Vivre à Deux

1+1=3 équation pour une vie de couple réussie

Publié le
1+1=3 équation pour une vie de couple réussie

Ça y est, l’été est bel et bien arrivé. Saison de prédilection des festivités, l’été est le moment choisi par beaucoup de couples pour célébrer leur mariage. Moment crucial dans l’existence, le mariage apporte un changement considérable dans la vie de chacun des mariés. Passées les réjouissances, le nouveau couple est confronté à une nouvelle réalité : la vie à deux. C’est parce que nous ne voulons pas que votre conte de fées tourne au cauchemar, que votre prince charmant ne retrouve son état de crapaud et que votre belle ne se rendorme pour une centaine d’années nous avons concocté pour vous quelques commandements pour une vie de couple réussie.

par Amel Mnakbi

Avec ton conjoint, tu communiqueras!

La communication est une composante qui a, hélas, été longtemps occultée dans nos sociétés. Microcosme à part entière, le couple ne fait pas exception à cette tendance générale. Il en résulte, sur le moyen terme, des non-dits, des rancoeurs voire même une incompréhension totale et une violence latente et insidieuse qui minent le couple et, dans des cas extrêmes, peuvent le faire imploser. Instaurer une bonne communication, au sein du couple, semble une solution pour apaiser les tensions et faciliter la cohabitation. Parler oui, mais comment? Il ne s’agit, en aucun cas, de demander des comptes à l’autre ou de formuler des reproches. Il s’agit plutôt d’établir, en amont, un projet de vie et d’apporter des rectificatifs, si besoin est, en cours de route. Se projeter dans le futur, à travers des objectifs communs, est le plus sûr moyen pour souder un couple.

Ton conjoint, tu n’idéaliseras point !

Si la période prénuptiale est considérée comme une période de connaissance de l’autre, il n’en demeure pas moins que la cohabitation est bien plus révélatrice à ce sujet. Avant le mariage, chacun est pris par une volonté constante de séduction de l’autre, reflétant ainsi la meilleure image de lui-même. Une fois l’union scellée, chacun donne libre cours à sa vraie personnalité, en laissant s’exprimer son Moi profond. C’est à ce moment précis que surgissent les premiers heurts. L’avant /après est très souvent difficile à accepter, d’autant plus que chacun est porteur d’une image idéalisée de l’autre. Pour qu’un couple puisse dépasser cette phase critique, il lui faut se rendre compte qu’il doit éviter, à tout prix, de projeter sur l’autre une image idéalisée, que chacun doit accepter l’autre tel qu’il est réellement, et non tel qu’il voudrait qu’il soit, qu’il doit flatter ses qualités et composer avec ses défauts. La maturité du couple est très importante dans ses conditions dans la mesure où chacun doit être capable de se remettre en cause et d’accepter les différences de l’autre. Arriver à faire des compromis, de part et d’autre, c’est s’assurer la paix du ménage.

Avec ton conjoint, tu ne fusionneras point !

Pour un jeune couple amoureux, la tentation de la fusion est omniprésente. Mais qui dit fusion, en psychanalyse, dit inconscients indifférenciés ce qui peut mener inexorablement à la catastrophe. Deux cas de figures peuvent exister, soit que l’un des conjoints devienne le parent de l’autre (un substitut maternel ou paternel), soit qu’il assume le rôle du thérapeute et, dans les deux cas, c’est l’échec assuré vu que ce genre de rapport oscille le plus souvent entre attraction et répulsion et finit par se solder par une séparation. Pour que l’équation du couple marche, il faut que 1+1= 3, en termes plus clairs, le « nous » se résume à toi, moi et notre couple. Il s’agit en fait, pour les conjoints, de garder et de cultiver leurs individualités, leurs différences, leurs identités respectives et savoir les investir pour la construction du couple. Concrètement, il faut que chacun conserve son jardin secret, ses goûts, ses points de vue, tout en développant les centres d’intérêts qu’il a en commun avec son conjoint.

La fusion peut conduire à une alchimie réussie quand chacun n’attend pas que l’autre comble un manque, en lui ou en elle. Quand le couple ne se construit pas sur une logique d’exclusivité, voire même de tentation de dévoration de l’autre.

L’espace de ton conjoint tu respecteras !

Le mariage est aussi à associer à la notion de foyer conjugal, lieu où le couple partage un espace de vie commun. Ce nouveau lieu de vie est très important pour le couple parce qu’il l’isole du monde extérieur et construit son intimité. Cependant, chacun des conjoints, évoluant dans ce foyer commun, a besoin de se créer un espace à soi, un endroit où il peut s’isoler pour s’adonner à une activité quelconque. L’existence de cet espace vital est d’autant plus importante que chacun a besoin de se retrouver seul(e), de se poser pour réfléchir, travailler, ou tout simplement se reposer. Cet empiétement sur le territoire de l’autre peut se révéler très dangereux pour le couple et générer des tensions constantes.

Il est le plus souvent vécu comme un envahissement de l’autre, une limitation de sa liberté voire même son assujettissement. Cette situation est plus compliquée quand le couple vit en appartement où l’exiguïté du lieu exacerbe la promiscuité. Un couple a besoin d’une séparation salutaire. Il s’agit de se séparer pour mieux se retrouver. Si les conjoints n’ont pas l’opportunité d’avoir un espace à soi, l’extérieur peut présenter une alternative intéressante, comme par exemple, s’aménager une heure quotidienne pour une promenade en solitaire avant de réintégrer le foyer conjugal.

Désir et amour, tu entretiendras !

Pour un couple fraîchement marié, le désir pour l’autre est omniprésent. Mais avec le temps, ce désir s’étiole, simplement parce que les perspectives offertes par les corps restent limitées. Alors comment faut-il faire pour faire durer le désir ? L’amour semble, pour certains, une panacée universelle, cependant rien n’est moins sûr. Quand on vous dit qu’on a trouvé « l’âme sœur » il faut y voir une sorte de cristallisation de notre ego, avec tout un jeu de reflets dans le miroir de notre narcissisme. En termes moins érudits, si on dit à quelqu’un «je t’aime» c’est en réalité «j’aime l’image que tu me renvoies de moi», ou mieux «je m’aime à travers toi». Quand survient le moment fatidique de la découverte de l’autre, tel qu’il est réellement, c’est là que s’amorce une nouvelle étape dans la relation. Par la grâce de la lucidité retrouvée, c’est la découverte d’une « autre personne » dans le conjoint qui survient. Cette personne «nouvelle», autre que celle qu’on a eu tout le temps de découvrir, et de nous aimer à travers elle. Cette découverte peut être un réel bonheur si nous nous apercevons que nous l’aimons infiniment plus que celle que nous désirions au début. En définitive, l’amour se vit dans la continuelle découverte de l’autre, dans une éternelle séduction de l’autre ; il faut le nourrir avec un vécu commun, avec des émotions, avec des projets. Quant au désir, il ne faut en aucun cas le limiter à l’extase du plaisir car les conjoints ne sont pas toujours au même diapason. Le plus important, avant tout, est d’avoir la capacité et le plaisir d’être à deux, de jouer à deux comme un concerto pour piano à quatre mains.

L’avis du spécialiste: 3 questions à Hichem Cherif Conseiller conjugal, sexologue

Quel est le secret d’une vie de couple réussie?

Avant tout, il faut se poser cette question « ai-je fait le bon choix? », être convaincu d’avoir choisi la bonne personne; il faut surtout fonder la relation de couple sur une entente intellectuelle, une compatibilité de caractère, une similitude de milieu socioculturel. Ceci est très important, car axer son choix sur un attrait physique ou un intérêt matériel (un mariage d’argent) peut mener à un échec et ce, même à court terme. Il faudrait aussi insister sur le fait qu’un couple sache communiquer ; instaurer un rituel de dialogue sans tabous, et sans appréhension c’est primordial pour faciliter la cohabitation et l’intercompréhension. Le couple doit savoir être un auto-thérapeute : diagnostiquer le problème et en parler pour trouver une solution et non pas pratiquer la politique de l’autruche, en refusant de réagir et en attendant que les choses se tassent d’elles-mêmes. Il faut gérer les conflits dans le couple, sans avoir à impliquer famille et amis dans la querelle, et demander si besoin est, l’aide d’un conseiller conjugal.

Que conseillez-vous à un jeune couple pour avoir une vie sexuelle épanouie ?

Primo, il faut dédramatiser le rapport de notre société à la sexualité. Je milite pour qu’il y ait une éducation sexuelle dans nos établissements éducatifs et ce, afin de permettre aux jeunes générations d’être mieux informées. Revenons aux jeunes couples maintenant; pour avoir une vie sexuelle épanouie, il faut avant tout sexualiser la relation dès que les deux amoureux envisagent l’engagement.

D’une manière plus claire, bien avant le jour J du mariage, il faudrait déjà engager une discussion sur la sexualité du couple, parler à cœur ouvert des appréhensions de chacun, des questionnements. Il est impératif de solutionner des problèmes pathologiques, anatomiques et autres dont pourrait souffrir l’un des fiancés bien avant le mariage. Il faut que chacun soit attentif au désir de l’autre, à ses attentes, lors du premier rapport, moment très important parce qu’il est décisif pour l’avenir sexuel du couple. La nuit de noces peut se transformer en un souvenir traumatique surtout pour la femme qui finit par associer la sexualité à la douleur, créant ainsi des inhibitions et un rejet de l’autre ; donc mon conseil pour les hommes, de la douceur, beaucoup de douceur. Il faut aussi prendre le temps de découvrir le corps de l’autre, et être attentif à son plaisir. Malheureusement chez beaucoup d’hommes tunisiens machos, la phase des préliminaires précédant le rapport, proprement dit est, considérée comme superflue, donc bâclée ce qui n’est pas du goût de leurs conjointes, transformant ainsi le rapport intime en une routine contraignante.

Le mot de la fin ?

Je voudrais insister sur une chose très importante : le désir d’enfants. Je conseille aux jeunes couples de ne pas envisager de concevoir un enfant rapidement, la première année de leur mariage par exemple. Le couple a besoin d’intimité, de profiter de la première période du mariage pour mieux se connaître, construire une vécu ensemble, l’arrivée d’un enfant pourrait perturber le couple, surtout les hommes qui, pour certains, vont se sentir exclus de ce rapport mère/enfant, de ne plus trouver leur place dans le foyer. Donc il est impératif de programmer la conception du bébé, en parler et surtout se préparer psychologiquement à cette nouvelle responsabilité.