Vivre à Deux

Dix ans de mariage et deux enfants plus tard…

Publié le
Dix ans de mariage et deux enfants plus tard…

Elle ne rêvait que de cela : le mariage, les enfants, le nid douillet. Aujourd’hui, le goût de la vie a changé. Son seul souhait est d’être seule, voyager, partir loin, tout plaquer ! Que s’est-il passé dix ans de mariage et deux enfants plus tard…?

par Sondes Khribi Khalifa

Mes enfants, ces étrangers…

C’est son désir d’enfants qui a porté son aspiration au mariage, en vérité. Elle attendait et désirait tellement la maternité ! Au début, la grossesse était un bonheur absolu, des instants souvent pénibles mais qu’elle vivait avec un tél émoi et une telle envie. Les bouts de chou nés, toute sa vie, pendant des années, leur a alors été consacrée. Mais peu à peu, les enfants eux-mêmes changent en grandissant, ils ne sont plus câlins… Ils n’écoutent plus ce qu’elle dit et ne font pas leurs devoirs tous les soirs comme elle l’aurait souhaité… Ils sont en permanence dans la contradiction et les relations sont conflictuelles plutôt que d’être harmonieuses. Et le père, où est-il dans tout cela ?

Mais peu à peu, les enfants eux-mêmes changent en grandissant, ils ne sont plus câlins…

Sa vie c’est le travail

Elle cantonne le père dans le rôle de l’invité du soir. Il est méconnaissable et n’est que l’ombre de lui-même, venant manger, regardant la télé, demandant parfois si quelque chose manque. En revanche, son imagination est débordante lorsqu’il s’agit d’inventer des histoires en présence des invités, ou de beau-papa et belle-maman le week-end. Autrement, en semaine, c’est le vide et le silence abyssal. N’eût été le son de la télévision, on aurait eu l’impression d’être chez des sourds-muets… Le fait est que sa vie à lui, c’est son travail. Il le dit, d’ailleurs, et le revendique haut et fort. Il est fier à l’idée d’être un élément indispensable dans son travail, c’est quelqu’un de très important au sein de l’entreprise et dont on ne peut se passer. Il est irremplaçable, en fait.

Elle cantonne le père dans le rôle de l’invité du soir. Il est méconnaissable et n’est que l’ombre de lui-même.

Envolé le nid douillet

Où est donc passé son rêve de nid douillet ? Pour lequel elle s’était tellement préparée et pendant si longtemps…rideaux, déco, vaisselle et linge de maison dans toutes les déclinaisons, tout ce qui aurait porté à croire que ce foyer avait pour vocation d’être un havre de paix.

Le couple est devenu une petite famille mais une famille en morceaux. Même s’ils vivent tous sous le même toit, chacun est seul. Seule l’heure des repas les rassemble ou les amène à se rassembler mais la télé accapare toute l’attention et c’est en sa présence que les repas se déroulent. Est-ce là un foyer chaleureux ? Où l’écran plasma dernier cri, avec son home cinéma bien sûr, règne en maître absolu ?

Est-ce là un foyer chaleureux ? Où l’écran plasma dernier cri, avec son home cinéma bien sûr, règne en maître absolu ?

… Et moi et moi et moi !

C’est ce qui occupe actuellement ses pensées ! Maintenant que les enfants ont grandi, qu’elle s’est acquittée des tâches qui lui incombaient, elle a envie de vivre. Elle s’est inscrite dans une faculté libre pour finir ses études et est membre d’un club de théâtre et d’une association pour la protection de l’environnement. Elle redouble d’énergie, de jour en jour, et semble de nouveau avoir 15 ans, jusque dans ses tenues vestimentaires, au point de paraître étrange aux yeux de sa propre fille. Elle est devenue plutôt égoïste aussi, semblant se venger de tous les sacrifices des premières années pour élever les enfants et… leur père.

Respirez profondément et observez le vol d’un oiseau, il porte en lui tout le sens, et le plaisir, que vous cherchez.

Héla, secrétaire, 37ans

« Le mariage, c’est une loterie. On peut croire que l’on a toutes les chances de réussir son couple et se rendre compte, après quelques années de vie commune, que l’on s’est trompé. L’amour n’est pas forcément le critère ultime de réussite. Mon mari et moi nous sommes mariés par amour mais les problèmes financiers étaient plus forts. 15 ans de mariage et trois enfants mais ce n’est pas franchement le bonheur… ».

Hamed, artisan,64ans

« Cela fait plus de 30 ans que je suis marié et je suis heureux, ma femme aussi je pense. Enfin j’espère ! Nous sommes de la vieille école, pas d’histoire d’amour avant le mariage, c’étaient juste des regards échangés de loin, « fel houma ». Tout s’est ensuite construit avec le temps et surtout la bonne volonté. Le mariage, à mon avis, c’est avant tout des valeurs, l’argent n’y étant pour rien car on peut être heureux avec peu, comme il est possible d’être vraiment malheureux avec beaucoup d’argent… ».

Les petites attentions au quotidien…

Savoir donner peut être la clé du bonheur en famille. Si chacun vit seul dans son coin ou dans son petit monde, sans se soucier de l’autre, sans chercher à l’écouter, ni à être présent, il n’y a plus de vie de famille. Etre à l’écoute de son mari, sa femme ou ses enfants, c’est déjà un bon pas en avant pour une vie en famille réussie. Partager un repas, une discussion ou même une activité de plein air peut être la clé du bonheur familial. Et, n’oubliez pas, une famille unie est le vecteur principal d’épanouissement que vous ayez à portée de main.

Manel, femme au foyer, 26ans

« Je suis mariée depuis 4 ans. J’ai fait des études mais ne travaille pas, les salaires étant, de toutes les façons, trop bas et mon mari se tue au travail pour que je puisse bien m’occuper des petits. Je suis réellement heureuse. Je crois que je le serai toute ma vie car, pour moi, il suffit d’être mère de famille. Pour ma part, j’adore mon rôle de maman et passe mon temps à m’occuper de mes enfants et de ma maison. C’est le bonheur ! ».

Réhabiliter la joie… de vivre

La joie de vivre motive chaque réveil le matin. Le sens de l’aspect précieux de la vie manque parfois et rend les réveils matinaux difficiles, sinon les journées, voire les années. Ils semblent vides de sens et l’on n’en tire ni goût ni plaisir, même en dépensant tout l’argent que l’on a ou en voyageant au bout du monde.

Comment retrouver la joie de vivre ? Comment trouver ou donner du sens à sa vie ? A la vie en général, aussi cruelle et injuste semble-t-elle …

Les religieux baignent dans une béatitude totale, tout s’explique, selon eux, et tout a du sens, même les absurdités et les injustices. Une aubaine. Les autres cherchent du sens dans le flux et reflux des vagues, dans les yeux de leurs enfants, dans le chant des oiseaux par une belle matinée de printemps… Ils sont probablement tous sur la même longueur d’ondes, en fin de compte, sans le savoir. Ils sont simplement au diapason de la vie.

Respirez profondément et observez le vol d’un oiseau, il porte en lui tout le sens, et le plaisir, que vous cherchez.

L’avis du spécialiste Aida Hamza,

romancière et auteure de « Une heure de la vie d’une femme » aux éditions MC 2011, Prix du club Tahar Haddad de Poésie en langue française pour l’année 2000, donne son point de vue sur la question :

vous avez écrit un roman qui porte un regard différent sur la question du bonheur, ou plutôt du bonheur selon la femme. Est-ce que l’institution du mariage est en perte de vitesse dans notre société et, à votre avis, pourquoi les familles sont si souvent disloquées aujourd’hui ?

Force est de constater qu’il n’y a pas d’autres formules, dans notre pays, pour compléter son individualité, si l’on peut dire, et être un citoyen complet, que de se marier, s’installer en famille, et faire des enfants. Il faut noter que tel n’est pas le cas dans toutes les sociétés, celles occidentales, notamment.

Dans l’inconscient collectif de notre société, le mariage est « la moitié du chemin sur la voie de l’Islam », c’est un cadre social stable où peut s’épanouir la relation entre un homme et une femme. Ils partagent ainsi le meilleur et le pire, en théorie en tout cas et selon la formule consacrée. Les gens se marient donc, principalement, pour avoir des enfants, le bonheur étant, par contre, une notion bien plus complexe, une notion à décortiquer …

Oui, très juste, et comment décortiquez-vous le bonheur ?

Je vais vous raconter une anecdote : un ami à moi me disait que le mariage, c’est d’abord l’espoir, ensuite la désillusion et après la résignation … Voilà peut-être la définition du mariage pour une bonne partie des couples. Je pense pour ma part que, oui effectivement, on se marie pour l’aspect affectif, mis à part qu’il n’est pas évident de trouver l’affectif dans le mariage, passées les premières années de passion, en tout cas. Si passion il y a, bien sûr.

Au sein du couple, le bonheur peut rimer avec divers facteurs. A chacun sa recette, pourrait-on dire. Pour ma part, le bonheur est simplement la paix de l’âme, qu’on le trouve au sein de cette institution qu’est le mariage ou en dehors.