Nos Plus

Le syndrome de l’apnée du sommeil (SAS)

Publié le
Le syndrome de l’apnée du sommeil (SAS)

On évoque le syndrome de l’apnée de sommeil, lorsqu’il y a une interruption de la respiration pendant quelques secondes. Les patients présentent des micro-réveils et un sommeil qui n’est pas réparateur. Ce syndrome est sous-diagnostiqué et sous-traité mais n’est pas une fatalité. Quelles sont les causes de l’apnée du sommeil ? Comment est-elle prise en charge et peut-on l’éviter ? Entretien avec un spécialiste.

par Ema Farès

Avec le Dr Mohamed Turki, Pneumologue

Qu’est-ce qu’une apnée de sommeil ?

On définit une apnée de sommeil par la présence d’arrêts respiratoires nocturnes, qui se répètent plusieurs fois pendant le sommeil. Cet arrêt respiratoire doit durer chez l’adulte plus que 10 secondes.

Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

Les signes de l’apnée de sommeil se manifestent des fois avec une fréquence jusqu’à 5 fois par heure. Les épisodes apnéistes peuvent être supérieurs ou égaux à 5 fois par heure.Le patient est affecté essentiellement par une somnolence, des maux de tête et une fatigue au cours de la journée.

Quels sont les facteurs de risque de l’apnée du sommeil ?

Les facteurs de risque de l’apnée de sommeil sont variés. Le facteur de risque courant de l’apnée de sommeil est l’obésité. 60% des personnes obèses développent un syndrome d’apnée du sommeil. En revanche, il y a d’autres facteurs tels que une rétrognathie, un mandibule en arrière (au niveau de la mâchoire), des malformations au niveau de la gorge, des amygdales hypertrophiées ou bien des pathologies comme l’hypothyroïdie ou l’acromégalie. Les diabétiques, également, souffrent d’apnée du sommeil, soit 10 à 30%, selon les études, et surtout ce syndrome affecte le diabète de type 2, d’où l’intérêt de chercher le syndrome de l’apnée du sommeil chez le diabétique. En outre, le manque d’oxygène peut aggraver les complications vasculaires liées au diabète. La rhinite peut entraîner une obstruction du nez et aggrave le syndrome de l’apnée du sommeil.

Quels examens de diagnostic pour déceler ce SAS ?

L’examen de référence du sommeil ou appelé « Gold standard » permet l’enregistrement des heures de sommeil, l’évaluation de la capacité respiratoire et les conséquences des apnées sur l’oxygénation et sur le corps, la fréquence cardiaque et la saturation en oxygène pendant toute la nuit. Fréquemment, on remarque un manque d’oxygénation nocturne (désaturation répétitive en oxygène) ce qui va entraîner une gêne respiratoire pendant la nuit.

Quelles sont les conséquences de l’apnée du sommeil ?

Les apnées du sommeil peuvent induire une hypertension artérielle, des problèmes cardiaques, une somnolence et parfois des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Ces AVC sont assez rares mais peuvent exister.

Comment se traite l’apnée du sommeil ?

Le traitement dépend de la sévérité de l’apnée du sommeil. Dans les cas peu sévères à modérés, on peut se contenter d’un traitement local avec parfois une chirurgie au niveau de la gorge et si le patient est obèse, on œuvre pour un amaigrissement. La prise en charge de l’obésité est difficile surtout lorsque le surpoids est important. Cependant, on peut aussi faire dans le cas d’une apnée sévère, un traitement par un masque nasal posé qui permet au patient de mieux respirer pendant la nuit. C’est un appareil de ventilation ou un appareillage à Pression Positive Continue (APPC), c’est un petit compresseur médical avec de l’air comprimé qui va être insufflé à travers un masque nasal ou bien au niveau naso-buccal permettant une perméabilité continue au niveau des voies aériennes supérieures. Avant une sieste ou au moment de se coucher, le patient doit mettre ce masque.

Quelles sont les mesures de prévention ?

Le plus important est de ne pas grossir et maintenir un indice de masse corporelle équilibré, puisque 60% des personnes obèses peuvent présenter à un moment ou un autre de leur vie une apnée du sommeil. Une bonne hygiène de vie permet de prévenir cette anomalie. En revanche, le syndrome de l’apnée du sommeil est inévitable dans le cas de grosses amygdales ou rétrognathisme important. Il est alors essentiel de traiter les maladies associées tels que les troubles endocriniens, les pathologies métaboliques et l’acromégalie.

Quelle est la prévalence de l’apnée du sommeil dans le monde et en Tunisie ?

En Tunisie, il n’y a pas d’études épidémiologiques définitives, mais il existe des études en cours. En revanche, on sait que dans différents pays, à l’échelle internationale, cette maladie a une prévalence de 4% à 8% de la population générale. Mais en Tunisie, probablement, la prévalence est autour de 5%, sans disposer toutefois d’une étude encore prête sur ce syndrome.

Quel message adressez-vous aux lecteurs ?

Dans le cas où une personne a un ronflement ou présente une somnolence pendant la journée, il faut absolument consulter son médecin traitant parce que, fréquemment, dans ce cas, on diagnostique un syndrome d’apnée de sommeil. Un ronflement et une somnolence, sont deux éléments qui indiquent dans 90% des cas que c’est un syndrome apnéique.