Nos Plus

Les omégas et moi

Publié le
Les omégas et moi

Les gras, c’est bien connu, ont mauvaise presse, et pourtant ils sont indispensables à une bonne santé. Cette chronique aimerait rendre  justice aux acides gras omégas  3 et omégas 6.

par Meriem Bouanene

Que sont les omégas 3 et les omégas 6 ?

Ce sont des acides gras polyinsaturés nécessaires au bon développement et au fonctionnement de l’organisme qui servent à satisfaire non seulement une partie de nos dépenses énergétiques mais également nos besoins en acides gras. On les qualifie d’essentiels car notre corps est incapable de les fabriquer. Ils doivent provenir de notre alimentation pour nous procurer tous les bienfaits qui leur sont attribués.

Il est aujourd’hui admis que les acides gras polyinsaturés présents dans notre alimentation influencent la santé de l’homme et jouent un rôle dans l’étiologie d’un grand nombre de pathologies (maladies métaboliques, cardiovasculaires et inflammatoires). Si les effets bénéfiques des acides gras omégas 3 ont été largement rendus publics, il n’en va pas tout à fait de même pour les acides gras omégas 6.

A quoi servent les acides gras ?

Les acides gras omégas 3 et omégas 6 sont des éléments importants de la membrane cellulaire et ils donnent naissance à de nombreux composés dans l’organisme comme ceux qui interviennent dans la régulation de la pression artérielle et les réponses inflammatoires. Un apport important en acides gras omégas 3 et omégas 6 au cours de la grossesse et de l’allaitement revêt une importance manifeste pour la maturation et le développement cérébral.

De plus en plus de données laissent penser que les acides gras omégas 3 confèrent une protection contre les maladies cardiaques et exercent un effet anti-inflammatoire qui pourrait être important dans les maladies cardiovasculaires et dans d’autres pathologies.

Un apport alimentaire en acides gras omégas 3 et omégas 6 ralentit la progression des maladies cancéreuses, réduit le risque de développer une dégénérescence musculaire et intervient également dans la prévention de l’athérosclérose en inhibant le développement de plaques et de caillots sanguins susceptibles de boucher les artères.

Les acides gras sont extrêmement puissants et indispensables au bon fonctionnement du métabolisme.

Or, nous sommes très souvent carencés car notre organisme n’est pas capable d’en fabriquer. Il faut donc trouver des sources d’omégas 3 et 6 dans les aliments ou les compléments alimentaires.

Sous quelle forme trouve-t-on les omégas 3 et 6 ?

Les omégas 3 sont surtout issus des poissons gras (saumon, anchois, sardine, hareng, maquereau) mais également des huiles végétales (colza, germes de blé, soja, noix).

Pour une meilleure action des omégas 3, il est nécessaire de disposer d’antioxydants en nombre dans l’organisme en mangeant cinq fruits et légumes par jour.

Comme pour les omégas 3, les omégas 6 se trouvent au niveau des aliments d’origine végétale (les huiles de tournesol, soja, palme, sésame) ainsi qu’au niveau des aliments d’origine animale (viande, poisson, jaune d’œuf).

La grande variabilité des teneurs en omégas 3 et omégas 6 des lipides des aliments d’origine végétale (huile, fruits, légumes) ou animale (œuf, beurre, viande, poisson) plaide en faveur d’une alimentation diversifiée. L’absence de diversification de l’alimentation est l’une des causes du déséquilibre entre omégas 3 et omégas 6. Il est aujourd’hui difficile de se procurer dans l’alimentation, des omégas 3 et 6 de qualité car ils s’y trouvent généralement en quantité minime. L’importance d’une alimentation saine est, sans contredit, une mesure thérapeutique efficace contre les maladies. Il faut considérer les aliments sous une nouvelle perspective et réaliser que la nutrition et les suppléments font partie intégrante d’un traitement médical.

La prise d’omégas 3 et 6 sous forme de compléments alimentaires est conseillé pour renforcer l’organisme, combattre les carences, protéger très efficacement le système cardiovasculaire et prévenir les inflammations et les douleurs.

Attention tout traitement alimentaire ou médicamenteux incluant des micronutriments fortement dosés doit faire l’objet d’un suivi médical.

Ces compléments sont généralement prescrits aux femmes enceintes ainsi qu’aux personnes âgées. Les preuves appuyant l’efficacité des omégas 3 et omégas 6 sont de plus en nombreuses.

La médecine doit aller de l’avant, se renseigner et acquérir une compétence dans le domaine de l’alimentation ainsi que les bienfaits indéniables et curateurs des suppléments. Ils sont garants d’une bonne santé et sont indispensables au maintien d’un bon équilibre psychocorporel.

Les connaissances acquises au cours des dernières années grâce aux études épidémiologiques et cliniques ont permis de révéler l’importance de l’apport alimentaire en acides gras polyinsaturés pour la physiologie du système nerveux.

A ce titre ces acides gras polyinsaturés sont des éléments clés de la prévention vis-à-vis du développement de pathologies du comportement neurologiques mais se sont révélés à ces jours peu efficaces dans le traitement de ces troubles.

La poursuite des recherches dans le domaine de la nutrition lipidique et du cerveau est indispensable pour mieux comprendre les mécanismes les acides gras polyinsaturés dans le maintien des fonction cérébrales et définir les besoins nutritionnels réels et spécifiques.

En se penchant sur les effets des omégas 3 et des omégas 6 nous remarquons que ces acides gras essentiels ont des rôles bénéfiques pour notre santé dés lors qu’ils sont consommés en quantités proches des recommandations nutritionnelles.

Suite à ces constatations une politique permettant d’augmenter le niveau des apports en omégas 3 et omégas 6 dans la population pourrait être souhaitable.

Il serait donc pertinent de sensibiliser cette population à une diminution en cholestérol ainsi qu’a une augmentation d’acides gras polyinsaturés.