Si Senior

Ô vieillesse ennemie…

Publié le
Ô vieillesse ennemie…

Quand on est jeune, on grandit. Au fur et à mesure que le temps passe, on ne grandit plus, on vieillit. La langue trahit bien nos modes de pensée et les stéréotypes les plus enfouis dans notre inconscient. Est-il vrai que le bel âge est -obligatoirement- celui des 20 ans ? N’est-il pas possible d’être malheureux à 20 ans, et heureux à 50 ou 60 ans ? Qu’est-ce que la vie à la fin ? Quel sens lui attri
buer ? Voilà les questions qui se posent à partir « d’un certain âge ». Pas avant, car avant, on n’a pas le temps, on vit tout simplement.

par Sondes Khribi Khalifa

La perception du temps est la première chose qui change dans la vie d’une personne, avec les années. N’importe quelle personne retraitée, vous dira que le temps s’est comme … allongé ! Les journées sont plus longues. On peut faire tellement de choses, en une journée ! Et on ne comprend plus ces jeunes gens qui stressent, qui courent tout le temps, et qui n’y arrivent jamais ! C’est quand même long une journée !En réalité, une journée c’est 24 heures. Ce n’est ni long ni court. C’est juste votre perception de ce temps qui change. Et quand on a fini de travailler, de courir pour ramener les enfants, faire les courses, payer les factures, préparer à manger, faire la vaisselle et tout le trallala, en effet le temps semble s’allonger.

La santé

En parallèle avec la perception du temps, la santé, c’est ce qui change le plus avec le temps. Le corps est une machine extraordinairement complexe, très intelligente aussi. Cette machine sait déjà comment se défendre, comment résoudre la multitude de problèmes qui surviennent tous les jours. Mais l’Homme, avec son comportement alimentaire, avec son hygiène de vie (sédentarité ou activité physique par exemple), va largement influencer le fonctionnement de cette machine.

C’est ainsi que des populations vont avoir des paramètres de santé différents de ceux d’autres populations. L’ostéoporose par exemple, maladie très répandue en occident, notamment chez les femmes à partir de 50 ans, est presque inexistante dans les pays asiatiques.

L’environnement aussi, a un rôle capital. Selon qu’on évolue dans un environnement sain, pollué, ou stressant, la machine corps va voir ses performances varier considérablement. La question de la vieillesse s’envisage donc et se vit, de manières assez différentes, d’une personne à une autre, et plus généralement d’un environnement ou style de vie, à un autre.

La vie commence à 60 ans?

La vie commence t-elle à 60 ans? Ou sont-ce des paroles de chansons qui ne veulent rien dire à la fin… (Tino Rossi)? Est-il vrai que le jeune âge n’est pas obligatoirement le bel âge? Les personnes âgées, celles qui ont passé le plus de temps sur cette terre, savent que le mental ne suit pas forcément le physique. On parle d’ailleurs d’âge biologique et d’âge mental, qui peuvent être bien différents.

Avec le temps, on se pose les grandes questions qui riment avec les frustrations de l’âge senior, les limites du corps… Est-ce que j’ai réussi ou raté ma vie ? Qu’est-ce que je suis en train de faire ? Suis-je heureux, sinon satisfait ? Questions qui ne se posaient pas avant. Quand on était jeune, on était en plein dans la vie, on n’avait pas le temps. Avec les années, on a le temps de réfléchir sur le monde et sur soi, de façon différente, la sienne. C’est ainsi que «Le monde de la jeunesse est celui de l’action, le monde de la vieillesse est celui des représentations ». Aucun verdict alors, c’est selon votre profil psychologique, votre parcours personnel, votre hygiène de vie et vos aspirations du moment, que vous vivrez votre âge senior, avec plus ou moins de bonheur. Une chose est sûre, c’est vous seul(e) qui en décidez.

La Télomérase : Enzyme élixir de vie

Une enzyme qui s’appelle la Télomérase serait en cause dans le vieillissement cellulaire, notamment dans la préservation de la longueur des télomères. Les télomères étant les extrémités des ADN. Et justement, au fur et à mesure du processus de division cellulaire, on a constaté que les télomères raccourcissent avec l’âge. Ainsi, toute l’information génétique n’est pas transmise au cours de la division cellulaire, et c’est ainsi que surviennent maladies et toutes sortes d’ennuis liés à la vieillesse.
Avec ces découvertes, et d’autres encore, la qualité de vie des seniors sera considérablement améliorée.

La femme et la ménopause

Les troubles climatériques, c’est-à-dire les troubles qui surviennent chez la femme avec la ménopause, sont en bonne partie liés au profil psychologique de celle-ci. Si elle est toujours stressée, voir dépressive, elle a plus de probabilité de vivre une ménopause tourmentée. Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et troubles du sommeil, ainsi que la sensibilité à fleur de peau, seront plus intenses que chez une femme au profil moins émotif.

Ce qu’ils en pensent

Amel 58 ans

Eh bien ce qui change avec l’âge c’est d’abord mon corps, et mes capacités. Je ne suis plus capable de faire tout ce que j’ai envie de faire. Mes envies sont les mêmes, je suis plus gourmande en « vie » qu’avant, au sens figuré comme au sens propre, mais je suis interdite de beaucoup de choses… …Ah ! Je donnerais tout pour des crevettes sautées au beurre et à l’ail, et en dessert, un fondant au chocolat avec une belle boule de glace à la vanille! …Mais je ne peux plus, maudits diabète et triglycérides ! Avec le temps, moi je suis la même en fait, mais le corps ne suit plus.

Zohra 55 ans

C’est la qualité de vie, oui contrairement à ce que vous pouvez penser ! J’ai une meilleure qualité de vie avec le temps, car je sais apprécier les choses, toutes les choses même les plus futiles qui soient…une soirée en terrasse, après avoir passé un coup de serpillère, arrosé ma citronnelle. Avec un bon verre de thé à la menthe comme je sais le faire depuis des dizaines d’années, partagé avec mon mari, mon compagnon de vie de 35 ans… c’est un tel bonheur pour moi. On n’a même pas besoin de parler, tout a été dit…Et puis à quoi bon ?! La jeunesse et sa fougue, on veut tout dire, tout faire, on n’est d’accord sur rien… (rires). Vous, jeunes gens, ne connaissez pas encore la complétude et la douceur de la paix intérieure.

Hatem 61 ans

Ce qui arrive avec le temps c’est l’amertume, la désillusion, je me suis rendu compte que j’ai perdu ma vie à la gagner, mon seul objectif était de bâtir un empire, en succédant à mon père. Mais je me rends compte aujourd’hui que j’ai loupé l’essentiel. Je ne vois presque pas mes enfants. Je suis seul. Parfois je pense même qu’ils ne m’ont jamais aimé. Tout ce qui les intéressait c’était l’argent, papa je veux ceci papa je veux cela…et maintenant je suis seul comme un …, j’ai fait le tour du monde, mais je suis très seul. Vous voulez que je vous dise ? Avec l’âge on se rend compte que les enfants sont ingrats ! Voilà!

Marcel 67 ans

Ce qui change avec le temps…? C’est que je suis plus connecté avec mon corps. On fait vraiment un, lui et moi. Je vois ma colonne vertébrale assez souvent, dans mes radios, je vois mon sang gicler dans mes prises de sang… J’ai cette vision plus lucide, plus viscérale si vous voulez, de ce que je suis : un squelette, avec plein d’inflammations, ca s’appelle l’arthrose, des muscles et des tendons usés, ca s’appelle la tendinite, etc. Quand on est jeune, on n’a pas ce même rapport au corps, on est plus lancé dans la vie, on mange et on boit jusqu’à l’aube, on fait les 400 coups…On ne sait pas à quel point on est prisonnier de son corps. Ni a quel point la médecine ne peut rien contre la majorité des maux. La douleur, voilà mon (mauvais) compagnon, qui tombe amoureux de moi on dirait ! Avec l’âge… (rires) il ne veut plus me quitter !