Nos Plus

La cirrhose une pathologie silencieuse

Publié le
La cirrhose une pathologie silencieuse

La cirrhose hépatique est une maladie sévère et irréversible qui entraîne la formation de nodules et de tissu fibreux au niveau de l’organe hépatique. Quels sont les signes et les causes de cette pathologie ? Quels traitements ?

par Hela Kochbati

La prévalence de la cirrhose hépatique

La cirrhose hépatique affecte 0,2 à 0,3% de la population générale. Près de 2000 à 3300 nouveaux cas sont affectés chaque année. Cette maladie touche surtout les sujets adultes âgés entre 50 et 55 ans.Cette pathologie affectant le foie évolue progressivement.

Les causes de la cirrhose hépatique

La cirrhose hépatique peut être due à une consommation addictive d’alcool ou de substances dopantes, à une inflammation liée à une contamination par une infection virale hépatique B ou C.

Les signes de la cirrhose hépatique

Les symptômes de la cirrhose hépatiques se manifestent par une pâleur, une asthénie, un amaigrissement, une perte d’appétit, des nausées, un gonflement au niveau de la cavité abdominale suite à une ascite et un ictère. Dans certains cas, la cirrhose hépatique évolue d’une manière asymptomatique et elle est découverte à un stade tardif.

Le diagnostic de la cirrhose hépatique

L’examen clinique de la cirrhose se fait par un gastro-entérologue. Un bilan sanguin et une biopsie permettent de confirmer la présence d’amas nodulaires et de tissu fibreux au niveau des cellules hépatiques.

Complications

La cirrhose hépatique désorganise la fonction hépatique et métabolique de l’organisme. Cette pathologie peut entraîner hémorragie digestive et un cancer. Des conséquences graves surviennent dans la moitié des cas.

Prise en charge

Le traitement de la cirrhose hépatique dépend de la causalité et des antécédents du patient. Ce dernier ne peut guérir mais peut en réduire les séquelles et les complications (varices œsophagiennes, gonflement de l’abdomen et parfois un cancer). La prise en charge médicamenteuse comprend souvent des laxatifs et des antibiotiques. Dans le cas où la cirrhose est induite par la consommation d’alcool, l’arrêt de celle-ci est indispensable. Lorsque la cirrhose est liée à un trouble métabolique, un rééquilibre de la glycémie et des lipides permet d’améliorer l’état du patient. Dans le cas où la cirrhose est due à une infection hépatique virale B, des antiviraux seront prescrits. Dans le cas d’une hépatite C, interféron alpha(protéines) est parfois associé à la ribavirine (antiviral). Dans le cas d’une cirrhose décelée à une phase tardive, une greffe hépatique est nécessaire pour sauver la vie du patient.

Prévention

Les mesures de prévention de la cirrhose hépatique se font par un sevrage à l’alcool, une alimentation saine pauvre en sel et une baisse du taux de graisses. La pratique d’une activité physique est recommandée. Par ailleurs, il est important d’opter pour une hygiène stricte avec l’usage d’un matériel unique pour éviter des pathologies infectieuses associées comme l’hépatite C et le sida. En effet, il est nécessaire de se prémunir et d’agir avant l’installation de la cirrhose hépatique.

L’avis du spécialiste Dr Yassine Jemaâ   Gastro-entérologue

Quelle est la prévalence de la cirrhose hépatique en Tunisie ?

Il n’existe pas de données épidémiologiques précises sur la prévalence de la cirrhose hépatique en Tunisie. Cependant, sur des séries hospitalières et par extrapolation sur la prévalence des hépatites virales B et C, qui représentent les deux principales causes de cirrhose en Tunisie, nous pouvons dire que la cirrhose hépatique constitue un véritable problème de santé publique en Tunisie. A titre indicatif, on estime à 700 000 porteurs chroniques du virus de l’hépatite B dont 350000 risquent d’évoluer vers la cirrhose. Le virus de l’hépatite C est, quant à lui,responsable de 48000 hospitalisations par an pour cirrhose du foie.

Quelles sont les caractéristiques de cette pathogénie hépatique (symptômes, complications répercussions et soins thérapeutiques) ?

Le foie est un organe vital, assurant un rôle de métabolisme et d’épuration essentiel à la survie de l’organisme. La cirrhose hépatique correspond à la survenue d’une fibrose et d’une désorganisation de l’architecture du tissu hépatique entraînant deux conséquences: l’insuffisance hépatocellulaire et l’hypertension dans le territoire de la veine porte.
D’où les symptômes de décompensation hépatique qui se manifestent par la survenue d’ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale), d’œdèmes au niveau des jambes, d’hémorragies par rupture de varices œsophagiennes qui peut être une complication extrêmement grave de la cirrhose. A cela peut s’ajouter des complications neurologiques appelées encéphalopathie hépatique pouvant aller jusqu’au coma hépatique et enfin le risque après plusieurs années d’évolution de la cirrhose, de la survenue d’un cancer du foie. Les traitements à ce stade sont surtout purement symptomatiques. En outre, à des stades avancés, le traitement le plus efficace est la transplantation hépatique mais c’est un traitement lourd et coûteux qui se heurte à la pénurie de greffons dans notre pays.

Comment se fait la prévention d’une cirrhose ?

La prévention passe par la prémunition contre les causes potentielles de cette maladie, les hépatites virales B et C, à savoir, l’abus d’alcool et les causes métaboliques.
Il est également utile de souligner l’importance de la vaccination contre l’hépatite B ainsi que de la prévention contre la transmission de celle-ci par voie sexuelle et parentérale.
L’hépatite C se transmettant également par le sang (seringues usagées, matériel médical non stérilisé etc..), il ne faut pas hésiter à se faire dépister tout comme pour l’hépatite B en cas de facteur de risque car un traitement existe. Celui-ci est de plus en plus efficace et permet de prévenir la survenue d’une cirrhose et de ses complications.

Il faut prévenir l’alcoolisme chronique ainsi que lutter contre l’obésité et le surpoids, pourvoyeurs de stéato-hépatites non-alcooliques qui peuvent exposer à long terme, à un risque de cirrhose.

Quels messages adressez-vous aux lecteurs ?

La cirrhose est une maladie grave mais qui peut, dans la plupart des cas, être évitée si on en prévient les causes. Se faire vacciner contre l’hépatite B, dépister pour les hépatites virales s’il y a des facteurs de risques. Adopter une bonne hygiène de vie : lutter contre alcoolisme et surpoids sont les meilleures armes.