Nos Plus

Régime et Ramadan, un couple infernal ?

Publié le
Régime et Ramadan, un couple infernal ?

Chaque année, les mêmes questions se posent : le Ramadan fait-il grossir ? ou le ramadan et le régime sont-ils compatibles ? La Rédaction a demandé l’avis d’une spécialiste en la matière.

Interview de Maya Ariane – Diététicienne-Nutritionniste

Ramadan et régime sont-ils compatibles ?

Je crois que quelques définitions doivent être un préalable à ma réponse.

Commençons par définir le mot « régime » : par abus de langage, il signifie pour la plupart « restriction alimentaire », privation, frustration, méthodes draconiennes pour maigrir rapidement.
Or il a été démontré que plus les régimes sont draconiens, et plus la perte de poids est rapide, plus la « reprise » des kilos indésirables sera brutale et inexorable. Donc paradoxalement, les « régimes » finissent par nous faire grossir et peuvent nuire à notre santé.
En effet, en provoquant des modifications métaboliques, ils perturbent les signaux de la faim et de la satiété. Mieux que le « régime », il faut opter pour un rééquilibrage et une ré-éducation alimentaire. Quant au jeûne du Ramadan, c’est un arrêt de prises alimentaires (du lever au coucher du soleil) qui pousse l’organisme à vivre sur ses réserves et à se détoxifier. Donc, pour maigrir, la règle reste la même que ce soit avec les régimes ou avec Ramadan : si on fournit à son corps moins d’énergie que ce dont il a besoin, notre organisme sera forcé de puiser dans ses réserves, d’où une perte de poids. Donc Ramadan peut être une occasion de perdre du poids et/ou maigrir, si et seulement si des règles hygiéno-diététiques assorties de bon sens, sont respectées.
Si ces règles-là et ce bon sens-là sont absents, Ramadan sera l’occasion d’une prise de poids, et c’est ce que nous voyons dans bien des cas, en raison des excès de graisses, de sucreries, de fritures et d’une mauvaise répartition des prises alimentaires depuis la rupture du jeûne jusqu’à l’aube.

Donc les conseils que je donne en tout premier lieu : ne pas démarrer un régime avec Ramadan, mais plutôt essayer de tout faire pour stabiliser son poids, à défaut d’en perdre et surtout préparer son psychisme aux diminutions des rations alimentaires.

Le Ramadan a-t-il des vertus minceur ? Le Ramadan n’est-il pas un « régime » en soi ?

Ramadan a des vertus multiples et ses bienfaits sont indéniables, encore une fois si certaines règles sont suivies. N’oublions pas que dès l’Antiquité, certains médecins prescrivaient le jeûne en association avec le traitement de certaines maladies.
Même Socrate, il y a 2500 années, affirmait que le jeûne sert à « aiguiser l’esprit ». Depuis, au XXè siècle, pour beaucoup, le jeûne est une thérapie médicale insoupçonnée. D’ailleurs, dès 1980, en Russie, la pratique du jeûne fait partie intégrante de la politique de Santé Publique. En Allemagne, le jeûne thérapeutique est vraiment plébiscité et même remboursé par des assurances privées.
A titre d’exemple, des cliniques offrent des cures de jeûne thérapeutique de 14 jours pour plus de 3000 €, c’est dire si le jeûne a des vertus ! En effet, en plus d’une thérapie, dans certains cas, c’est une détoxification du corps et de l’esprit : il permet donc de reposer et de régénérer notre organisme.
Je dirai qu’un Ramadan est réussi, si à la fin du mois Sacré, la personne a réussi à tisser un nouveau lien avec son alimentation : manger ne sera plus un acte « subi », irréfléchi et presque automatique, manger doit devenir un acte choisi et bien réfléchi. Par conséquent, oui, Ramadan a des vertus, dont les vertus « minceur », le cas échéant, et Ramadan est bel et bien un régime alimentaire en soi (et non restriction, privation !), car il procure un mieux-être physique et mental, ce qui explique que beaucoup se sentent mieux lors du Ramadan.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre lorsque l’on fait régime durant cette période ?

Jeûner n’est pas un acte anodin et le jeûne commence par une véritable préparation psychique qui nécessite un travail sur soi et une véritable « déclaration d’intention » au quotidien afin de mener à bien sa mission. Donc il ne faut pas démarrer sans ce travail au préalable. En effet, jeûner ne s’improvise pas, il se prépare sur le plan psychique d’abord.

Donc pour celles et ceux qui y tiennent et qui se sont préparées mentalement, il est possible de poursuivre un programme minceur pendant Ramadan.

Pour réussir cela, voici comment éviter les pièges :

  • Planifier la gestion des menus. Ne pas décider au jour le jour au gré des envies et des caprices.
  • Faire des courses hebdomadaires en fonction d’un menu équilibré préétabli.
  • Ne pas se laisser tenter par des « maraudes » quotidiennes autour des boulangeries, des pâtisseries, fromageries et autres.
  • S’abstenir d’acheter des sodas pour accompagner les repas de rupture du jeûne.
  • Ne pas se laisser « entraîner » dans la spirale du mimétisme dans les comportements abusifs de certains convives autour de la table : savoir s’arrêter.
  • Goûter à tout pour se faire plaisir mais s’abstenir de se resservir dans tous les cas.
  • Si on est un adepte du sport en salle, surtout poursuivre pendant Ramadan, après la rupture du jeûne

Et pour ceux qui ne sont pas en phase de régime, comment éviter les excès ?

Les conseils que je vais prodiguer ici sont polyvalents, c’est-à-dire qu’ils sont applicables pour tous :

  • Faire très attention à son sommeil car le manque de sommeil engendre une fatigue qui, à son tour, rend le contrôle de l’alimentation face à la faim encore plus difficile.
  • Ne pas se ruer et sur les aliments à la rupture du jeûne : fractionner les prises alimentaires, idéalement en trois fois ou plus.
  • Penser à boire de l’eau en quantité suffisante (1,5 litre d’eau minimum).
  • Dès la rupture du jeûne, commencer par une datte et un à deux grands verres d’eau, car cela permet de se réhydrater et se recharger en minéraux.
  • Manger calmement, prendre le temps de mastiquer et de savourer, pour permettre une bonne digestion, améliorer l’assimilation des aliments et obtenir plus rapidement la sensation de satiété.
  • Limiter le sel ainsi que les salaisons et charcuteries.
  • Limiter les fritures.
  • Limiter le sucre.
  • Favoriser les légumes crus et cuits, et les protéines à chaque repas.
  • Essayer de mettre à table des portions individuelles servies et garnies comme au restaurant.
  • Utiliser des petites assiettes qui donneront aux yeux une impression d’abondance et aideront à se sentir rassasié.
  • Manger les feuilles de laitue que l’on utilise pour garnir les mets : ne pas les jeter et se priver de leurs bienfaits.
  • Il faut veiller à s’assurer au minimum une petite demi-heure de marche active quotidiennement après la rupture du jeûne. Cette marche peut faire partie de la convivialité, des soirées ramadanesques, puisque tout un groupe d’amis, de voisins… peut s’en donner à coeur joie ! »

« Manger de tout mais en petite quantité car le secret réside dans cet équilibre, entre plaisirs ramadanesques et santé renouvelée.et gardez les bonnes habitudes alimentaires prises pendant Ramadan après l’Aïd. 
Je souhaite que ce mois Sacré puisse vous guider vers un mieux-être spirituel et corporel. »