Nos Plus

La maladie du siècle

Publié le
La maladie du siècle

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le nombre de personnes atteintes d’hypertension artérielle pourrait quasiment doubler d’ici 2025. Au cours de cette année, les décès dûs aux maladies cardiovasculaires, dont l’hypertension artérielle, concernent majoritairement les populations des pays industrialisés. C’est la maladie du siècle et elle est à l’origine de 13% des décès dans le monde parmi les malades. Comment mieux connaître cette pathologie et prendre les bonnes résolutions pour l’éradiquer ou, du moins, réduire le nombre de ses victimes ?

par Hela Kochbati

Un adulte sur trois, dans le monde, est atteint d’hypertension artérielle,  c’est la raison pour laquelle l’OMS a choisi, cette année, de mettre l’accent sur cette pathologie afin de sensibiliser les populations et de les encourager à mesurer régulièrement leur tension, prévenant ainsi une pathologie en cause dans 50% des décès conséquents à des maladies cardiovasculaires.

 

Contrôle et vigilance

 

L’hypertension artérielle (HTA) reste une des principales préoccupations de la santé publique dans le monde, notamment dans notre pays. L’objectif, cette année, est d’assurer tous les dispositifs nécessaires pour prévenir cette maladie et ses conséquences socio-économiques. En effet, une alimentation riche en sel, l’obésité et la sédentarité augmentent les risques d’hypertension. Dans notre pays, elle touche environ plus de 70%  des personnes âgées et 10% des jeunes ne dépassant pas l’âge de 15 ans, le risque d’hypertension artérielle augmentant avec l’âge. Il est de 10% entre 20 et 40 ans et de  50% entre 50 et 60 ans. La tension artérielle peut être insidieusement fatale. Hygiène alimentaire et vigilance sont les maîtres mots pour éradiquer, sinon réduire, ce fléau.

Comment pourriez-vous présenter cette journée ? 

L’hypertension artérielle est un problème de santé publique dans le monde et en Tunisie ; tous les moyens doivent être mis en œuvre pour lutter contre cette maladie qui tue de manière insidieuse et à laquelle les gens n’accordent  pas  d’importance car elle ne provoque aucune douleur. En dehors des facteurs génétiques qui prédisposent, il faut lutter contre tous les facteurs sur lesquels on peut agir, à savoir : la diminution du sel, l‘abstention de tabagisme et d’alcoolisme. Il faut faire de l’éducation physique, perdre du poids et tenter, au mieux, de gérer son stress. Il faut surtout axer sur l’éducation, dès l’enfance, dans les  milieux scolaire et familial. Il est aussi impératif d’adopter un régime équilibré, pour limiter les risques, et encourager les malades à prendre leurs médicaments car, souvent, les prises ne sont pas régulières et la prescription médicamenteuse n’est pas respectée. Il faut que tous les efforts soient maintenus et que tous les médecins, surtout les médecins de première ligne, prennent en charge la HTA et s’engagent à contrôler régulièrement la tension artérielle de leurs patients, quel que soit le motif de la consultation. Un dépistage précoce permet une meilleure prise en charge et réduit les dépenses.

La journée mondiale de la santé 2013 est dédiée à l’hypertension artérielle, que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Le thème principal de cette journée concerne  la prise en charge de l’hypertension artérielle, une pathologie fréquente, chronique et qui touche environ 30 à 40% de la population mondiale de plus de 35 ans. On retrouve à peu près les mêmes chiffres en Tunisie. Il s’agit donc d’un problème majeur de santé publique, étant donné que cette  maladie peut engendrer des complications au niveau cardiovasculaire. Elle peut être à l’origine d’un accident vasculaire cérébral, d’une insuffisance coronarienne, d’une insuffisance rénale et d’une atteinte oculaire.  Au cours de cette journée de formation médicale, nous avons insisté sur la nécessité du dépistage de l’hypertension artérielle et sur les différentes mesures thérapeutiques qui doivent être instaurées pour son traitement.  L’un des principaux messages de cette journée, c’est la nécessité de prévenir l’hypertension artérielle par une alimentation plus saine et une meilleure hygiène de vie. Il existe plusieurs moyens sur lesquels il faut insister, à savoir la réduction de l’apport en sel, qu’il soit direct ou dans certains produits alimentaires, la réduction de la charge pondérale et la lutte contre l’obésité, de plus en plus fréquente qui devient fréquente au niveau des enfants et des adolescents, ce qui est en rapport avec les modifications des habitudes alimentaires et la sédentarité. Il faut également insister sur la pratique d’une activité physique régulière. En effet, il est conseillé de faire au moins 30 à 40 minutes de marche par jour, au moins quatre fois par semaine.