Si Senior

Rhumatismes : Ils pèsent sur nos épaules !

Publié le
Rhumatismes : Ils pèsent sur nos épaules !

En vieillissant, le corps se modifie et les années pèsent progressivement sur l’ossature ainsi que sur la masse musculaire. D’où, très souvent, l’apparition de douleurs chroniques généralement difficiles à soulager.

par Kamel Bouaouina

Ces crises de rhumatisme ne cessent de nous guetter et pèsent lourd sur nos épaules.

Elles gâchent parfois la vie des patients qui multiplient les consultations auprès de leur médecin généraliste, leur rhumatologue ou leur ostéopathe sans pour autant trouver de solution. Ils prennent toutes sortes de médicaments et pourtant ils souffrent toujours autant.

Chef de service de rhumatologie à l’hôpital Farhat Hached de Sousse et secrétaire général de la Ligue tunisienne antirhumatisme, le Pr Sami Bouajila, explique que « la rhumatologie se consacre aux maladies des articulations, de la colonne vertébrale, des muscles et des os. Leur point commun réside dans le fait qu’elles empêchent le bon fonctionnement de l’appareil locomoteur à cause de la douleur et du raidissement.

La rhumatologie traite plusieurs maladies.

Au niveau du squelette, elle traite les affections telles que l’ostéoporose, l’ostéomalacie, le rachitisme, et au niveau articulaire, il traite les affections dégénératives (arthrose, hernie discale…), inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, chondrocalcinose…), périarticulaires (tendinites, périarthrite…) et musculaires (myosite et claquage).
Le traitement va dépendre de la maladie causale.
On dispose actuellement d’un arsenal thérapeutique pour traiter ces affections.

Il y a certes des avancées thérapeutiques, dont la biothérapie qui coûte trop cher, mais grâce à la CNAM, on arrive à une bonne prise en charge des patients. »

Les rhumatismes représente la maladie articulaire la plus fréquente.

Les premiers symptômes apparaissent généralement à partir de 40-50 ans, mais la maladie commence souvent bien plus tôt dans la vie. Et elle est d’autant plus accentuée que le patient souffre d’une surcharge pondérale.

Cette dernière augmente en effet le risque de développer une gonarthrose.
C’est ce que décrit le Pr Pascal Richette de l’hôpital Lariboisière à Paris : « l’obésité aggrave la douleur et le handicap en limitant les mouvements par la masse des tissus mous. Elle entraîne donc une diminution des activités physiques.

Il a été démontré que la survenue d’une arthrose du genou est directement liée à l’obésité alors que la relation n’est pas évidente en ce qui concerne l’arthrose de la hanche.
L’augmentation de l’IMC d’un point entraîne une majoration de 15% de survenue d’arthrose. Un exercice modéré est recommandé pour les arthroses. On conseille souvent une activité sportive.

La perte de poids augmente considérablement le confort des patients.

Il est démontré que l’amaigrissement des patients arthrosiques en surpoids retarde l’évolution de la maladie. Il est vrai qu’il n’y a rien de pire pour nos articulations que les kilos superflus.

Un régime équilibré, prescrit par un médecin, devrait aider les patients à perdre ces quelques kilos qui pèsent sur leurs articulations et sur leur silhouette. La pratique régulière d’un sport contribue aussi à prévenir les rhumatismes, notamment la marche, la natation, le yoga et la gymnastique. »