Nos Plus

L’huile de palme amie ou ennemie de la santé ?

Publié le
L’huile de palme amie ou ennemie de la santé ?

Souvent décriée, l’huile de palme est très utilisée dans les industries agroalimentaires et dans la fabrication des produits cosmétiques. Pourquoi est-elle si souvent condamnée ? Présente-t-elle un risque réel pour la santé ? Existe-t-il des huiles ou d’autres substances qui peuvent la remplacer ? Quelle est la composition de cette huile ? Et quelles sont ses valeurs nutritionnelles ?

par Hela Kochbati

L’huile de palme est produite à partir d’une plante oléagineuse qui est un palmier à huile, probablement originaire d’Afrique de l’ouest. Elle est extraite à partir des pulpes des fruits de ce palmier et est très rentable dans sa production par unité de superficie, soit dix fois plus que l’huile de soja et quatre fois plus que l’huile colza par hectare. En outre, cette plante qui se présente sous forme de palmier, pousse sous une température moyenne de 28°C et une humidité dépassant les 60%. La consommation mondiale pour les besoins industriels augmente chaque année de près de 5% et les besoins de cette huile vont doubler d’ici l’année 2020. La plus grande partie de cette production est intégrée dans la synthèse de sucreries, de produits de beauté, de gammes pharmaceutiques et de substances fluidifiantes et lubrifiantes. Cette recrudescence de l’utilisation d’huile de palme dans de nombreuses industries n’est pas sans impact sur l’environnement, ni sur la santé.

Le risque de l’huile de palme sur la santé cardiovasculaire

L’huile de palme est une des huiles les plus utilisées et consommées dans le monde. Elle est composée de 50% d’acides gras saturés alors que l’huile de tournesol n’en contient que le tiers. Les acides gras saturés génèrent en partie le mauvais cholestérol ou le cholestérol LDL qui agit sur la santé cardiovasculaire et qui présente un effet hypercholestérolémiant. Le mauvais cholestérol s’accumule au niveau des parois des vaisseaux en formant des plaques d’athéromes qui risque de les obstruer. Par ailleurs, l’huile de palme est riche en acide palmitique qui est produit d’une manière naturelle dans les cellules hépatiques.

Le risque de l’huile de palme sur l’environnement

La majorité de la fabrication de l’huile de palme est utilisée pour la synthèse d’aliments humains (gâteaux, chips, biscuits) et également pour l’alimentation des animaux. Les méfaits de l’huile de palme concernent la déforestation, où des écosystèmes sont détruits au profit de la plantation de palmiers, ce qui représente de graves impacts pour l’environnement.

Les bienfaits de l’huile de palme

Cependant, l’huile de palme, comme toutes les autres huiles végétales, a plusieurs utilités nécessaires au quotidien. Cette huile outre ses valeurs nutritionnelles utilisées, est présente à grande échelle dans le milieu industriel des produits hygiéniques, d’entretien, de beauté et de consommation fréquente. Elle ne doit pas effrayer les consommateurs, dans les produits alimentaires transformés, car les acides gras saturés qu’elle contient sont aussi utiles dans l’alimentation. Le problème étant la quantité additionnée de tous les produits consommés qu’il est souvent difficile de comptabiliser car s’il est consommé d’une manière raisonnable, sans excès, l’acide palmitique n’a aucun effet sur l’organisme à court terme. L’huile de palme a ses bienfaits et dans ces termes, il est important de sensibiliser et d’informer les citoyens pour le bon choix et une consommation rationnelle de matières grasses.

L’huile de palme peut être remplacée par d’autres huiles végétales

Sa production est la plus rentable, soit environ 40 kg d’huile par an, pour une durée de vie de trente ans. Sa production demande également moins de surface que d’autres huiles comme le soja, par exemple. Elle peut effectivement être remplacée par d’autres huiles végétales, telles que l’huile d’olive ou l’huile de tournesol qui contiennent moins d’acides trans à condition de sortir d’une logique de rendement économique. Cependant, en privilégiant les préparations à la maison plutôt que l’achat de préparations industrielles, il est très facile de minimiser les impacts de l’huile de palme.

Interview de Maya Ariane – Nutritionniste-Diététicienne

Comment définir l’huile de palme ?

L’huile de palme est une huile végétale qui est extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile. C’est l’huile la plus consommée au monde. Elle constitue un tiers de la production mondiale des huiles végétales. On l’utilise à grande échelle dans les industries agro-alimentaires (chips, croûtons, chocolats et barres chocolatées, mayonnaise, crèmes glacées, gâteaux, biscuits, pâtes à tartiner, conserves de sardines, etc), pour la fabrication des aliments transformés, en remplacement des graisses ainsi que dans le domaine de la cosmétique (savons, crèmes de beauté et rouges à lèvres) et dans le secteur énergétique pour la production d’un carburant notamment pour les moteurs diesel. D’année en année, l’huile de palme fait l’objet de controverses. C’est dire que l’huile de palme n’a pas le vent en poupe ces dernières années. A l’état brut, l’huile de palme est rouge, par contre à l’état raffiné, cette huile n’a ni couleur, ni odeur. Dans les pays européens et dans le nôtre, on la retrouve consommée sous une forme raffinée dans pratiquement tous les aliments transformés.

Quelle est la constitution de l’huile de palme ?

Pour la composition de l’huile de palme, il faut d’abord savoir qu’elle contient énormément d’acides gras saturés, soit 50% des graisses saturés, 10% d’acides gras polyinsaturés, la famille des omégas 6 et surtout de l’acide palmitique. On trouve également de l’oméga 6 dans l’huile de tournesol et de maïs. Dans l’huile de palme, on trouve en moyenne 10% d’acides oléiques, qui font partie des acides gras mono-insaturés. Les acides oléiques et linoléiques sont des acides qu’on trouve également dans l’huile d’olive et qui sont bons pour la santé. Cette composition est un atout pour les industriels parce qu’elle a un coût avantageux. L’huile de palme est naturellement sans gras trans. Les gras trans ont eu une très mauvaise cote puisqu’ils augmentent le mauvais cholestérol. La majorité des acides gras trans sont créés par un processus d’hydrogénation industrielle.

Pourquoi les industriels utilisent beaucoup l’huile de palme dans le secteur de l’agroalimentaire?

Il faut savoir que contrairement à certaines huiles qui doivent être hydrogénées pour obtenir une consistance crémeuse à température ambiante, l’huile de palme contient tout comme l’ huile d’olive, de l’acide oléique, des acides gras polyinsaturés et des acides gras saturés qui ne sont pas réellement mauvais pour la santé s’ils ne sont pas consommés avec excès. L’huile de palme présente une caractéristique principale, c’est sa texture semi-solide, à une température ambiante, car c’est une des huiles végétales les plus riches en acides gras saturés, ce qui permet d’obtenir différentes textures semi-solides. Par conséquent, selon la recette culinaire choisie de conversion agro-alimentaire, on va additionner une touche croustillante à l’aliment transformé et également opter pour distinctes structures variables par rapport aux autres huiles qui demandent généralement un processus coûteux d’hydrogénation. De même, parmi les autres propriétés de l’huile de palme, elle résiste à l’oxydation et à la chaleur contrairement à d’autres huiles qui ne supportent pas la chaleur comme l’huile de colza, l’huile de noix et l’huile de soja. L’huile de palme tient sa consistance à la cuisson, ce qui permet au produit transformé d’avoir une meilleure conservation. Elle a un goût neutre, ce qui constitue un élément important pour les préparations agroalimentaires. On ne va pas utiliser une huile comme l’huile d’olive présentant un goût très fort pour des sucreries, à moins d’y privilégier et d’y apprécier la saveur. L’huile de palme a réussi à remplacer certaines graisses animales et des huiles coûtant beaucoup plus cher et beaucoup plus contraignantes à utiliser, ne résistant pas à de fortes températures et s’oxydant très vite.

Comment reconnaître l’huile de palme dans les étiquetages ?

Il est important de savoir décrypter les étiquettes. Si elle n’est pas mentionnée, à proprement dit, « huile de palme », on peut la retrouver sous l’appellation « graisse végétale » ou encore « huile hydrogénée ». C’est une manière, pour les industriels de détourner l’attention du consommateur, pour une matière qui est controversée. Ils se disent que si les consommateurs lisent « huile de palme », ils hésiteront peut-être à acheter ce produit. C’est pour cette raison qu’il faut apprendre à décoder les étiquettes et connaître ses différentes appellations, qui ont été recensées à plus de 200.

Quels sont les défauts de l’huile de palme, est-elle vraiment nocive pour la santé ?

On accuse l’huile de palme d’être à la fois mauvaise pour la santé, de ne pas être correctement indiquée dans l’emballage de certains produits alimentaires transformés et également d’être à l’origine de la déforestation qui a également toute son importance. Comme tous les excès, l’abus de ses acides gras peut entraîner des problèmes cardiovasculaires suite à un stockage de graisses dans l’organisme, une augmentation du taux du cholestérol sanguin en élevant le mauvais cholestérol « le LDL » et diminuant le bon cholestérol, c’est-à-dire « le HDL » avec, à la clé, une hypercholestérolémie, une athérosclérose, des troubles cardiaques, une surcharge pondérale et des processus pro-inflammatoires chez les personnes obèses. Les effets délétères sur la santé cardiovasculaire ont été démontrés pour les acides gras trans. En effet, d’un point de vue nutritionnel, l’acide palmitique de l’huile de palme peut être une alternative raisonnable à l’huile végétale partiellement hydrogénée contenant des acides gras trans. Par contre, cet effet est tout de même moins favorable que celui exercé par une huile végétale contenant des acides gras insaturés comme l’huile de colza ou d’olive, par exemple. Dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée, l’huile de palme ne constitue aucune problématique. Ce sont les personnes à risques, qui ont déjà un surpoids ou qui présentent une obésité, qui doivent faire attention à la consommation de ces acides gras saturés. En outre l’acide palmitique qui est un acide gras saturé retrouvé en grande partie dans l’huile de palme est connu pour augmenter, à la fois le mauvais cholestérol et modestement le bon cholestérol et dans ce cadre, c’est l’excès qui va entraîner des troubles cardiovasculaires. Par conséquent, il y a un risque de maladies cardiovasculaires qui augmenterait.

Quels sont les bienfaits nutritionnels de l’huile de palme pour la santé ?

L’huile de palme brute qui est aussi appelée « red palm oil », en raison de sa couleur rouge liée à sa richesse en caroténoïdes contient entre 500 et 2000 mg/kg d’huile de caroténoïdes, tandis que les autres huiles végétales brutes en contiennent environ 100 mg/kg. Cet atout de l’huile de palme est utilisé dans des pays africains pour lutter contre les carences en vitamine A car les caroténoïdes en sont des précurseurs. En outre, l’huile de palme est très riche en vitamine E, surtout en tocophérols, dont une grande partie est conservée, même après un raffinage. Cela constitue un avantage. Dans ce contexte, l’huile de palme a la particularité de contenir surtout des tocotriénols, soit jusqu’à 500 mg/kg d’huile brute) et des tocophérols, surtout sous forme alpha 150 à 200 mg/kg, ayant un pouvoir vitaminique E très élevé. Le raffinage n’entraîne qu’une perte minime en vitamine E, ce qui va lui permettre de ne pas rancir. Les niveaux de tocophérols peuvent par contre diminuer jusqu’à 40% à hautes températures. L’huile de palme a tout à fait sa place dans le cadre d’une alimentation équilibrée et diversifiée à condition que sa consommation reste modérée, comme pour toutes les matières grasses. En termes de santé, il est essentiel que cette huile entre dans le cadre d’une alimentation saine. Quand on en consomme beaucoup, cela peut entraîner des ennuis pour la santé. Le tout est une question d’équilibre.

Est-ce que les Tunisiens consomment beaucoup d’huile de palme ?

Oui effectivement, cela constitue une certitude parce que d’après l’évaluation de leur consommation alimentaire, les Tunisiens mangent, de plus en plus, de produits transformés. Si on fait le calcul et qu’on additionne les quantités d’huile de palme consommées dans les aliments, on se retrouve avec des quantités assez importantes. Il faudrait privilégier les aliments justement non préparés industriellement. Il s’agit de préférer un régime alimentaire basé sur les produits frais, les légumes et les fruits de saison et éviter les plats industriels parce qu’ils sont parfois trop gras, très sucrés ou très salés. Il est à noter, également, que les Tunisiens mangent très gras (beaucoup de fritures), un mode alimentaire qu’il faut absolument changer à mon avis.

Quelles sont les huiles de substitution à l’huile de palme ?

Il faut savoir qu’on ne consomme pas d’huile de palme à l’état pur. Evoquer des huiles de substitution, pour l’huile de palme, c’est une question très délicate et d’ailleurs, au quotidien, dans notre pays, culturellement, on ne cuisine pas généralement avec l’huile de palme comme c’est le cas des pays de l’Afrique de l’Ouest. En Tunisie, on utilise le plus souvent l’huile d’olive, l’huile de tournesol ou l’huile de maïs. Par contre, on a vu que les huiles de substitution à l’huile de palme sont des huiles végétales hydrogénées comme l’huile de colza, de soja, etc. Or ces huiles végétales lorsqu’elles sont hydrogénées, vont former des acides gras trans, ce qui est néfaste pour la santé. C’est pour cette raison qu’il vaut mieux de ne pas substituer l’huile de palme. Les industriels ont vu juste, c’est un atout santé qu’elle soit composé de graisses saturées, cela va éviter à cette l’huile d’être hydrogénée et donc, c’est juste une question de quantité et de modération. Il y a une différence entre se faire plaisir de temps en temps et manger des plats industriellement préparés. L’huile de palme n’est ni excellente pour la santé, ni mauvaise, parce que c’est l’excès qui est mauvais. Par conséquent, consommer de l’huile de palme d’une façon modérée et raisonnable ne constitue pas de souci pour la santé.

Quels conseils aux lecteurs pour la consommation de l’huile de palme ?

L’huile de palme est plutôt un ami pour la santé quand cette huile végétale est consommée d’une manière modérée. Elle devient un ennemi si on la consomme beaucoup. Après c’est à chaque consommateur de savoir quantifier d’une façon raisonnable son apport, et cela dans le but de faire de son alimentation, une alliée pour une bonne santé. Il y a des quantités à ne pas dépasser, si on souhaite que notre régime alimentaire ne devienne pas notre ennemi. L’huile de palme contient beaucoup de bienfaits nutritionnels qu’il faut bien l’exploiter, à juste dose. Sur le plan écologique, c’est très controversé, car cela entraîne un problème de déforestation, 90 % des forêts des principaux pays producteurs, au profit de la culture de palmiers à huile. De nombreux organismes essayent de développer un concept « d’huile de palme durable », L’impact est réel avec une élévation des rejets de gaz à effets de serre, la destruction de l’écosystème de plusieurs espèces animale et la pollution. Pour cette raison, il faut reconsidérer tout le système de production de l’huile de palme, particulièrement sur les plans industriels, agroalimentaires et environnementaux et là, c’est à revoir de très près.