Vivre à Deux

Nouveaux mariés : l’épreuve du sexe

Publié le
Nouveaux mariés :  l’épreuve du sexe

Après le mariage, c’est une nouvelle vie qui démarre, une nouvelle culture de la vie à deux qui s’installe et une nouvelle géographie sexuelle qu’on découvre, hélas, non sans déceptions quelquefois…

par Salem Djelassi

Il y a tellement de brouhaha et de flafla avant le mariage qu’on oublie souvent qu’il y a un élément essentiel sur lequel repose la vie et le bonheur du couple. C’est ce que les spécialistes appellent « l’entente sexuelle ». Il n’y a pas de règle générale ! Les couples c’est au cas par cas et personne ne peut déterminer à l’avance les longitudes sur lesquels naviguera son partenaire au lit après le mariage même s’il y a eu des rapports bien avant la fameuse cérémonie. Car justement cette fameuse cérémonie est faite pour tout changer dans la vie du couple.

Les sens contraires

« Le problème avec cette histoire, témoigne cet éducateur sportif, c’est que les hommes en se mariant pensent qu’ils vont combler à tout jamais leur vie sexuelle, qu’ils ne seront plus en manque, qu’ils réaliseront tous leurs fantasmes à la maison, et que les femmes pensent épouser un homme pour avoir des enfants et sauver la mise devant une société qui risque de les traiter de tous les noms si elles ne se marient pas « . Voici en quelque sorte l’une des sources du problème de ceux qui se retrouvent avec une sexualité coincée juste après le mariage. C’est que chacun vit dans un monde et chacun a son propre regard sur la sexualité. Une sexualité procréatrice  pour la femme et une sexualité du plaisir pour les hommes. Est-ce à dire que les femmes n’éprouvent pas de plaisir et qu’elles sont toutes des  » glaçons  » ? Pas du tout, mais le problème, c’est que aussi bien les hommes que les femmes n’ont pas reçu une éducation sexuelle  » du vivre le plaisir ensemble « . Tout étant construit sur le non-dit et le tabou dans une société où le corps des femmes est considéré comme un objet de plaisir, les cartes se sont alors brouillées. À l’arrivée, on retrouve deux êtres tournés dans des sens contraires. Autres conséquences de cette éducation basée sur le tabous, c’est que les femmes ont intégré le fait que  » se marier et avoir des enfants » est le seul moyen de ne pas être marginalisées dans une société qui ne pardonne rien aux  » vieilles filles « . Le concept du mariage comme moyen de vivre son propre plaisir en tant que femme est relégué au second plan. C’est pour cela qu’après la naissance du premier enfant elles éprouvent une sorte d’essoufflement sexuel, dit un gynécologue à l’hôpital Charles Nicolle. La sexualité d’un grand nombre de femmes est déterminée par la naissance d’un enfant. Comme si elles avaient accompli leur mission vis-à-vis de la société. Malheureusement, elles ne voient dans l’homme que le géniteur et pas l’éventuelle source de plaisir pour elles aussi et c’est leur plein droit « .

Au commencement !

Retournons aux nouveaux mariés dont la sexualité commune vient de démarrer. Quand nous débutons notre vie conjugale, nous avons tout naturellement des attentes concernant les relations sexuelles dans la vie de couple. Ça ne se passe jamais comme dans les films…  alors la déception est souvent au rendez-vous. Souvent le mari doit apprendre à contenir l’éjaculation précoce, ce qui demande de la pratique,  il n’avait alors qu’à se centrer égoïstement sur son propre plaisir quand il était célibataire. De plus, il est tout excité de pouvoir s’unir (enfin!) avec la femme de ses rêves. C’est l’une des plus grandes déceptions des femmes lorsqu’elles retrouvent sur le bas côté alors qu’elles commencent à peine d’être stimulées. Cette question d’éjaculation précoce surtout dans les premières années du mariage déçoit plus d’une femme. Les plus courageuses poussent leurs hommes à consulter, d’autres baissent les bras… Ayant le plus souvent appris la sexualité via les films porno, il arrive aussi que le mari demande à sa femme certaines pratiques sexuelles qui lui répugnent. C’est là que se pose la question du respect pour la conjointe… Car on ne force jamais quelqu’un à faire des choses dont il n’a pas envie et c’est comme cela que le rapport en question commence à avoir des allures de  » viol conjugal » dès les premières semaines du mariage.

Il faut avouer que les jeunes femmes d’aujourd’hui grâce à Internet ont au moins une petite idée sur la sexualité, poursuit notre gynécologue, disons qu’une grande majorité des femmes arrivent au mariage en ayant une idée précise de ce que leur corps attend ! Mais voici que parfois elle trouve son mari maladroit, elle a besoin alors de patience pour lui enseigner quoi faire pour la stimuler.Certaines femmes n’osent pas confier à leur mari  la nature de leur fantasmes de peur d’être accusées d’avoir eu des relations auparavant ! Autre point important, les femmes, en général, apprécient les préliminaires, elles aiment le romantisme, se sentir appréciées en tant que personne, non pas seulement comme un moyen de soulager la tension sexuelle après une abstinence.  » D’autres écueils peuvent survenir.

Le fait d’avoir eu  des expériences traumatisantes dans la jeunesse dont les blessures pourraient être ravivées dans la vie conjugale. Les femmes ne sont pas « bavardes » en général sur ce genre de traumatisme et c’est très difficile de les faire parler, seul un suivi de la part d’un spécialiste peut les aider. Mais là encore faut-il avoir la présence d’esprit, la patience et surtout une forte charge amoureuse pour comprendre sa partenaire et la suivre jusqu’à ses séances chez un sexologue !