Nos Plus

Voyage Le guide du Routard… diabétique

Publié le
Voyage Le guide du Routard… diabétique

Quand on voyage, qu’on soit plutôt bagage léger ou « j’emporte la moitié de la maison avec moi », on n’est pas toujours conscient qu’on quitte son nid douillet pour un ailleurs qui peut être hostile si l’on est porteur d’une maladie. Il en est ainsi des diabétiques. Si tel est votre cas, il est important de prévenir les incidents qui pourraient gâcher votre séjour à l’étranger. Nos conseils.

par Senda Baccar

En principe, les compagnies aériennes permettent aux passagers atteints de diabète de prendre en cabine tout le matériel nécessaire à la prise en charge de leur diabète, qu’il s’agisse de leur matériel de surveillance de la glycémie ou de la quantité d’insuline suffisante pour couvrir toute la durée du voyage et du séjour à l’étranger.
En effet, non seulement les vols (aller et retour) doivent être couverts mais également le séjour sur place afin de vous mettre à l’abri d’une pénurie ou de tout autre incident tel que retard d’avion ou, plus ennuyeux, la perte de vos bagages.

En étant prévoyant, vous pourrez tenir plusieurs heures (jours) et vous vous mettez ainsi à l’abri d’un incident.
L’idéal, en particulier pour les porteurs de pompe à insuline, est de se munir d’un certificat médical attestant à la fois de la maladie et de la nécessité d’être autorisé à monter à bord avec le matériel nécessaire dans le bagage cabine !

Un modèle établi en partenariat entre les autorités aéroportuaires françaises et l’Association française du diabète vous est proposé sur le site de cette dernière. Donnez-le à votre médecin qui le remplira quelques jours avant votre voyage.

En effet, si les seringues, les stylos d’injection, les flacons et les médicaments sont autorisés en quantités nécessaires pour le séjour, il n’en reste pas moins que si vous transportez une quantité d’insuline supérieure à 600 ml, vous êtes dans l’obligation de vous munir d’une prescription médicale établie à votre nom. De plus, prévoyez un sac congélation de 20cm x 20cm zippé dans lequel vous placerez les liquides avant de les présenter à l’agent de contrôle. Sans être pessimiste mais tout simplement prévoyant, vérifiez avant votre arrivée ou, si ce n’est pas possible, en arrivant sur place, la possibilité de trouver une pompe de secours, même en location.

Journée mondiale du diabète

14 novembre
La Journée mondiale du diabète a pour objectif de sensibiliser au diabète, son inquiétante croissance dans le monde et sa prévention. Créé par la Fédération internationale du diabète (FID) et l’OMS, elle est célébrée le 14 novembre pour marquer l’anniversaire de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a joué un rôle essentiel dans la découverte de l’insuline en 1922, un traitement vital pour les diabétiques.

Nabil, 60 ans, homme d’affaires

J’ai été très ennuyé lors d’un de mes voyages à Londres car les personnes en charge de la sécurité de l’aéroport ont tenu à passer ma pompe à insuline aux rayons X. Or, la plupart des fabricants de pompes à insuline recommandent de ne pas l’exposer aux rayons X. Il aurait suffit de me contrôler au moyen d’un portique de détection de métal ou d’un détecteur à main d’objets métalliques qui ne risquent pas de causer un dysfonctionnement. En plus, je me suis senti gêné par rapport aux autres passagers et ça cause inévitablement un stress. Il faudrait sensibiliser un peu plus le personnel concerné et les former à l’accueil des diabétiques.

Houda, 68 ans, retraitée

De plus en plus d’hôtel proposent une large gamme de produits diététiques, y compris en Tunisie où cette attention, bien que pas encore généralisée, s’étend. J’ai eu l’agréable surprise de trouver un buffet diététique au Royal Thalasso de Monastir et un grand choix de jus frais sans sucres ajoutés. En Egypte, où je viens de me rendre, les grands hôtels proposent un large choix ! Mais les tentations sont grandes. Il faut rester vigilant et faire attention aux écarts.

Mourad, 57 ans, cadre

J’ai acheté une petite mallette dans laquelle je dispose tout le matériel nécessaire à mon diabète : stylos à insuline, seringue, cathéter, solution désinfectante, etc. En général, c’est toujours compliqué. Machinalement, les policiers refusent de discuter et pour eux, on doit passer le sac aux rayons alors que ce serait mieux d’y jeter un œil directement pour vérifier le contenu ! Le risque c’est de dénaturer tout mon stock d’insuline. On s’y fait, on essaie de discuter. Ca passe ou ça casse…

N’oubliez pas…

Ce n’est pas tout. Afin de ne rien oublier, pourquoi ne pas rédiger une petite check-list (aide mémoire) que vous rangerez dans le sac ou le portefeuille où vous avez l’habitude de ranger vos documents de voyage. Il suffit de s’y référer pour faire votre bagage à main. Vous y mentionnerez le traitement prescrit par votre médecin, le lecteur de glycémie (éviter la soute qui risque d’en compromettre le fonctionnement) et les bandelettes bien sûr, l’ordonnance, ainsi qu’une collation, des friandises ou encore des comprimés de glucose pour parer aux hypoglycémies.
Discuter aussi avec votre médecin au sujet de votre alimentation si votre destination est exotique et que les changements risquent d’influer sur un éventuel régime spécifique.
Peut-être que votre médecin décidera d’ajuster votre traitement. Pensez également au décalage horaire qui peut avoir une incidence et qui doit en tout cas vous inciter à recalculer le débit de la pompe. Enfin, vous allez certainement marcher plus que d’habitude, donc choisissez de bonnes chaussures pour éviter les blessures aux pieds et surveillez-les encore plus qu’à l’accoutumée… Soignez bien les blessures, même celles qui vous semblent bénignes.