Nos Plus

Doha, capitale de la santé 1000 experts forment leur « WISH » pour une meilleure santé mondiale

Publié le
Doha, capitale de la santé 1000 experts forment leur « WISH » pour une meilleure santé mondiale

Dans la nuit douce de ce mois de février, du cœur de la ville, s’élèvent comme un hommage au ciel des dizaines de vertigineuses tours de lumières. A leurs pieds, un havre de paix, le musée d’art islamique dont la cafétéria est tenue par le grand Ducasse. Bienvenue à Doha, ville de tous les défis qui entend s’inscrire (aussi) comme capitale de la santé avec une 2ème édition de WISH, Sommet mondial de l’innovation pour la santé, qui a attiré dans la ville qatarie 1000 des meilleurs experts mondiaux, hauts responsables et décideurs pour débattre des plus importants sujets de préoccupation dans le domaine de la santé.
Retour sur un rendez-vous remarquable à l’issue duquel pas moins de quatorze rapports portant sur les défis de santé majeurs ont été présentés par les participants.

par Senda Baccar

« WISH contribue à changer la réalité de la santé au niveau mondial et ce, en vue d’atteindre un plus grand objectif, celui de fournir une couverture de santé de qualité pour tous. Soins de santé et accès aux soins sont au cœur des droits humains.

Les statistiques indiquent qu’il y a au moins un milliard de personnes chaque année qui n’ont pas accès aux services de santé dont ils ont besoin. Deux cent cinquante millions d’entre eux sont démolis par les conséquences financières résultant des frais qu’ils paient pour ces services. »

Cérémonie plénière d’ouverture WISH 2015 

SA Cheikha Moza Bint Nasser, Présidente de Qatar Foundation

Doha, 17 février, l’immense auditorium cérémonial du Qatar National Center of Convention situé à la périphérie de la ville, en face de la célèbre Qatar Foundation (Fondation du Qatar pour l’éducation, la science et le développement communautaire), bruit de mille conversations. Ambassadeurs, princes et princesses très impliqués dans diverses organisations non gouvernementales spécialisées dans la santé, et surtout ces 1000 experts santé de toutes les nationalités attendent impatiemment l’ouverture de la 2ème édition de WISH.

Que du beau monde ! En attente également de l’arrivée de SA Cheikha Moza Bint Nasser, Présidente de Qatar Foundation, initiatrice de ce sommet auquel elle-même et ses prestigieux invités vont, durant deux jours, participer activement, assis parmi un public attentif et savant, ponctuant le débat de leurs interventions intéressantes, car ce parterre royal est très engagé dans divers combats liés à la santé, en particulier contre le cancer.

Les têtes couronnées s’engagent

Il en est ainsi de SAR la Princesse Lalla Salma, présidente de la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers et ambassadrice de bonne volonté de l’OMS dans la lutte contre le cancer. SAR Margriet des Pays-Bas est aussi présente. Membre de la Commission permanente de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ancienne Vice Présidente de la Croix-Rouge néerlandaise, elle est très attachée à toutes les questions liées au bien-être social et à la santé. Enfin, autre présence féminine très remarquée (lire interview), celle de SAR Dina Mired. Entre deux sourires espiègles, elle cache en réalité un engagement profond au sein de la Fondation jordanienne King Hussein contre le cancer qu’elle dirige depuis 2002 en plus du titre de Présidente d’honneur du Programme jordanien de lutte contre le cancer (lire notre interview exclusive).

Bâtir une communauté

Ces têtes couronnées et bien pleines sont au premier rang. Se sont joints à elles près d’une trentaine de ministres de la Santé ainsi que l’ensemble de la communauté diplomatique de Doha. Un parterre international qui reflète bien les 80 nationalités représentées à WISH 2015. En effet, ce ne sont pas moins de 1000 experts et chercheurs internationaux dans la santé qui ont convergé vers Doha pour ce rendez-vous. Objectif affiché et mis en exergue dès l’ouverture des travaux par Pr Lord Darzy : construire une communauté, créer un lien permanent entre les différentes personnes afin d’échanger et de partager les dernières innovations dans le secteur de la santé, répondre aux défis les plus urgents (cancer, diabète, santé mentale, médecine d’urgence, santé maternelle, accès à la santé pour tous, etc.) puis, but ultime, les diffuser le plus largement possible afin d’en faire profiter les communautés scientifiques du monde entier et les générations futures. Ainsi, a-t-il fait remarquer lors de la cérémonie d’ouverture, WISH accueille « vingt des innovations les plus excitantes du monde – allant de dispositifs pratiques à de nouveaux modèles d’affaires – conçus pour transformer les soins de santé. »

Vaste ambition que celle d’établir cette feuille de route pour un monde plus sain.

C’est pourtant ce que cette deuxième édition de WISH a offert, véritable creuset d’idées, d’innovations, de solutions ou encore de mesures destinées à sauver des vies et à diminuer les coûts de la santé. Des dizaines de panels répartis dans les auditoriums ont permis ces riches échanges d’expériences diverses entre les délégués.

Au cours de ce Sommet, huit rapports complets ont été en outre publiés (disponibles en téléchargement libre sur le site du Sommet*), contenant des études de cas et recherches provenant du monde entier, apportant de nouveaux éclairages et des solutions aux divers problèmes de santé les plus répandus.

Enfin, l’immense salle d’exposition a vu la présence de dizaines de chercheurs et leurs « drôles » d’innovations : chirurgie virtuelle, prothèses 3D, applications mobiles, etc. Autant d’idées géniales, parfois simples, pour améliorer le futur de l’être humain. Notre futur à tous et, surtout, celui de nos enfants. Car, conclura celle qui est à l’initiative de ce rendez-vous unique au monde, SA Cheikha Moza Bint Nasser, Présidente de Qatar Foundation, « nous ne pourrons pas surmonter les défis de santé à moins d’investir dans des solutions qui lient santé et éducation, car celles-ci sont intrinsèquement liées. L’innovation dans l’éducation nous mènera à l’innovation en matière de santé. Notre vœu est de promouvoir l’accès à l’éducation primaire et la couverture maladie universelle. »

WISE, « petit frère » de WISH, le prochain Sommet pour l’Education qui se tiendra à Doha en novembre toujours à l’initiative de la Qatar Foundation s’en fera certainement l’écho.

Un autre rendez-vous qu’il ne faudra rater sous aucun prétexte.

*www.wish-qatar.org

Entretien exclusif SAR Dina Mired Fondation jordanienne King Hussein contre le cancer

Entre deux sourires espiègles à la sortie d’une réunion, Son Altesse Dina Mired reprend vite son sérieux quand il s’agit de parler d’un sujet qui lui tient à cœur, la lutte contre le cancer dans son pays, la Jordanie, et dans la région. Et en véritable ambassadrice de la fondation King Hussein contre le cancer* où elle occupe le poste de Directrice générale, elle se prête gentiment au jeu des questions.

Parlez-nous de la King Hussein Cancer Foundation (KHCF) ?

Il s’agit d’une organisation non gouvernementale et indépendante, à but non lucratif. Créée en 1997, par décret royal, elle a pour objectif de lutter contre le cancer en Jordanie et dans la région du Moyen-Orient. Notre mission principale est de récolter des fonds afin de financer le King Hussein Cancer Center en Jordanie. Il faut avouer que ce Centre a connu un parcours exceptionnel, devenant en quelques années l’un des meilleurs lieux d’accueil de la région pour les patients atteints de cancer, également accrédité par la Joint Commission [ndlr : Joint Commission on Accreditation of Healthcare Organizations (JCAHO) des Etats-Unis].

Ce certificat n’est pas un simple diplôme qui décore les murs du Centre. Nous en faisons une réalité au quotidien. L’ensemble des patients qui atterrissent dans notre Centre, qu’ils soient jordaniens ou issus d’autres nationalités, Palestiniens, Soudanais, Yéménites, Syriens, etc.. bénéficient des meilleurs soins. Voilà ce qui représente à nos yeux l’une des plus importantes de nos réalisations. Bien sûr cela demande beaucoup d’argent et nous essayons de sensibiliser le plus de partenaires possibles afin de continuer à prendre en charge le plus de personnes possibles.

La prévention doit également constituer un défi majeur pour la Fondation ?

Effectivement, elle fait partie de nos missions. Nous avons tout mis en œuvre pour apporter les meilleurs soins afin que les gens croient en la prévention et la détection précoce des cancers. Nous avons lancé avec succès notre Programme national de prévention du cancer du sein. 70 % des femmes arrivaient chez nous avec un cancer à un stade avancé. En sept ans, nous avons divisé ce chiffre par deux ! Le chemin est long, difficile mais nous sauvons des vies. De plus en plus… Il ne faut pas perdre de vue que les femmes ont peur de consulter, pour des raisons liées à notre société, à notre culture. Elles craignent que leur conjoint les quitte, elles ont peur de perdre ce symbole de leur féminité… Du coup, on fait le tour des villes, des villages les plus reculés, on a frappé aux portes des maisons porteur de ce message : une détection précoce peut sauver votre vie.

*www.khcc.jo

S.B