Nos Plus

Un des fleurons du système de santé tunisien – Le Centre national de greffe de moelle osseuse

Publié le
Un des fleurons du système de santé tunisien – Le Centre national de greffe de moelle osseuse

C’est dans le quartier hospitalo-universitaire de La Rabta que nous nous sommes rendus, en passant par l’entrée du Centre national de transfusion sanguine, pour découvrir les deux unités qui composent le Centre national de greffe de moelle osseuse.

La première, bâtiment initial du Centre national de greffe de moelle osseuse, plus ancienne, est en cours d’extension et de rénovation. Elle abrite les services hospitaliers de prise en charge des patients. La seconde unité, récemment érigée et moderne, comprend, entre autres, un équipement à la pointe de la technologie et destiné à la fabrication, en lieu et place, de tous les médicaments nécessaires aux traitements par greffe de moelle osseuse.

La directrice du centre, Souad Messoudi, chaleureuse et joviale, s’est chargée de nous accompagner tout au long d’une visite guidée et de nous présenter aux différents chefs de services qui nous ont non moins chaleureusement reçus pour nous parler, avec enthousiasme et conviction, de leurs professions et charges respectives. Des personnes compétentes et passionnées qui ne demandent qu’à mettre leur savoir-faire au service de patients atteints de pathologies souvent mortelles et qu’ils parviennent à sauver.

Interview de Souad Messoudi, Directrice du Centre national de greffe de moelle osseuse.

Souad Messoudi

Parlez-nous de ce Centre national de greffe de moelle osseuse

Le Centre national de greffe de moelle osseuse a été fondé en 1998 conformément à la loi n°127 de 1994, ratifiée le 26 décembre de la même année. Il est composé de deux unités dont celle où nous nous trouvons et qui a ouvert ses portes en 2015, et qui comprend une pharmacie, des laboratoires de recherche, une administration et un dépôt. La seconde unité comprend les services hospitaliers au sein desquels les patients sont pris en charge. Ce centre est spécialisé dans la greffe de moelle osseuse, c’est le dernier recours pour sauver les personnes atteintes d’immunodéficience de la mort. Il a été développé depuis 1998 en matière de surface couverte, de 3.000 m2 il est passé à 8.000 m2 et sera enrichi d’une unité pédiatrique avec cinq cabines en cours de construction, qui sera fonctionnelle d’ici mai 2016, et ce, afin de libérer les deux cabines de soins réservées aux enfants prises sur les douze cabines existantes.

Nous pourrons ainsi traiter à la fois les citoyens tunisiens et les personnes venues de l’étranger dans le cadre de l’exportation de nos compétences.

Cette évolution a également concerné le personnel puisque nous avons commencé avec environ 70 personnes, médecins, paramédicaux et ouvriers, pour compter actuellement 215 personnes. En outre, notre plateau technique est à la pointe du progrès.

Combien coûte la greffe de moelle osseuse ?

L’allogreffe coûte entre 120.000 dinars et 800.000 dinars, avec une moyenne de 190.000 dinars pour l’allogreffe et 60.000 dinars pour l’autogreffe et, selon une convention établie avec la CNAM en 1998, le remboursement ne dépasse pas 80.000 dinars pour l’allogreffe et 45.000 dinars pour l’autogreffe. Ce qui amène le Centre à assumer les frais de la prise en charge pour les patients indigents.

Et cette convention avec la CNAM de Mauritanie ?

La convention avec la Mauritanie entre dans le cadre de l’exportation de nos services de soins. Les Mauritaniens ont une grande confiance dans notre système de soins et leur ministre de la Santé, lors de sa dernière visite en Tunisie, nous a confié que ses compatriotes avaient totalement confiance en nos médecins, en leurs compétences et dans les résultats escomptés.

Projetez-vous d’établir de telles conventions avec d’autres pays d’Afrique et d’ailleurs, et lesquels ?

Bien sûr et nous visons généralement les pays du continent africain, dont les ressortissants sont attirés par la compétence, la proximité et les coûts.