Si Senior

Hommage aux aidants familiaux!

Publié le
Hommage aux aidants familiaux!

Prendre soin, au quotidien, d’un être cher souffrant d’incontinence nécessite, certes, un amour inconditionnel, mais aussi beaucoup de temps, d’énergie et de sacrifices.
Fils, fille, époux, épouse ou tout simplement un parent proche, nombreuses sont les personnes, en Tunisie, qui consacrent beaucoup de leur temps et s’engagent corps et âme pour subvenir aux besoins d’un proche dépendant et incontinent… Ce sont les aidants familiaux !!

par Lamia Temimi

 

TENA, la marque spécialiste et leader mondial de l’incontinence en collaboration avec l’Association d’Alzheimer Tunisie et l’ATUGER (Association Tunisienne de Gérontologie) rend hommage à ceux qui s’occupent d’un être cher et leur dédie une journée porte ouvertes, le dimanche 3 février 2013, journée axée principalement sur les conseils et le soutien.

Cette journée s’inscrit dans le but de sensibiliser la population tunisienne sur le rôle des aidants familiaux et l’importance de leur soutien. En effet, cette sensibilisation s’avère d’autant plus importante que l’incontinence lourde touche aujourd’hui plus de 50 mille personnes en Tunisie et plus spécifiquement les seniors nécessitant une prise en charge régulière, de la part des membres de leur famille.

Des professionnels de la santé issus de différentes spécialités seront au rendez-vous, pour répondre aux questions des aidants familiaux dans le cadre d’ateliers, afin que les uns et les autres bénéficient de conseils pratiques leur permettant de mieux prendre soin de leurs proches incontinents, alléger leur souffrance et améliorer ainsi leur quotidien.

L’incontinent aujourd’hui, en Tunisie, est dans 60 % des cas une femme, âgé de plus de 65 ans et ayant des maladies chroniques comme le diabète, la maladie de Parkinson ou une démence (maladie d’Alzheimer). Dans 75 % des cas, il souffre d’incontinence mixte : urinaire et fécale. Beaucoup de femmes sont touchées, du fait de l’appauvrissement des fibres musculaires des sphincters et de la vessie, dégénérescence naturelle liée au vieillissement. A part l’âge, d’autres facteurs sont également responsables, tels que les traumatismes suite à un ou plusieurs accouchements, les actes chirurgicaux ou pelviens ou encore une hypertrophie de la prostate chez l’homme.

Selon Sami Baouendi, Directeur Marketing Régional chez Sancella Tunisie, une récente étude consommateur a relevé que 75 % des aidants familiaux sont des femmes dont 60 % sont au foyer. L’intervalle d’âge des aidants familiaux varie entre 40 et 60 ans et le lien familial du type ascendant est prédominant chez ces personnes à la cause noble. 40 % des aidants s’occupent de leurs parents, 18 % de leurs grands-parents et 16 % de leurs beaux-parents.

Cette initiative rentre dans le cadre du programme international de TENA, le N°1 mondial des produits d’hygiène adulte. TENA mène ce programme, en collaboration avec divers partenaires, dans tous les pays où TENA existe. En Tunisie, le mois de février 2013 verra le lancement de la première édition de « La journée des aidants » dont la vocation est de devenir un rendez-vous annuel impliquant TENA pour la sensibilisation et l’éducation de la population tunisienne.

Présente dans plus de 90 pays à travers le monde, TENA détient 24 % de part de marché dans le secteur d’incontinence. Elle est le spécialiste depuis 40 ans des produits contre l’incontinence et le leader mondial des solutions contre les fuites urinaires. Commercialisé en Tunisie depuis 1998, la vocation première de TENA est de faciliter le quotidien des personnes souffrant d’incontinence, sans oublier les aidants car prendre soin d’un être cher demande beaucoup d’efforts et de dévouement.

Rakia 53 ans

Ingénieur dans un ministère

Rakia est une femme bienveillante et chaleureuse qui orchestre sa vie professionnelle et sa vie privée au quotidien malgré les hauts et les bas. Enfant unique, mariée et mère de deux enfants âgés de 25 et 21 ans, elle prend soin de ses deux parents, complètement dépendants. Son père, âgé de 94 ans, l’est depuis deux ans et sa mère, âgée de 90 ans, l’est depuis 12 ans. L’aide et le soutien d’un parent dépendant sont pour elle naturels et sa motivation se repose sur l’affection et l’amour inconditionnel qu’elle porte à ses parents. Un sens du devoir profond l’habite et la foi est sa principale ressource. Parce qu’elle habite chez ses parents, parce qu’une présence 24 h sur 24 est nécessaire, elle se fait aider, faute de temps et d’énergie, au niveau des soins, des tâches ménagères et même au niveau de l’aide à la personne. Elle s’est toujours renseignée, informée, formée afin d’assurer une aide avenante et efficace même si le soutien manque en Tunisie et que les associations et les professionnels ne sont pas nombreux et toujours répondants. Il y a, en effet, un besoin réel en agences spécialisées en auxiliaires de vie avec du personnel qualifié, à prix raisonnable. Elle souhaiterait de la part des professionnels, un partenariat, une sorte de coopération pour être utile aux autres, pour apprendre aux professionnels les besoins et les attentes des patients et des aidants. L’aide professionnelle est importante et complète, celle de la famille étant donné que dans notre culture, placer une personne dans une structure d’accueil, ne serait-ce que de temps en temps, n’est pas courant.

Ses loisirs sont passés au second rang et elle aimerait beaucoup pouvoir décompresser, de temps en temps, avoir un peu de répit. Elle aspire à des services, à la hauteur de la tâche, qui pourraient la remplacer chez elle, occasionnellement. Rakia s’estime heureuse de pouvoir faire face aux coûts, un aspect souvent négligé, une chance que tous les aidants n’ont pas. En effet, l’état se doit de revoir la qualité de la prise en charge. Positive Rakia affronte l’avenir, pleine d’audace et de bonne volonté et surtout garde la foi.

L’avis du spécialiste

3 questions au Dr. Mohamed Sfaxi Spécialiste en Chirurgie Urologique

Quelle est l’ampleur de l’incontinence en Tunisie? Quelles en-pourraient être les causes, aussi bien chez les femmes que chez les hommes ?

En Tunisie, il n’existe pas vraiment de statistiques liées proprement à l’incontinence. Mais de part ma pratique quotidienne, je dirai que l’incontinence touche plus les femmes que les hommes et en général les personnes d’un certain âge c’est-à-dire les 50 ans et plus.

Pour ce qui est des causes, il faut rappeler que l’incontinence peut avoir plusieurs sources, telles que l’incontinence par impériosité mictionnelle ou l’urgenturie qui est la sensation d’un besoin impérieux d’uriner, allant jusqu’à la fuite qui peut se constater dans certaines pathologies neurologiques, à l’image de la maladie d’Alzheimer, Parkinson ou la sclérose en plaque…

Nous pouvons également distinguer l’incontinence d’effort (toux, éternuement…) surtout chez les femmes multipares. Les actes chirurgicaux subis, notamment au niveau de la prostate (prostatectomie radicale), chez les hommes peuvent entraîner une incontinence.

Y a-t-il des solutions préventives ou bien une hygiène de vie à adopter afin de retarder l’incontinence ?

Tout d’abord, il est important de comprendre le pourquoi de l’incontinence et traiter en conséquence. Lutter contre l’obésité et le tabac peut réduire l’incidence de l’incontinence. Pour le cas des personnes âgées par exemple, consulter une fois par an, permet de diagnostiquer certaines pathologies sources d’incontinence à leur début.

Chez les femmes ménopausées, un traitement hormonal peut être utile.

Chez les femmes enceintes, un bon suivi de la grossesse et le bon déroulement de l’accouchement peut éviter un certains nombre de cas d’incontinence. L’indication d’une rééducation périnéale, après l’accouchement peut s’avérer utile.

Quelles interactions avec les autres spécialités peut avoir l’urologie ?

Cela dépend de l’origine de l’incontinence et des signes qui lui sont associés. Cette dernière nécessite souvent une prise en charge multidisciplinaire. Nous pouvons être amené à interagir avec la gériatrie, la cardiologie, la neurologie, la gastrologie, la gynécologie.