Nos Plus

Slown Pêcheur d’images

Publié le
Slown Pêcheur d’images

Slown est l’un de nos jeunes artistes passionnés de photo. Un art qu’il a étudié au Canada. Il vient d’entamer sa carrière de cinéaste avec un film : Le Temps, la Mort et Moi.

par Salem Djelassi

1/ Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier d’artiste-photographe et tout récemment de réalisateur ?

 

Ce qui me plaît dans la photographie c’est de peindre le monde tel que je le ressens, il y a beaucoup de subjectivité qui nous entoure telle que la beauté, l’art, les sentiments… et moi j’ai le luxe d’exprimer tout ça en image afin de « partager » avec le plus de monde.

Quant à la réalisation, c’est un peu plus compliqué. Je pense que dans un film il y a beaucoup de soi, on se raconte dans nos personnages et on les fait affronter nos propres démons. C’est quelque part une thérapie, un voyage parfois déplaisant au fond de nous- mêmes, duquel on sort grandi.

 

2/ Comment es- tu tombé amoureux de l’art de la photo ?

 

La photographie s’est imposée à moi comme une évidence tout en douceur.

Durant mon adolescence, mon père m’a donné notre premier appareil photo numérique pour faire les photos souvenirs de notre voyage dans le sud tunisien. L’appareil en main, je me suis vite détourné des paysages désertiques pour me prendre en photo (je faisais des « selfies » comme aujourd’hui tout les ados avec leurs téléphones) et ça m’a permis de m’accepter… Et, par la suite, je me suis mis à prendre mes amis en photos puis à faire mes premières photos « artistiques » et, très vite les choses se sont accélérées : concours, expo et rencontres … jusqu’au jour où je me suis envolé vers le Canada pour en faire mon métier.

 

3/ Quels sont tes gestes pour rester en bonne santé ?

 

Pour ma part, c’est de mettre mes écouteurs, de la bonne musique, mes lunettes de soleil et marcher. Ça permet de faire un peu d’exercice et de me déconnecter, le temps d’une course ou deux. Il n’y a rien de tel que pour être en bonne santé.

 

4/ Est-ce que tu aimes le sport? Et si tu n’étais pas artiste-photographe quel genre de sportif aurais-tu aimé être ?

 

Quand j’étais petit, je n’aimais pas trop ça et ça n’a pas trop changé depuis, mais je reconnais les bienfaits du sport sur la société et surtout sur nous-mêmes, d’ailleurs personnellement, je ne pratique que le sport en salle.

Moi, si j’étais un sportif j’aurais été un tennisman, je suis plus sport individuel que collectif et je trouve que le tennis est l’un des sports les plus beaux esthétiquement.

 

5/ Aujourd’hui, on parle beaucoup « nature » et on consomme de plus en plus bio. Est-ce que tu es dans ce mouvement qui, prône le retour aux   » sources « en quelque  sorte ?

 

Non, désolé, je suis pour l’effort écologique et pour le maximum de verdure dans nos villes comme dans nos campagnes mais cette mouvance est quelque part « rétro-grade » et moi je suis un progressiste convaincu, je pense que la solution est dans l’esprit humain et non dans l’alarmisme et le déni de la modernité.

 

6/ Quels sont tes recettes pour rester calme et de déstresser dans notre société de plus en plus indisciplinée et harassante ?

 

Franchement, musique et cigarette. Je ne suis pas de nature colérique et j’ai appris à me recentrer, gérer puis craquer sinon rien de tel qu’un weekend loin de tout pour se changer les idées.

 

7/ Es-tu un grand gourmand ? Quels sont tes plats préférés ?

 

Gourmand, oui mais gourmet,  pas vraiment, je laisse souvent aux autres le plaisir de me faire découvrir, mais j’ai un faible pour les escalopes panées, je ne suis pas très difficile.

 

8/ Quel est ton conseil pour les jeunes afin qu’ils restent en bonne santé mentale et physique ?

 

Etre curieux, optimiste et passionné mais surtout combatif.