Si Senior

Pied diabétique La marche à suivre

Publié le
Pied diabétique La marche à suivre

En Tunisie, les problèmes du pied diabétique sont encore mal connus des patients, alors que d’après les statistiques les plus récentes, 3 à 10% des diabétiques souffriront d’un problème de pied à un moment donné de leur vie et un patient sur quinze sera amputé! Cela est d’autant plus regrettable que l’on sait que plus de la moitié de ces amputations pouraient être évitées par un traitement précoce et des soins adéquats.
Partant de cette réalité, on peut dès lors se pencher sur les symptômes d’un pied aux multiples dangers.

par Laure Bernardini

Avant d’entrer plus en détails dans la prise en charge médicale du pied du diabétique, il est bon de préciser que l’extrême fragilité de ce «pied» est liée au diabète. Une maladie qui touche environ 5,5% de l’ensemble de la population tunisienne et atteint à peu près 9,6% des adultes. Le diabète insulino-dépendant ou diabète de type 1, se caractérise par la destruction progressive des cellules B (du pancréas) qui produisent l’insuline, entraînant ainsi un important déficit en insuline. Le diabète non insulino-dépendant ou diabète de type 2 se rencontre chez 85 à 90% des diabétiques adultes, le plus souvent en surpoids ou obèses. Cette forme de diabète peut parfois être méconnue durant de nombreuses années. L’absence ou la mauvaise répartition de l’insuline dans l’organisme, le taux élevé de glucose dans le sang peut à long terme provoquer de graves complications vasculaires et neurologiques chez les patients diabétiques.

La neuropathie ou maladie du système nerveux

Complication fréquente liée au diabète de types 1 et 2, la neuropathie affecte le système nerveux des diabétiques. Au niveau des pieds, cette atteinte se ressent par une perte de la sensibilité nerveuse: après les sensations de fourmillement, surtout la nuit, d’engourdissement, le pied devient peu à peu insensible au chaud, au froid, puis à la douleur. Les brûlures provoquées lors d’un bain de pied (le pied étant insensible, le malade ne se rend pas toujours compte de la température élevée de l’eau), les crevasses du talon, séquelles dues à un appui excessif sur certaines zones du pied ou au port de semelles trop rigides, offrent un terrain propice au développement de bactéries et de lésions qui, faute de soins, s’infectent en profondeur jusqu’à atteindre les os et les tendons (d’où l’appellation de «mal perforant»).

L’artériopathie ou maladie des artères

L’artériosclérose est une inflammation des artères due à l’accumulation de substances graisseuses à l’intérieur de la paroi artérielle et au durcissement de celle-ci. Généralement localisée au niveau des membres inférieurs, cette atteinte des artères, aggravée par le tabagisme, l’hypertension artérielle et le cholestérol, bouche progressivement les artères des jambes. En raison de ces deux complications, le pied diabétique ainsi fragilisé devient le lit de lésions infectieuses mycosiques ou microbiennes qui, mal soignées, peuvent entraîner une gangrène.

Quel spécialiste pour le pied diabétique?

Pour éviter les risques d’infection et, dans le pire des cas, ceux d’une amputation du pied, il est absolument nécessaire pour les diabétiques de se soumettre aux règles d’hygiène strictes dispensées par une équipe pluridisciplinaire, comprenant un podologue, un diabétologue, un dermatologue et un chirurgien cardio-vasculaire.

L’éducation des patients diabétiques

La prévention demeure essentielle. Autrement dit, en dehors de la nécessité d’avoir une alimentation saine, d’arrêter de fumer, de maintenir un poids correct, de pratiquer une activité physique pour la bonne santé des pieds et de prendre des médicaments capables de réguler le taux de glycémie, les diabétiques atteints de neuropathie ou d’artériopathie doivent se soumettre à un examen attentif de leurs pieds: un toucher-palper quotidien sous les pieds, entre les orteils et aux coins des ongles, doit être fait chaque jour afin de repérer les éventuelles plaies, infections et mycoses. Celles-ci sont favorisées par une mauvaise hygiène des pieds ainsi que par le port de chaussettes synthétiques et/ou de chaussures trop serrées, dans lesquelles les pieds macèrent. La priorité doit être donnée aux gestes qui évitent l’apparition de plaies susceptibles d’évoluer en gangrène, notamment chez les diabétiques atteints d’artériopathie. La meilleure prise en charge reste la prévention, possible grâce à une bonne éducation du patient par le médecin et par une bonne hygiène de vie.

Trouver chaussure à son pied

Pensez à acheter vos chaussures en fin de journée car c’est à ce moment là que le pied est le plus gonflé.

Evitez les chaussures à semelles trop dures et à bout relevé, les laçages et les matières qui compressent les pieds.

Utilisez des semelles souples et changer les aussi souvent que possible.

Portez votre choix sur des chaussures qui permettent aux pieds de respirer.

Prévoyez plusieurs paires, afin d’éviter les frottements et varier les points d’appuis.

Les gestes à éviter

Marcher pieds nus

Les instruments de pédicure coupants

Les pansements anti-cor

Le coton sur les plaies

Les cotons-tiges pour essuyer entre les orteils

Les crèmes ou pommades contenant des colorants

Toutes les sources de chaleur

Les gestes à privilégier

Les compresses et pansements individuels et stériles

Les essuie-tout à usage unique pour essuyer entre les orteils

Les antiseptiques liquides transparents

Les chaussettes en coton, fil d’écosse ou laine

Le savon doux

Les crèmes à fort pouvoir hydratant

Couper les ongles au carré et limer les coins