Vivre à Deux

La Saint-Valentin : quelles sont les origines ?

Publié le
La Saint-Valentin : quelles sont les origines ?

Vous vous posez des questions sur la Saint-Valentin et les origines de cette fête ? ça tombe bien, nous avons les réponses !

Consacré fête des amoureux, le 14 février, jour de la Saint Valentin s’illustre en échange de gages d’amour, mots doux ou cadeaux,  roses rouges, emblème de la passion, ou chocolat. Si le monde de l’amour s’est accordé sur le choix de la date du milieu du mois de février, origine et interprétation de la fête restent l’objet d’interminables controverses.

Mois de février, mois de l’amour !

La lointaine Antiquité associait déjà le mois à la fertilité et, conséquemment, à l’amour. Si à Athènes, la période correspondait au mois de Gamélion, consacré au mariage de Zeus et d’ Héra, Rome  nommait cette période  Lupercales,  festival de Lupercus, dieu de la fertilité et solennité païenne qui honorait Junon, déesse des femmes et du mariage et Pan, dieu de la nature.

Plus tard, au IIIème siècle, la date correspondra à période d’interdiction de mariage des soldats romains, sous le règne de l’empereur Claude II, jour choisi par le saint des amoureux pour bénir discrètement leur union.

Cette coutume d’essence païenne, célébra ainsi l’amour physique jusqu’au haut Moyen Âge, bien avant de devenir le rituel romantique que vers le XIIème siècle, l’Église catholique  assimila,  sous le nom de Saint Valentin, patron protecteur de l’amour et des couples. De païenne à chrétienne, elle fut aussi longtemps considérée comme la fête des célibataires, jour où les jeunes en âge de se marier, jouaient aux alentours de leur village, à un cache-cache géant à l’issue duquel ils étaient censés avoir rencontré l’âme sœur, celle avec laquelle ils convoleraient dans l’année.

Les historiens, quant à eux,  considèrent comme une légende le rapprochement de cette fête avec l’amour courtois dont la première illustration date du XIVème siècle. Othon de Grandson, poète et capitaine à la cour d’Angleterre, par sa « Complainte de Saint Valentin », répandit la coutume à la cour de Savoie et Charles d’Orléans, lui-même auteur de plusieurs poèmes sur le même sujet, diffusa l’œuvre d’Othon à la cour de France.

Au fil des siècles, la tradition se perdit dans le monde latin, pour ne renaître qu’au XIXème siècle.