Si Senior

Et si on se faisait une cure ?

Publié le
Et si on se faisait une cure ?

Ah, le printemps et les beaux jours sont enfin là, un air léger de vacances souffle déjà autour de nous. Et si on en profitait pour passer quelques jours de détente en cure thermale ?

par Myriam Bennour Azooz

Qui n’a jamais entendu parler du thermalisme et de ses vertus ? Ce mot signifie littéralement “utilisation thérapeutique des eaux de source”. Provenant du grec “thermos” qui veut dire “chaud”, le thermalisme est une vieille pratique médicale qui remonterait à près de 4000 ans, et est destinée à soigner les maux les plus divers.

Elle  soulage et atténue, notamment grâce à la richesse minérale de ses eaux, les douleurs et les symptômes inhérents aux affections chroniques. Les cures thermales sont souvent préconisées aux seniors souffrant de maux liés à l’âge. Il est communément admis par le corps médical que les bienfaits du thermalisme, notamment chez les seniors, se ressentent à l’issue de plusieurs jours de soins continus. C’est pour cette raison que l’on prescrit généralement des cures de longue durée.

Pour qui ?

Le thermalisme est une forme de médecine alternative (en opposition avec la médecine traditionnelle) reposant sur l’utilisation des vertus de l’eau de source minérale naturellement chaude à des fins thérapeutiques. De nombreuses indications correspondent à la pratique des cures thermales, et nous ne pourrons toutes les citer ici. Voici cependant quelques unes  des orientations thérapeutiques aujourd’hui reconnues :

-Les problèmes de peaux comme l’eczéma, l’acné, le psoriasis : soignés par des bains, des pulvérisations, des massages sous l’eau.

-Les problèmes de la sphère ORL, otites, sinusites, rhinites, allergies avec asthme, toux chroniques : ils donnent lieu à des gargarismes, des inhalations, des séances d’aérosol, des irrigations nasales.

-Les problèmes digestifs comme la constipation chronique et les colites : ils sont traités par l’ingestion d’eau et une alimentation particulière.

-Autres orientations thérapeutiques possibles : affections des muqueuses bucco-linguales, troubles psychosomatiques, maladies cardio-artérielles, troubles du système urinaire, troubles neurologiques, phlébologie, rhumatologie, traumatismes articulaires etc… C’est dire si l’offre de soin est variée ! Pour s’y retrouver, le premier réflexe est de demander l’avis de votre médecin traitant. Ainsi bien renseigné, vous pouvez vous lancer et choisir la cure qui vous convient !

Dans quels cas prescrire une cure thermale ?

Les cures thermales prescrites aux seniors complètent souvent un traitement médicamenteux visant à soigner une pathologie lourde comme une affection longue durée. Dans certains cas, elles peuvent cependant être préconisées en traitement principal.

La plupart des soins reposent sur des cures au long cours, d’une moyenne de 3 semaines prises en charge en globalité ou partiellement par la CNAM, avec au programme des cures de bains d’eau courante, des bains avec douche en immersion ou au jet, des inhalations de gaz thermaux, des bains de boue et des cataplasmes, enfin, des actes de kinésithérapie et/ou des pratiques médicales complémentaires associées.

La véritable vocation du thermalisme est donc de soigner. Les cures s’adressent de manière générale aux malades chroniques que les traitements classiques ne soulagent pas complètement. Les centres sont spécialisés dans le traitement de telle ou telle pathologie, selon l’endroit où ils se trouvent et les propriétés des eaux de source.

Un miracle contre l’arthrose

Plus de la moitié des curistes souhaitent soigner leurs rhumatismes grâce aux soins thermaux. C’est surtout l’arthrose, qui touche plusieurs personnes en Tunisie, que l’on cherche avant tout à traiter. En effet, l’eau chaude, et notamment l’eau chaude soufrée, amoindrit les douleurs, calme les crampes et autres contractures si désagréables. En outre, l’utilisation d’eau chaude joue un rôle sur les articulations  qu’elle assouplit sensiblement. D’autant plus que la composition de l’eau soufrée permet de prévenir les rhumatismes et intervient rapidement dans le soulagement de la douleur. 

…Et les pathologies respiratoires aussi

Ce sont les pathologies touchant les affections des voies respiratoires, et donc touchant le nez, la gorge, les oreilles et les bronches qu’un curiste sur quatre vient soigner. Les maladies chroniques ou à répétition y sont traitées : otites, sinusites, rhinites, pharyngites et bronchites. L’origine peut être également allergique : il s’agira de l’asthme ou du rhume des foins. La cure est indiquée lorsque les médicaments ne viennent pas à bout de l’infection ou lorsque celle-ci est sujette à de fréquentes rechutes. Dans tous les cas, l’on utilisera des eaux soufrées. Les soins seront très spécifiques, l’objectif étant de mettre en contact l’eau ou le gaz thermal avec la muqueuse respiratoire : cure de boissons, bains et douches, inhalations vapeurs et aérosols, lavages de la gorge ou des amygdales, pharyngés, lavages du nez et des sinus avec une eau salée, séances de vaporarium (salle remplie de vapeur). 

Soigner les problèmes dermatologiques par le thermalisme

La peau est bien sûr une des principales patientes des centres thermaux avec tout son cortège de soucis dermatologiques : eczéma atopique, psoriasis, cicatrices hypertrophiques, rosacée rebelle, prurits et séquelles de brûlures. Les eaux devront être adoucissantes, voire sulfurées, utilisées sous forme de bains, de pulvérisations faciales ou sur l’ensemble du corps, des enveloppements de crème sous film plastique, avec des massages assouplissants en immersion. Le soin le plus courant sera la douche filiforme qui a pour but de diriger, sous pression réglable, un jet très fin sur les lésions concernées. Ses vertus : le soulagement des douleurs et des démangeaisons, l’accélération du processus de cicatrisation et l’assouplissement des rétractions dues aux cicatrices.

Les eaux thermales, plus ou moins ferrugineuses et minéralisées selon leur source d’origine, peuvent être riches en bicarbonate, en sulfate, en sulfure ou en chlorure.

Chaque eau thermale dispose de propriétés utilisées à des fins spécifiques.

Ainsi, le choix de l’établissement de soins et, par conséquent, la source thermale associée, doit s’effectuer en fonction de la pathologie à traiter.

Quels en sont les bienfaits ?

Le thermalisme soigne depuis l’Antiquité des pathologies diverses. De nos jours encore, les cures thermales demeurent un remède recommandé pour nombre de problèmes de santé, allant de la surcharge pondérale à l’asthme en passant par les problèmes dermatologiques.

Les bienfaits des cures thermales se ressentent sur le long terme. De nombreuses études ont démontré leur efficacité et leur capacité à soulager les affections chroniques de manière effective. L’eau thermale agit par sa composition, notamment le souffre, élément constitutif du cartilage et l’action sédative, décontractante de certaines pratiques : bain, application de boue (générale ou locale), douche au jet, piscine…La chaleur, la stimulation des muscles, la mobilisation dans l’eau aident à traiter les troubles osto-articulaires.

Il faut ajouter à tout ceci le rôle bénéfique du repos physique et moral  de l’environnement thermal, loin du milieu habituel. Les résultats obtenus sont souvent très favorables et permettent au patient de passer une meilleure année avec moins de douleurs, de gêne articulaire, diminution du traitement antalgique et anti-inflammatoire ainsi que du nombre de séances de massages-kinésithérapie.

Par ailleurs, les bienfaits du thermalisme se manifestent également sur le plan psychologique. Les cures constituent de véritables ruptures avec le quotidien, comme on l’a dit plus haut. Elles permettent aux patients de bénéficier de nombreux conseils, d’adopter de bonnes habitudes et de se relaxer entre les séances de soins.

Quelles sont les différentes techniques ?

Les eaux thermales sont utilisées de diverses manières ; elles peuvent être consommées directement par le patient (voie interne) ou employées lors de douches, de bains, de massages et d’enveloppements (voie externe).

Il n’est pas rare que des séances de kinésithérapie ou de rééducation fonctionnelle soient également prescrites en complément.

Il incombe au médecin qui supervise la cure de déterminer les actes médicaux qui conviendront le mieux au patient. Un programme de soins est donc défini en début de séjour.

Trois grandes techniques apparaissent dans toutes les cures thermales auxquelles s’ajoutent des soins comme les applications de boue, les massages, les drainages. Toutes ces pratiques sont effectuées par des professionnels de santé.

-L’hydrothérapie externe : le bain ou la douche sont des soins basiques en cure thermale. Ils peuvent cependant revêtir de nombreuses formes et répondre ainsi à des attentes différentes. Les bains froids par exemple stimuleront la circulation sanguine, les bains chauds auront un effet relaxant et soulageront les douleurs articulaires, tout en ayant un effet vasodilatateur. Ils peuvent concerner le corps dans son entier mais être aussi simplement locaux, par exemple pour soigner les rhumatismes des mains ou des pieds. Les bains peuvent être également individuels ou collectifs, selon le but poursuivi. La douche, elle aussi, est très utilisée  et ce, sous plusieurs formes : le jet est la méthode la plus connue, qui consiste à envoyer de l’eau sur le curiste par jet large en modifiant la pression et la température ainsi que les zones visées.

-L’hydrothérapie interne : cette catégorie recouvre les inhalations, gargarismes, nébulisations et aérosols, utilisés dans le traitement des voies respiratoires. Elle est indiquée pour plusieurs pathologies : asthme, sinusite, otites, manifestations allergiques, pathologies bronchiques, sevrage tabagique.

-La cure de boisson, ou ingestion d’eau minérale : comme son nom l’indique, elle consiste en la simple absorption de l’eau minérale du lieu choisi, et s’adresse particulièrement aux problèmes d’ordre digestif. Elle est le plus souvent accompagnée d’un régime alimentaire adapté.

Différentes stations thermales

Vous les choisirez en fonction des différentes qualités de l’eau, sachant que chaque région possède des caractéristiques spécifiques, correspondant elles-mêmes à un type de pathologie.

Le thermalisme peut être considéré comme une possibilité de traitement dans certaines maladies des articulations et les progrès médicaux de ces dernières années n’ont pas entamé l’indication de soins en milieu thermal.

Elle peut être prise en charge par la CNAM en ce qui concerne les soins et la surveillance médicale. Comme tout acte médical, une prescription par votre médecin traitant ou votre spécialiste rhumatologue orthopédiste est indispensable et l’accord de la CNAM doit être obtenu.

Une cure thermale correctement prescrite, bien surveillée constitue une thérapeutique complémentaire à part entière. Il faut faire confiance en votre médecin dans la prescription de ce traitement, car il est le seul habilité à évaluer les indications et les bienfaits à retenir dans ce traitement totalement naturel.