Vivre à Deux

Mariage, petites histoires du jour J

Publié le
Mariage, petites histoires du jour J

Le mariage est une cérémonie qui nécessite une longue préparation, mais, ne se passe jamais comme prévu. Il y a les petits ratés qui prouvent que même en veillant au petit grain vous ne pouvez jamais prévoir l’imprévisible. Voici quelques histoires …

par Salem Djelassi

Malgré quelques malaises par-ci par-là, l’institution du mariage semble bien se porter, du moins en amont.

Cela veut dire qu’en aval la plupart des mariages battent souvent de l’aile. Mais en tant qu’institution et figure sociale, le mariage et la cérémonie souvent très coûteuse, restent un plan incontournable dans le film de toutes les familles tunisiennes. Même si certains ne sont pas pour la cérémonie, ils finissent par fléchir le genou devant la toute-puissance des familles. Rappelons que même si le choix du conjoint s’est en grande partie libéré en Tunisie, la mainmise de la famille reste puissante, surtout lorsque la date du mariage approche et qu’on rentre dans les terribles préparatifs .

Vous pouvez interroger qui vous voulez, les frais de la cérémonie dépassent de loin le budget qui lui est prévu. Car chez nous, la cérémonie en question est une manière (malheureusement ce n’est pas toujours vrai) de communiquer le degré de bonheur du futur du couple. Plus on met de la poudre aux yeux, plus on impressionne, plus on fait croire aux autres que c’est un couple solide qui fera des étincelles, que c’est une preuve d’amour de l’homme envers sa femme qui ne lésine pas sur les moyens pour lui offrir la meilleure cérémonie. Soit, mais avez-vous constaté une chose ? Quels que soient les efforts déployés, les gens pour qui est destiné tout ce faste sont toujours mécontents ! Car dans les mariages, tout le monde médit de tout. Le thé est froid, mais pas la limonade, le menu est maigre, la pièce montée à peine décente, ça manque d’oxygène mais pas de mouches. C’est minable ce qu’il peut être pingre l’amphitryon! Ou bien on se demande d’où lui vient tout cet argent. Mais, c’est surtout la mariée qui est la cible privilégiée des médisances. En voici quelques cas de figures : elle s’est mariée avec un Européen : quelle chance ! Elle a épousé un visa ambulant, même qu’il s’est converti, on l’a même entendu bredouiller la profession de foi en faisant l’impasse sur les « h ». Ses futurs enfants sont sauvés, dans le pire des cas, ils seront RMistes. Autre cas de figure très courant : elle a quand même trouvé un bel homme et plein aux as ! Et pourtant elle a bourlingué, c’est à croire que tout Tunis lui est passé dessus ! Pendant ce temps, nos filles gentilles et bien élevées n’arrivent pas à trouver un mari !

Voici un petit échantillon de ce qui se dit durant les fêtes de mariages où l’assistance ne pardonne rien aux couples.  » Mais si par malheur un petit incident arrive pendant la cérémonie, on va tout oublier pour ne parler que de ce fait infime, dit Hédia, coiffeuse, je pense que nous sommes des gens très envieux les uns envers les autres. J’ai vu des mariées sortir en larmes parce qu’on les a blessées par des remarques agressives sur leur coiffure  ou sur leur robe.

J’ai l’impression qu’il y a des gens qui n’attendent que ce moment-là pour assouvir leur vengeance.

 » Pour sa part, Kamel, universitaire pense que la cérémonie de mariage est faite pour éreinter le couple  » c’est tout à fait normal que des incidents surviennent ! Avec tous les préparatifs qu’un futur époux ou épouse est appelé à faire, il y a de quoi tomber raide mort ! D’autant plus que rien ne fonctionne comme il faut chez nous.

C’est toujours le même problème avec le plombier, l’électricien ou le mécanicien. Alors imaginez une cérémonie de mariage.

C’est un marathon inutile fait pour fatiguer le couple et lui soutirer son argent ! Tout ça pour le regard social qui ne manquera pas de vous critiquer de toutes les façons « .

Que reste-t-il alors de la cérémonie du mariage ? Peut-être le souvenir de ces petits incidents de parcours livrés par ces témoignages.

Hichem, 29 ans, technicien en maintenance

« Le jour de mon mariage,  mes parents se sont engueulés avec le traiteur.  Il n’a pas pu  fournir toutes les prestations promises.  Il est parti avec toute son équipe technique et il nous a laissés en plan. La salle était louée jusqu’à 7 h 00 du matin. Tout devait être propre avant de rendre les clés.  Nos familles respectives et les amis proches ont assuré alors la fin du service, la vaisselle et le nettoyage de la salle au petit matin. J’avais la honte de ma vie mais avec le recul c’est devenu un bon souvenir. »

Saloua,  29 ans, secrétaire de direction

« Le  mariage s’est achevé. Nous étions dans la voiture du cortège. Dans la panique de la sortie, j’avais mis la clé de notre maison dans mon corsage, mais elle avait glissé plus bas. Pendant tout le trajet, j’ai passé mon temps à farfouiller dans mes vêtements sous le regard inquiet de mon mari. Je ne me voyais pas arriver à la maison avec les invités et leur dire que j’avais perdu la clé dans mes sous-vêtements. Je l’ai finalement retrouvée au fond de mon body juste avant notre arrivée. »

« Après avoir signé mon acte de mariage, j’ai éclaté en larmes devant tous le monde. Mon mari, par contre, était tout tranquille serein et souriant. D’ailleurs, c’est lui qui m’a calmée un peu. J’ignore toujours pourquoi j’ai pleuré à ce moment-là. Etait-ce la prise de conscience que j’entamais une nouvelle vie loin de mes parents ? La peur de l’inconnu ? Car je venais de partager ma vie avec un homme que je connaissais peu, ou simplement le stress accumulé pendant les mois qui ont précédé cette signature fatale. Cela devait être un peu tout cela ! Autre événement qui m’a marquée : la nuit de noces. Mon mari s’est endormi. J’ai passé la nuit à me décoiffer ».

Wafa, 28 ans, commerciale

« Après avoir signé mon acte de mariage, j’ai éclaté en larmes devant tous le monde. Mon mari, par contre, était tout tranquille serein et souriant. D’ailleurs, c’est lui qui m’a calmée un peu. J’ignore toujours pourquoi j’ai pleuré à ce moment-là. Etait-ce la prise de conscience que j’entamais une nouvelle vie loin de mes parents ? La peur de l’inconnu ? Car je venais de partager ma vie avec un homme que je connaissais peu, ou simplement le stress accumulé pendant les mois qui ont précédé cette signature fatale. Cela devait être un peu tout cela ! Autre événement qui m’a marquée : la nuit de noces. Mon mari s’est endormi. J’ai passé la nuit à me décoiffer ».

Plan de table je vous déclare producteur et réalisatrice.

S’il y a un film qui puisse décrire les petits incidents qui  arrivent lors d’une cérémonie de mariage c’est bien  » Plan  de table »  réalisé par Chrystelle Raynal. En voici le synopsis « Suite à un câlin bref, mais intense, la table dressée pour la noce est en désordre. La mariée court se recoiffer, tandis que l’homme replace les cartons sans respecter le plan de table. Le hasard fera-t-il bien les choses ? Ou bien devra-t-il donner un coup de main au destin ?  » Une petite erreur faite sur une table quelques heures avant la réception, et voilà que la mariée met en désordre la disposition des invités. Au bienheureux jeune homme de remettre les cartons à leur place. Mais gaffe ! Au gré de ces choix, le destin des invités sera remis en question… les acteurs, notamment, ont l’air d’y croire et suscitent de ce fait un maximum de sympathie. C’est lors du mariage de sa meilleure amie à Saint-Tropez que la réalisatrice Christelle Raynal a rencontré Maxime Japy, le producteur du film : « Par hasard, sur la plage, je l’ai rencontré, on a bavardé. Il m’a dit qu’il était producteur. J’ai dit : « Ah, ben moi je suis réalisatrice ». Il a continué : « Je n’ai encore rien produit ». Alors j’ai dit : « Je n’ai encore rien réalisé ». Il a ajouté : « Je n’aime que la comédie ». J’ai renchéri : « Moi aussi ». Notre association était née! » confie la cinéaste.