Si Senior

60 ans . . . et toutes mes dents !

Publié le
60 ans . . . et toutes mes dents !

Caries, infection, inflammations chroniques, pertes de dents, bref toutes les maladies dentaires et des gencives peuvent être la cause d’autres pathologies en raison de l’affaiblissement du système immunitaire qu’elles engendrent.

par Soumaya Farhat

Et les propos de notre spécialiste, le Dr Christian Caron, professeur agrégé à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Laval, ne sont pas pour nous contredire : « Plusieurs études ont démontré des liens statistiques entre l’infection dentaire ou parodontale et divers désordres médicaux comme les accidents vasculo-cérébraux ainsi que certains troubles cardiaques ou pulmonaires ».

Dr Christian Caron digest

Spécialisé dans le traitement des personnes en perte d’autonomie et médicalement compromises, le Dr Christian Caron est le fondateur et le directeur du Centre d’excellence sur la santé buccodentaire et le vieillissement de l’Université Laval, et chef de service de dentisterie gériatrique au sein du Centre de santé et de services
sociaux de Québec-sud.
Ses intérêts de recherche sont l’épidémiologie de la condition buccodentaire des personnes âgées, l’accès aux soins des personnes en perte d’autonomie, l’effet de la santé buccodentaire sur la nutrition, les soins dentaires
et la qualité de vie. En septembre 2000, il a créé un programme de formation spécialisée en gérodontologie, programme dont il assume encore la direction.

Des risques qui n’épargnent aucune catégorie d’âge et qui sont d’autant plus accentués chez les personnes âgés, ce qui a d’ailleurs conduit la science à considérer la prise en charge des soins dentaires chez les personnes âgées,
comme une spécialité à part entière, appelée gérodontologie.

Rencontré lors des 6èmes Journées de gérodontologie et du 1er Congrès francophone d’odontologie, début octobre
dernier, le Dr Christian Caron nous a également appris que « La grande majorité des pathologies dentaires retrouvées à la vieillesse sont liées à la perte d’autonomie ». Il est vrai que, en raison de leurs limitations physiques et/ou cognitives, les personnes âgées ne se brossent pas les dents de la manière la mieux indiquée. Elles ont donc besoin d’une assistance extérieure pour une hygiène dentaire parfaite, mais toujours est-il qu’il faille le savoir.

Comment procéder donc pour assurer la prise en charge dentaire de nos seniors afin de prévenir la survenue de problèmes dentaires et leurs inévitables complications sur la santé des personnes âgées ?

Pour notre spécialiste : « Il faut former les proches et autres intervenants périphériques à le faire. Il faut aussi trouver des moyens alternatifs à l’enlèvement mécanique de la plaque dentaire par le brossage. On doit développer et utiliser des produits en application locale permettant de limiter, ou de retarder, le développement des problèmes infectieux de la bouche (caries, perte de support osseux des dents…). A ce titre, plusieurs produits semblent efficaces aujourd’hui, comme les gels fluorés à haute teneur qui peuvent remplacer la pâte à dents traditionnelle ».

Faute d’une bonne hygiène dentaire, les personnes âgées risquent d’être confrontées à différentes pathologies qui, si elles sont plus liées au comportement du patient vis-à-vis de la santé buccodentaire qu’à l’âge, n’en connaissent pas moins une augmentation de la prévalence à la vieillesse.
« En raison justement de la perte d’autonomie qui empêche la personne de pratiquer correctement ses soins d’hygiène
dentaire quotidiens », souligne le Dr Christian Caron. Donc, comme toute autre personne négligente vis-à-vis de
son hygiène dentaire, la personne âgée peut s’exposer à des problèmes, essentiellement des caries en grande quantité et qui, lorsqu’elles progressent, infectent le nerf, puis se transforment en abcès dentaires douloureux.

On note aussi des problèmes gingivaux et de l’appareil de support de la dent qui peuvent la rendre mobile. On remarque fréquemment des dents cassées qui, à cause de leurs arrêtes aiguës, provoquent des ulcères des joues ou de la langue. On voit aussi du tartre (dépôt calcaire, calcification de la plaque dentaire) qui provoque la perte de support des dents et la mauvaise haleine.

Le Centre d’excellence sur la santé buccodentaire et le vieillissement

La mission de ce centre est de développer les connaissances sur la santé buccodentaire des seniors en donnant la priorité à ceux qui ont peu d’accès aux soins, ou à autonomie réduite. Le centre est basé sur quatre champs d’action principaux :
– Le transfert des connaissances et la formation

– La promotion et la prévention de la santé buccodentaire

– L’organisation des soins et des services

– La recherche.

Des équipes multidisciplinaires sont formées dans chacun de ces champs pour concrétiser ces objectifs.
Elles sont composées de médecins gériatres, de dentistes, d’hygiénistes dentaires, de nutritionnistes, d’infirmières, et de proches des patients ou leurs représentants. Les solutions issues de ces groupes de
travail sont beaucoup mieux adaptées à la réalité des soins à prodiguer à cette population.

Quels sont les moyens à utiliser pour porter assistance à nos seniors ?

Pour le Dr Christian Caron : « On doit agir sur deux fronts, le premier étant la prévention par la sensibilisation et la persuasion. L’autre front se situe sur le plan curatif qui demande l’organisation de soins accessibles à cette population. Les soins curatifs devront, pour la majorité, être basés sur le patient et sa localisation, en privilégiant le déplacement de l’équipe de soins, avec des équipements portatifs pour assurer les soins de base comme les obturations, le nettoyage dentaire, la pose de prothèses amovibles et certaines extractions simples à domicile, à l’aide d’équipements adéquats, d’un protocole d’asepsie compatible, et des outils et produits d’urgence médicale recommandés.

De plus, le dentiste doit avoir reçu une formation en soins dentaires à domicile permettant de bien maîtriser toutes les modifications de pratique liées au déplacement du professionnel vers le patient, et les connaissances des diverses problématiques sociales et médicales de cette population à risque.
Certaines cliniques régionales fixes adaptées doivent aussi permettre la prise en charge des cas plus complexes
sur le plan médical ou dentaire, ou les deux combinés.
Des actions préventives de formation doivent aussi être incluses dans ce système orienté vers les patients pour améliorer les soins d’hygiène dentaire quotidiens ». 