Vivre à Deux

Choisir sa contraception

Publié le
Choisir sa contraception

En matière de contraception, faire le bon choix détermine en partie l’épanouissement de votre vie amoureuse. Parmi les différentes formes de contraception existantes, il en existe forcément une qui devrait vous convenir. Une méthode parfaite de contraception n’existe pas mais les couples trouveront nécessairement celle qui leur convient… Le gynécologue fait le point et nous livre ses conseils !

par Bel Hassen Rekik

La pilule contraceptive, un composé d’hormones féminines synthétiques qui empêchent l’ovulation !

Quand elle est apparue sur le marché, dans les années 60, elle a été saluée comme une révolution dans la vie des femmes. Elle a permis la mise en place d’un planning familial plus efficace, des relations sexuelles plus spontanées et compte peu d’échecs. Les formules récentes offrent des garanties allant de 95 à 99 %. Bien que certaines femmes en soient victimes, la pilule cause rarement des effets secondaires mais elle est, par exemple, déconseillée aux femmes présentant des troubles de la coagulation sanguine. Si vous optez pour la contraception hormonale, votre médecin devra vous prescrire des examens pour répertorier les facteurs de risque, s’informer sur les antécédents d’embolies ou de phlébites dans votre famille et peser le pour et le contre.

La pilule oestro-progestative

Les pilules les plus courantes sont composées d’œstrogènes et de progestérones, des hormones féminines naturelles, mais sous forme synthétique. Les pilules se différencient par les dosages de chaque hormone. La pilule oestro-progestative est composée avec différents dosages d’hormones selon la période du cycle. Elle doit être prise pendant 21 jours, en respectant l’ordre. Certaines marques proposent 28 pilules, dont 7 ne contiennent aucune hormone, simplement pour ne pas rompre l’habitude de la prise.

L’action

Oestrogènes et progestérones empêchent l’ovulation (maturation et libération de l’ovule). La progestérone modifie l’endomètre et épaissit la glaire cervicale, ce qui empêche la progression du sperme.

Pour

C’est un moyen pratique et fiable qui préserve la spontanéité. Les règles sont moins abondantes et moins douloureuses, les symptômes prémenstruels atténués. On peut la prendre pendant des années. Elle protégerait des maladies inflammatoires du pelvis (salpingite), de l’endométriose, des cancers du sein, de l’ovaire et de l’utérus.

Contre

Prise de poids, sautes d’humeur, seins gonflés, nausées et saignements gynécologiques. Si vous désirez un enfant, il vous faudra quelques mois avant de retrouver une ovulation régulière.

Contre-indication

Les femmes désirant allaiter, celles qui ont plus de 35 ans, celles qui fument, qui ont eu des antécédents de phlébite ou de troubles de la circulation, de diabète, de tension ou qui souffrent d’une maladie du foie comme l’hépatite.

Possibilité d’échec

Si vous oubliez une pilule ou vomissez dans les 3 heures qui suivent sa prise, si vous suivez certains traitements contre l’épilepsie ou à base d’antibiotiques, dans ces cas, pendant une semaine, et en plus de la pilule, utilisez un autre mode de contraception, comme le préservatif.

Contrôles et précautions

Quand vous prenez un contraceptif oral, cessez de fumer, surveillez votre poids, votre tension, consultez régulièrement un gynécologue pour examens et frottis du col. Si votre médecin vous prescrit un traitement, signalez-lui que vous prenez la pilule.

Choix des méthodes barrière

De nombreux facteurs dictent le choix d’un contraceptif mais à tout instant, on peut recourir aux méthodes barrière.

Les méthodes barrière

Ce sont les méthodes de contrôle des naissances qui empêchent le sperme de pénétrer dans l’utérus de la femme. Le préservatif pour homme ou femme est la méthode la plus connue. Il est recommandé pour les personnes qui abordent une nouvelle relation ou désirent pratiquer une sexualité sans risques. Le préservatif permet la prévention du sida et d’autres maladies sexuellement transmissibles (MST). Il est recommandé d’utiliser des préservatifs jusqu’à connaissance du parcours sexuel du ou de la partenaire, avec réciprocité dans la précaution. Celle-ci deviendra inutile si vous établissez une vraie relation monogame.

Ces méthodes utilisent le latex ou le polyuréthane comme barrière de protection. Or, les contraceptifs en latex sont délicats. Il ne faut pas les associer à un corps gras ou à une crème de type vaseline, qui contient une huile minérale. Ne laissez pas une huile de massage ou une crème nourrissante entrer en contact avec les préservatifs. Vous pouvez, le cas échéant, utiliser un lubrifiant à base d’eau.

Le préservatif masculin

Le produit

Fourreau très fin en latex, dont l’extrémité présente un petit réservoir en forme de téton, que l’on déroule sur le pénis en érection. Contrairement aux préservatifs en latex, les préservatifs en polyuréthane, qui sont plus fins et préservent davantage les sensations de l’homme, peuvent être utilisés avec un lubrifiant de type corps gras (vaseline, huile, savon).

L’action

Le préservatif recouvre le pénis et le sperme est recueilli dans le petit réservoir, pour éviter qu’il ne pénètre dans le vagin. Il ne peut être utilisé qu’une seule fois et il faut le mettre en place sans tarder. Dès que l’homme a éjaculé, il retire son pénis du vagin tout en maintenant le préservatif à sa base,pour empêcher l’écoulement.

Pour

On le trouve partout, il protège les deux partenaires contre les MST et l’on s’en débarrasse facilement. Il n’y a pas d’effets secondaires, à moins d’être allergique au latex. Si on l’utilise correctement, les échecs sont rares, pas plus de 3 %. Utilisé avec un spermicide, un préservatif est encore plus sûr. Pour une sexualité sans risques, il peut accompagner une autre méthode de contraception.

Contre

Le préservatif peut glisser ou se déchirer au cours de l’acte sexuel, ce qui fait courir un risque de MST ou de grossesse. Il faut l’enfiler avant toute pénétration, ce qui oblige à marquer un temps d’arrêt en plein ébats. Certaines personnes se plaignent d’une diminution des sensations.

L’avis du spécialiste : Dr Khaled Boudhraa gynécologue obstétricien

Est-ce que la contraception est facile à mettre en œuvre et quels sont ses effets secondaires ?

La plupart des méthodes de contrôle des naissances exigent que vous les respectiez à la lettre. Si certaines grossesses imprévues résultent d’une défaillance du contraceptif, la plupart viennent d’une mauvaise utilisation. Si vous ou votre partenaire n’êtes pas satisfait(e) de la contraception que vous utilisez, vous vous sentirez anxieuse, fatiguée ou menacée par une grossesse non désirée. Les méthodes contraceptives changent avec l’âge et le désir, ou l’absence de désir, d’enfant. Pour trouver la méthode qui vous convient, parlez avec votre médecin et votre partenaire et renseignez-vous sur son efficacité. Le choix dépend vraiment de votre âge, de votre degré de fertilité, de vos préférences et du type de relation que vous entretenez.