe une fuite ou une malabsorption d’oligo-élément, ce dernier est supplémenté. Par ailleurs, pour des diabétiques sous biguanide, ce médicament entrave parfois l’absorption de la vitamine B.

A qui s’adressent les compléments alimentaires ?

Un complément alimentaire n’est pas nécessaire si le régime alimentaire est équilibré et apporte les apports normaux en glucides, protéines et lipides. Quand il y a une demande de notre organisme d’un apport en concentré de certains éléments minéraux, de vitamines ou oligoéléments, c’est généralement par une « fuite » de l’organisme au cours du métabolisme ou une anomalie physiologique. A titre d’exemple pour les patients ayant des diarrhées chroniques, des problèmes de digestion ou d’assimilation et tous les problèmes de mal absorption, ce sont généralement des déficiences en oligoéléments. En outre, les sujets alités ou les patients en phase postopératoire ont besoin de compléments alimentaires, les femmes enceintes (à qui on donne souvent du fer et la vitamine B9). Pour le reste des sujets, il faut être attentif et c’est au cas par cas. Ce ne sont pas des produits qui vont faire des miracles.

Quelles sont les contre-indications pour les compléments alimentaires ?

Pour les contre-indications, c’est également au cas par cas. Il faut faire attention car certains compléments alimentaires interagissent entre eux, c’est-à-dire quand on donne du fer associé à certains oligoéléments, ils peuvent ne pas être absorbés et les effets s’annulent. On ne peut pas consommer plusieurs vitamines en même temps. Par exemple, quand on consomme du thé, il va éliminer les effets de l’absorption du fer, c’est pour cela qu’il faut prendre un complément alimentaire en fer deux heures avant ou deux heures après la prise du thé. Par ailleurs, le sorgho contient de l’oxalate qui élimine également l’assimilation du fer et du calcium. Notre consommation en compléments alimentaires doit se faire en fonction des besoins de notre organisme. De plus, ce sont des produits qui coûtent chers et qui peuvent n’apporter aucun effet notable. Quand l’alimentation est équilibrée, il n’y pas besoin d’un complément alimentaire. Il est essentiel de gérer nos besoins et lorsque notre alimentation est déficiente, il est important de bien définir l’horaire de la prise qui est capitale. Certains oligo-éléments ont des conditions de compétition (compétitivité). Ils ont des transporteurs spécifiques. Lorsque deux éléments ont le même transporteur, l’un d’eux va être absorbé et l’autre va être inhibé. Le médecin nutritionniste connaît toutes ces interactions. Certaines vitamines prises en même temps peuvent entraîner des effets antagonistes. Des sujets anémiques peuvent également présenter un excès de fer, il se peut que ce soit la vitamine B12 qui est déficiente suite à un dysfonctionnement de l’estomac ou bien une hypothyroïdie ou une maladie inflammatoire ou une insuffisance rénale ou un mal hépatique. Il est aussi à souligner que la vitamine C facilite l’absorption du fer et il arrive qu’on donne en association ces deux nutriments.

Quelles recommandations pour bien utiliser les compléments alimentaires ?

Pour bien utiliser les compléments alimentaires, il faut toujours demander l’avis de son médecin traitant. Il ne faut pas les consommer librement et sans un avis médical, des interactions peuvent se produire et annuler les effets des nutriments comme on peut avoir des effets néfastes pour la santé. Il faut également préconiser la dose nécessaire pour un complément alimentaire, éviter que son absorption ne soit toxique, pallier les inhibitions et les effets inverses de cette denrée alimentaire. Un médecin sait ce qu’il faut prescrire pour son patient. En Tunisie, on ne dispose pas d’une réglementation pour les compléments alimentaires et j’espère que cela va changer. L’étiquetage est basé sur la réglementation de 2008. Les compléments alimentaires ne sont classés ni comme des aliments ni comme des médicaments. Ce sont des denrées alimentaires et des produits commercialisés à l’attention des consommateurs sous une forme préambulée. Il est important de faire attention à la dose maximale à consommer et quand on consomme deux produits qui ont les mêmes compositions ou des ingrédients similaires pour ne pas atteindre la dose toxique. Il faut savoir qu’un complément alimentaire a une indication bien précise Pour moi, un complément alimentaire en dehors d’une prescription médicale est inutile.

Quelles dispositions nécessaires relatives à l’étiquetage des compléments alimentaires doit-on considérer ?

L’étiquetage des compléments alimentaires, leur présentation et la publicité qui en est faite ne doit pas attribuer à ces produits des propriétés de prévention, de traitement ou de guérison. L’étiquetage des compléments alimentaires porte des indications : le nom des catégories de nutriments ou de substances caractérisant le produit ou une indication relative à la nature de ces nutriments ou substances, la portion journalière de la consommation recommandée, un avertissement pour la dose journalière à ne pas dépasser afin de ne pas induire un effet nocif sur la santé, une recommandation pour que les compléments alimentaires ne soient pas utilisés comme les substituts d’un régime alimentaire varié et un avertissement mentionnant que les produits doivent être tenus hors de la portée des jeunes enfants.