Nos Plus

A plein régime

Publié le
A plein régime
par Héla Msellati

Le marronnier, dans le jargon journalistique, n’est pas l’arbre aux douceurs glacées dont les gourmands supposent connaître la définition, même si ces mêmes amateurs de sucreries en subissent (quelquefois) les conséquences. En l’occurrence, c’est un article concernant un évènement récurrent et cyclique, répétitif et attendu. A l’instar de l’arbre  qui donne ses fruits, avec le retour des saisons, le marronnier journalistique réétudie par intermittences les mêmes questions, devenues forcément banales, en raison de leur caractère répétitif. C’est ainsi que le premier mois du printemps se trouve aussi être celui de la saison des régimes, sujet de délectation des magazines féminins ou de santé.

RégimeS

Si les libraires, proposent des titres immanquablement ponctués de : maigrir, mincir, régimes, ligne, poids ; les pages des journaux, quant à elles, s’enflent de publicité alléchantes où les lignes de rêve font la concurrence aux corps de Sylphide. Lotions, crèmes, gels, boissons, pilules, produits « light » et surtout miraculeux sont en vitrine des pharmacies pendant que  centres de kinésithérapie et instituts de beauté offrent forfaits minceur et programmes amincissants. C’est que si la flore printanière se couvre de son vert manteau, la faune humaine, à l’inverse (et mis à part les voiles de la pudeur souvent dissimulateurs de beaucoup d’horreur)  commence son effeuillage dès les premiers rayons de soleil.

Bourrelets et autres rondeurs, séquelles inévitables des mois d’hibernation, y sont alors esthétiquement  honnis et chronologiquement à bannir dans l’urgence. Les régimes express ont ainsi fleuri pendant des décennies, donnant conséquemment le  yo-yo, kilos récurrents et centimètres arrogants, fruit  outrecuidant de leurs drastiques privations.

Hyper-protéiné, hypocalorique ou macrobiotique ? Régime Sonia Dubois, Karl Lagerfeld  ou Véronique Genest ? Régime Montignac, Atkins ou Weight Watchers ? Miami ou Hollywood ? Il y a aussi le régime soupe, citron ou pomme de terre. Sans compter celui du jeûne, bien de chez nous, et  qui rencontre de nombreux adeptes parmi les peoples. Jeûner pour  réconcilier le corps et l’esprit, cette philosophie que nous pratiquons ponctuellement et à l’initiale de cette pratique ancestrale est d’épurer l’organisme en le soulageant du superflu. Art de vie et médecine douce, un régime  qui demeure toutefois pour certains un «véritable suicide biologique ».

Ainsi, pour rester canon ou devenir une bombe,  les propositions de régimes explosent généralement d’originalité, donnant des programmes aux intitulés et aux contenus pour le moins singuliers. Le « régime groupe sanguin », par exemple dont le principe se base sur la composition chimique et les antigènes spécifiques à chaque groupe de sang. De façon schématique, il en résulte une théorie selon laquelle, pour mincir, un individu de groupe A devrait être végétarien, alors qu’un autre du groupe B serait tenu de devenir carnivore.

Mais pas exactement comme l’homme préhistorique puisque le « régime de l’homme des cavernes », appelé aussi « régime préhistorique », puise ses méthodes dans l’alimentation de Cro-Magnon. Crudivore et riche en protéines, il prône le sempiternel retour aux sources fondé sur la chasse et la cueillette, tombées en désuétude depuis le Paléolithique. Plus crédible, le « régime micro-nutrition » affirme qu’on ne grossit pas parce que l’on mange trop, mais mal.

Combler les carences rééquilibrerait le métabolisme tout en permettant donc de mincir. La « chrono-géno-nutrition », elle, s’érige en méthode détox, efficace pour perdre du poids rapidement, de façon définitive et tout en restant motivé. Le message, et il fallait le trouver,  est d’éliminer les mauvaises graisses qui  enrobent le corps. De façon plus douce, et pour les plus paresseux, il est possible aussi de perdre du poids en respectant son biorythme. De la manière la plus curieuse : en dormant, et la plus simple : en mangeant les bons aliments à la bonne heure !

Aujourd’hui, c’est maigrir sans coup férir qui a le vent en croupe, sans combattre les kilos ni lutter contre les envies. On peut y associer, bien sûr, les recettes prodigieuses, sorties du chapeau magicien, jus de citron chaud à jeun ou thé vert, fruits, légumes ou jus détox. Pour séduire sans faire souffrir, nutritionnistes et diététiciens l’ont compris, il fallait aussi faire simple.

C’est ainsi que les bonnes vieilles habitudes de vie revoient le jour, sous une allure idéale et glorifiée. Prendre le temps de manger, pas n’importe quoi ni à la sauvette, de mastiquer avant d’avaler, pour apprécier et atteindre une satiété envisagée comme plus précoce. Retourner à l’ordre séculaire des repas, enchaînant la trilogie entrée, plat, dessert, dans un juste équilibre. Et puis se bouger, le plus simplement, en marchant. En somme, trois en un qui permettent de garder sa ligne toute l’année sans effort et sans torturer son corps.
Sans stress ni panique ; ni baisse de régime.