Nos Plus

Signes extérieurs de vieillesse

Publié le
Signes extérieurs de vieillesse
par Senda Baccar

– Tas dbozyeux tu sais…
– …
– …
– Ouèèèèèèè ! Génial ! Quel scoop ! T’as mis longtemps pour t’en apercevoir ? Et, t’es content de m’en avoir sorti une aussi banale ?
Que de fois n’ai-je entendu cette phrase ? A force, j’étais blasée :
– C’est bon, ça va ! Je sèèèèèèèèèèèèèèèè… Allez, du balai ! Trouves ot’chose. Casse toi, pauvre con ! (ah ben, c’est comme ça, moi aussi je parle bien la France.)

Nous, les jolies femmes, on aime ça. On aime entrer dans une pièce, quelle qu’elle soit, une salle de restaurant, de cinéma ou de théâtre, le salon d’une amie, notre club de gym,… et sentir les regards s’attarder sur nous.
Hommes ou femmes, peu importe. Qu’on nous regarde suffit à nous griser.

J’avance, donc je suis. « On » me regarde, donc j’existe. Que dis-je, j’évolue ! Et ces dizaines de paires d’yeux qui jalousent la courbe de mes reins ou salivent sur ses promesses ou encore sur le galbe de mes oranges, qui détaillent mon visage, démesurent mon « je » qui enfle comme un ballon d’anniversaire.
Jusqu’à l’éclatement…

Hier, je l’ai entendue pour la première fois : « Mais… Mais voyons, comment que tu fais pour rester aussi jeune ? »

Vlan.
La claque !
Ce à quoi j’ai répondu silencieusement : « Et toi, comment tu fais pour rester aussi con ? », tout en m’entendant répliquer tout haut ce que je ne pensais pas le moins du monde tout bas : « Un coup de botox par ci, un mélange d’anti rides par là, une piquouze de gel liftant là où il faut, des prothèses pour t’en mettre plein la vue, et voilà ! C’est ça mon secret de beauté… »

– Naaaaaaaan, c’est pas vrèèèèèèèè ! Inti* botox ? J’te crois pas !
– Tu l’as dit (bouffi), je plaisantais. Je ne vais pas aller me faire piquer le visage au risque de me retrouver avec le visage figé d’une momie Egyptienne ou un oeil qui dit merde à l’autre (et du coup, alors, ça sera sûr que y aura plus personne pour me dire « Tas dbozyeux tu sais »).
– Ah bon, ça me rassure quand même !
Oui, mais toi, pauvre abruti, tu ne m’as pas rassuré du tout !

Quand on commence à demander à une femme (ou un homme, d’accord, mais nous, les nanas, pardon, c’est pire) comment elle (ok, il aussi) fait pour rester jeune, c’est déjà qu’on a calculé qu’elle (ou il, c’est bon on a compris) ne l’était plus.

QED !
Quoi, qu’est qu’y a ! J’ai des rides, OK ! Mais au moins ma culture générale n’en a pas pris une.
CQFD, abréviation de « ce qu’il fallait démontrer », se dit en latin « quod erat demonstrandum » (qed).
Bref, outre le côté grossier de ce compliment à deux balles, je me demande comment ils font pour décider qu’à partir d’un certain temps « on reste jeune » alors qu’il y a peine quelque mois… on l’était !

Une vraie calculatrice scientifique, mieux que celle que le lycée vient de m’obliger à offrir à mon gamin qui entre en seconde et qu’il est censé garder jusqu’au bac. Ce qui devrait me consoler d’avoir casqué 200 euros pour l’acquérir (c’est pas vrai, je l’ai acheté moitié prix à Dubaï, capitale de l’électronique, des immeubles interminables et des hôtels de luxe où on peut jouer à danse avec les dauphins pour 400 dinars la demi-heure) mais ne tient pas compte du fait que Pr Tournesol perd un téléphone par quinzaine ou, quand c’est pas le téléphone, son chargeur (euh, attend maman, je crois que je l’ai laissé chez Badis… ah non ça y est je l’ai prêté à Hatem, tu peux envoyer le chauffeur le chercher… je… euh… désolé maman).

Aaaaaaaaaaaargh !
Alors Sherlock Holmes ! C’est quoi ? Le relâchement du menton ? Qui fait qu’on a moins envie de porter un col roulé. Nos yeux qui se déplissent moins vite. Les lignes qui creusent notre front, soulignant que nous, au moins, on passe du temps à penser avant de parler pour ne rien dire. Les sillons qui se creusent plus lorsqu’on sourit. La situation sociale ? Elle est mariée, deux-trois gosses, une maison d’été,… Ouais, ça doit bien tourner autour de la quarantaine tout ça.

C’est quoi qui fait qu’on nous dise un jour « Mais comment tu fais pour rester aussi jeune ? » au lieu de « Tas dbozyeux tu sais » … ?
*Inti : Toi