Vivre à Deux

Ramadan et couple mixte : Je jeûne… Moi non plus !

Publié le
Ramadan et couple mixte : Je jeûne… Moi non plus !

Le couple mixte dans la vie de tous les jours, c’est « J’irai jusqu’au bout du monde. Je me ferai teindre en blonde. Si tu me le demandais. J’irai décrocher la Lune. J’irais voler la fortune … ». Bref, un amour vrai dénué de tous préjugés religieux qui se fout de savoir si vous descendez de la Vierge Marie ou de Maryam puisqu’après tout vous êtes saint d’esprit et que votre pair êtes aux cieux ! Pourtant, cette mixité chérie a un talon d’Achille : le Ramadan.

par Samantha Ben-Rehouma

Et pour le coup, c’est « J’en ai marre de cette nana-là. Marre de cette nana. J’étais bien mieux avant. Câliné par maman. Tout l’ temps… ». Rien de mieux que le mois sacré pour allumer la mauvaise foi de l’un et éteindre le feu de la passion chez l’autre…

Tu pieux ou tu pieux pas ?

Pendant l’année votre moitié c’est un mix de Happy Hour virée et bières à volonté et Happy Feet fiesta et dancefloor jusqu’à l’aurore. Pourtant, dès que le Ramadan commence, lui qui est plutôt « takebeer » se transforme en « takbir ». Traduisez : « C’est quoi ce café ? Tu veux me tuer !! Quoi tu maaaaaaanges !! T’es complètement folle de fumer devant moi ?!! L’abstinence ça te parle ?? ». Ce à quoi l’athéelectuelle que vous êtes dégaine « Shnowa ça me parle (à dire en dodelinant de la tête et en faisant un mouvement circulaire de la main droite), ça me parle tellement que moi aussi je vais faire ceinture pour tout alors t’avise pas à ramener ta fraise le soir et me raconter des salades pour que je t’astique le poireau, je ne tomberai pas dans le panier ! ».
Et là c’est soit touché (il ne vous fusillera plus du regard à chaque bouchée ou gorgée car entre aller au pieu et être pieux, c’est juste une histoire de X) soit coulé (vous faites chou blanc, il vous plante là et va voir maman qui, elle, est brune et compte pas pour des prunes !).

Besoin de rien envie de toit

Et puis, il y a ceux qui pour éviter tout ramdam, préfèrent sortir la carte SDF (Sans Dîner Fixe) en jouant au 7 familles : un coup c’est « puisque tu ne fais rien, moi je vais chez ma sœur », « la femme de mon frère est un vrai cordon bleu, shui vert quand je vois tes plats ! » l’autre coup c’est « Y a rien à faire, t’appelle ça un dîner, toi ? Même à la Chorba du Cœur c’est meilleur. Pfff… ». Puis quelque dine-ding-dong plus tard, on retrouve notre Cloclo-mal-aimé, à la table de « Ecoute maman est près de toi » prêt à dévorer chorba, brik, makrouna, madfouna, mkhareks et zlebya en un temps record ! Car c’est bien connu lors du Ramadan à défaut de faire les quatre cents coups, on mange comme quatre et la petite dharba de cinq à sept se transforme en adhrabha six-douze de sept à cinq!

Martine fait Ramadan

Et puis, contre toute attente, et pour les plus chanceux, on tombe sur le cas de la femme qui fait le Ramadan, non pas pour contenter la panse de son mari mais tout simplement parce qu’après avoir lu le Coran, elle honore le mois sacré- comme cela devrait être- en cuisinant certes mais surtout en pensant à ceux qui ont faim, à ceux qui sont loin de chez eux et qui ont dans leurs yeux quelque chose qui fait mal…

Et là plus de Halala puisque le repas est là, même si, sans tralala !

Ramadan en mode je-me-gave-donc-je-suis a perdu tout le charme de ce pourquoi nous jeûnons et si dans les couples mixtes ça passe ou ça casse lors de ce mois sacré, il faut revoir alors ses priorités : si cuisiner n’est pas sa tasse de thé, pourquoi je ne cuisine pas moi ? Après tout, ce n’est pas parce que cuisine est du genre féminin qu’elle doit être faite que par la femme. Et puis, si il ou elle a accepté de s’unir c’est que quelque part il/elle se fiche des préjugés, voire de cette hypocrisie de devenir pieux le mois saint.

Vous l’aurez compris l’amour au temps du Ramadan pour les couples mixtes c’est comme passer du statut « en relation avec » à « c’est compliqué ». Mais bon, rassurez-vous, c’est juste une crise où l’on se prend un pruneau à jeûn !

Imen, mariée à Eric depuis 5 ans, expert comptable

Au début, je peux vous dire que le regard des autres a été très pesant, c’est limite si on ne me prenait pas pour une koffara ! Puis, Eric s’est mis à jeûner pendant le Ramadhan et tout a changé. Mon père ne regardait plus Eric de travers, mes frères non plus. Ils ont vu qu’Eric était aussi musulman qu’eux et que tout ce qu’il faisait n’était que par amour pour moi ! Ma mère est aux petits soins et lorsque l’on rompt le jeûne, elle fait en sorte qu’il y ait bien 2 bricks dans l’assiette d’Eric !

Léa, mariée à Housseim depuis trois ans, étudiante

Moi j’ai la chance d’avoir une cuisinière donc quand c’est Ramadan je n’ai pas de soucis ! J’invite même ma belle-famille à dîner. Bon c’est vrai qu’on est encore jeunes et que Housseim préfère manger chez sa mère mais je ne m’en officialise pas. Et comme cela fait deux ans qu’il fait chaud pour Ramadan, je passe la deuxième quinzaine chez mes parents à Milan. Donc du coup, tout le monde est content, lui fait son Ramadan chez sa mère et moi j’en profite pour voir mes parents !

Josianne, divorcée, professeur de français

Moi ce qui m’a le plus insupportée quand j’étais mariée c’était tout cette hypocrisie autour du Ramadan. Je voyais mon mari se racheter une virginité en jeûnant en allant à la mosquée le soir. C’était trop ! Surtout qu’il me criait dessus en disant que j’étais une impie que je devrais avoir honte de manger alors que tout le monde jeûnait. A la fin, j’en ai eu marre et je suis partie. Mieux vaut seule comme on dit !

Hamadi, marié à Hilda depuis 35 ans, 3 enfants, retraité

Avant avec Hilda pendant le Ramadan c’était la guerre ! Elle ne voulait pas faire le Ramadan et encore moins cuisiner. Du coup, je partais chez ma mère pour la rupture du jeûne. Il m’arrivait même de passer les week-ends chez elle. Puis mes deux grands garçons ont voulu jeûner et là j’ai vraiment cru qu’Hilda allait partir pour de bon ! Mais au lieu de ça, elle a mis de l’eau dans son vin (Rires !) et a demandé à ma mère de lui apprendre à cuisiner. Eh ben quand on dit que l’apprenti a dépassé le maître c’est exactement ce qui s’est passé, ce qui fait que maintenant et depuis que ma mère a subi une lourde opération et qu’elle vit chez nous, c’est Hilda qui fait la chorba et le plat principal moi je l’aide pour les bricks. Quelquefois ce sont les garçons, comme ça quand ils se marieront ils sauront faire des bricks pour Ramadhan !