Nos Plus

Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine en 2008

Publié le
Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine en 2008

Invitée de l’Institut Français de Tunisie et de l’Institut Pasteur de Tunis, Françoise Barré-Sinoussi, troisième Française à avoir reçu le prix Nobel de médecine en 2008, a donné une conférence publique dans le grand amphithéâtrale de l’Institut Pasteur de Tunis, sur le thème de la recherche contre l’épidémie de VIH-sida.

par Chiraz Bouzaeien

Les professeurs Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier ont reçu le prix Noble de médecine le 6 octobre 2008, pour leurs travaux portant sur la découverte du rétrovirus responsable du sida en 1983, à l’Institut Pasteur. Vingt-cinq ans après l’isolement du virus du sida, ce prix est venu reconnaître le travail des scientifiques  et, à travers eux, celui de leurs collaborateurs cliniciens et chercheurs. Intitulée «VIH-Sida, un exemple de recherche translationnelle pasteurienne», Françoise Barré-Sinoussi est revenue sur son incroyable aventure scientifique et humaine contre une épidémie qui touche aujourd’hui plus de 335 millions de personnes dans le monde, et a fait plus de 30 millions de victimes depuis trente ans. F.B.Sinoussi a parlé de l’immense progrès réalisé dans la lutte contre le sida, affirmant «qu’aujourd’hui, l’épidémie est en phase de ralentissement.» En effet, et toujours selon le prix Nobel de médecine 2008,  cette réduction est due «aux outils de diagnostic qui ont permis l’indentification de combinaison thérapeutique permettant aux personnes de vivre avec le VIH avec une réduction de leur mortalité. Maintenant que nous pouvons contrôler l’espérance de vie chez les personnes atteintes du sida, l’objectif est de trouver un vaccin pour la prévention et un remède pour guérir les malades», a-t-elle ajouté.

Pr Sinoussi a déclaré que le VIH-Sida était la première pathologie humaine pour laquelle il y eu une coopération entre les médecins et les patients, entre les chercheurs et les activistes pour faire pression au niveau de compagnies pharmaceutiques surtout qu’aujourd’hui, il y a des médicaments génériques qui sont plus chers que d’autres.

Elle a également évoqué la question des moyens, affirmant que malheureusement tous les pays ne sont pas égaux. Cependant, il y a suffisamment de programmes à l’échelle internationale pour permettre aux pays les plus démunis de lutter plus efficacement contre l’épidémie. Par exemple le programme «Bush», mis en place par George Bush, et qui a comme objectif d’aider les pays les plus pauvres à accéder aux traitements.

Elle a également évoqué le volet social, affirmant que les gens ne meurent plus à cause du sida, appelant tout le monde à aller faire le dépistage, à arrêter la discrimination contre les malades du sida et à considérer le sida comme une simple maladie qu’on peut soigner.